Chaussures, bottes, sacs, vêtements, ceintures, gants, chapeaux en cuir... n'ont aucun secret pour le cordonnier qui les répare pour leur redonner une seconde vie, ou les renforcent, en prévention d'un usage intensif. À la fois artisan et commerçant, le cordonnier sait répondre aux demandes des clients, grâce à son savoir-faire pointu et son sens relationnel.

  • Salaire débutant
    1646€ brut

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Chaussures, bottes, sacs, vêtements, ceintures, gants, chapeaux en cuir... retrouvent une seconde vie ou sont préservés pour un certain temps après être passés entre les mains expertes du cordonnier. Pour cela, il utilise marteaux, pinces et tranchets, mais aussi machines à coudre, perceuse rotative, fraise ou brosses à lustrer.

Salarié chez un artisan ou un atelier de production industrielle de chaussures, le cordonnier peut aussi s'installer à son compte. Il lui faudra alors posséder des notions en gestion et comptabilité, en plus de ses compétences en cordonnerie. Des débouchés existent pour les jeunes formés à ces savoirs-faire, notamment dans les franchises et réparations minute. Pour compléter ses revenus, le cordonnier peut proposer des services annexes comme la vente de cirage ou la fabrication de clés. Une évolution professionnelle en tant que bottier ou podo-orthésiste est possible.

Les formations et les diplômes

Durée des études

Après la 3e

2 ans pour préparer un CAP (chaussure ; cordonnerie multi-services ; cordonnier bottier) ; 3 ans pour le bac professionnel métiers du cuir, option chaussures.

Après le bac

2 ans pour obtenir le BTS métiers de la mode-chaussure et maroquinerie.