Insertion professionnelle et situation de handicap : l’exemple de la Fondation AMIPI

Publication : 23 septembre 2022

Six usines apprenantes de la Fondation AMIPI - Bernard VENDRE ont pour mission l’insertion sociale des personnes porteuses de troubles cognitifs et l’acquisition des compétences par la fabrication de systèmes de câblage électrique. Tour d’horizon.

Une entreprise adaptée facilitant l’insertion professionnelle

L’AMIPI se définit comme une entreprise engagée facilitant l'insertion des plus fragiles, en particulier les personnes présentant un handicap cognitif. Cette EA (entreprise adaptée) leur permet de se développer et construire leur carrière en apprenant. Son siège est à Cholet (Maine -et -Loire).

"Nous œuvrons pour développer les capacités intellectuelles de nos collaborateurs et les aider à s’insérer socialement par l’exercice en milieu dit ‘normal’. Notre objectif est de changer le regard et de lutter contre la ségrégation dont sont victimes les personnes en situation de handicap. Nous utilisons des méthodes pédagogiques, professionnelles et techniques adaptées à leur situation. Le câblage automobile, qui est l’activité principale de nos usines, est un moyen d’insertion et non une fin. Notre objectif est l’évolution de ces personnes et l’acquisition des compétences", souligne Jean-Marc Richard, Président de la fondation. La Fondation AMIPI offre ainsi la possibilité à des personnes en situation de handicap de trouver leur juste place dans la société grâce au travail, elle est aussi fournisseur de rang 1 pour des géants de l’automobile tels que Renault et Stellantis.

Un processus de recrutement favorisant la sécurisation des parcours

L’insertion sociale et professionnelle des collaborateurs est assurée.  Le candidat réalise différents tests psycho gestuels qui permettent de cerner ses atouts caractéristiques et définir son parcours d'apprentissage dans l'usine. Deux entretiens sont ensuite effectués avec le service RH et la direction de l'usine accueillante. Le but est de partager le projet de la Fondation et vérifier que les apprentissages offerts par la Fondation sont adaptés au candidat. Le salarié porteur de handicap devient opérateur de production, au sein de l’AMIPI, il va acquérir savoir-être et savoir-faire industriel ; une fois avancé dans ses apprentissages, l’opérateur pourra être accompagné pour rejoindre une entreprise dite "classique" : l’AMIPI est un tremplin vers l’avenir. La dernière étape est alors son insertion et son accompagnement à travers un parcours sécurisé au terme duquel est signé un contrat en CDI dans cette autre entreprise.  Avec ses 6 usines implantées à Angers, Blois, Le Mans, Cholet, Nantes, Tours, l’AMIPI compte depuis 2015 et à fin 2022, environ  900 salariés dont plus de 750 personnes  porteuses de handicap.

La recherche scientifique au coeur de l'organisation

Un programme de recherche de 5 ans est mis en œuvre par la fondation pour comprendre l’impact de ces activités professionnelles sur la plasticité cérébrale à travers des tests d’agilité notamment. Des publications scientifiques retracent les différentes observations et évolutions constatées sur le terrain. "Le dispositif nous renseigne sur les évolutions des personnes recrutées et l’acquisition de nouvelles compétences, en effet la main est le prolongement du cerveau". Nos collaborateurs sont accompagnés pour acquérir des compétences et évoluer vers des postes plus qualifiés », ajoute le Président de la Fondation.

"Le travail qui guérit, l’entreprise, la société"

Le neuropsychiatre Jean-Michel Oughourlian a écrit un ouvrage édité en 2018 et dont une nouvelle version sera disponible dès octobre 2022, à la suite des visites effectuées dans les différentes usines de la Fondation. "Le travail qui guérit, l’entreprise, la société" est le fruit d’un travail d’audition de 350 collaborateurs de l’AMIPI. Son constat : "l’usine réussit où la psychiatrie a échoué". Le professeur rappelle ce que devrait être une entreprise : "elle est à l’adulte ce qu’est l’école aux enfants : lieu d’apprentissage intellectuel évidemment, mais aussi social, sociétal."

À lire aussi

Sur le même sujet

Haut de page