Champagne-Ardenne - Reims / Publication : 10 juillet 2019 , Mise à jour : 4 février 2020
Le second Mercredi avenir a eu lieu le 11 décembre 2019 à l'atelier Canopé de Reims de 16h à 18h sur les métiers de l'environnement et du développement durable. Retrouvez les professionnels qui ont répondu présents, des informations sur le secteur, les métiers, la formation.


Les professionnels présents

Prévention des risques

  • Thiéry Beaudenon, chef du centre météorologique de Reims, prévisionniste météo, Météo France ;
  • Sandra Urbaniak, Responsable de pôle environnement Jardins, Espaces Végétalisés et Infrastructures, Fredon Grand Est ;
  • Julien Raterron, chargée de communication air-sport-santé, Atmo Grand Est ;
  • Christian Dupont, directeur de l'agence d'urbanisme et de développement de la région de Reims.

Protection de l’environnement

  • Guénael Hallart, animateur nature, Centre permanent d'initiatives pour l'environnement des Pays de l'Aisne ;
  • Nursel Yanasma, responsable du pôle Éducation au territoire, Parc naturel de la Montagne de Reims ;
  • Cyane Germond, animatrice Éducation au Territoire, Parc naturel régional de la Montagne de Reims ;
  • Valentin Salvant, technicien zone humide, Parc naturel régional de la Montagne de Reims ;
  • Abraham Lamah, chargé de mission développement durable, Chambre des métiers de l’Artisanat ;
  • Sébastien Manteau, fondateur d’Alternativity, société de conseil et formation pour une viticulture alternative en Champagne ;
  • Claudia Cosio, écotoxicologue, laboratoire SEBIO (stress environnementaux et bio surveillance des milieux aquatiques) ;
  • Léo Violette, technicien forestier, Centre régional de la propriété forestière.

Revivez ce mercredi avenir via les podcasts

Claudia Cosio, écotoxicologue, laboratoire SEBIO (stress environnementaux et bio surveillance des milieux aquatiques)

Guénael Hallart, animateur nature, Centre permanent d'initiatives pour l'environnement des Pays de l'Aisne

Thiéry Beaudenon, chef du centre météorologique de Reims, prévisionniste météo, Météo France

Les filières pour accéder aux métiers

Il existe de nombreuses formations pour accéder à ces métiers, du niveau CAP à Bac + 5. Quelques exemples à bac / bac + 2 :

  • Bac pro gestion des pollutions et protection de l’environnement ;
  • Bac pro gestion des milieux naturels et de la faune ;
  • Bac techno STAV ;
  • BTS métiers des services à l’environnement ;
  • BTS gestion et protection de la nature ;
  • DUT génie biologique, option génie de l’environnement.

Ainsi que des formations plus généralistes :

  • Licences pros
  • masters
  • écoles d’ingénieur·e dans différents domaines (eaux et forêts, métiers de l’eau, gestion des déchets, biologie, chimie, urbanisme, océanographie, énergie, météorologie…)

De plus, de nombreux secteurs d’activité sont dits verdissants car leur activité est conduite à évoluer par la problématique environnementale : industrie, réparation automobile, BTP, tourisme, grande distribution…

Formation initiale

Formations spécifiques par la voie initiale :

Exemples de licences professionnelles dans le domaine développement durable en Grand Est :

  • Gestion et traitement des pollutions et des déchets ;
  • Énergie éolienne ;
  • Sécurité, Qualité, Hygiène, Environnement ;
  • Maîtrise de l’énergie électrique et du développement durable ;
  • Agriculture, durabilité, nouvelles technologies ;
  • Aménagement paysager : conception, gestion, entretien ;
  • Protection de l'environnement, gestion des eaux urbaines et rurales.

Formation continue

Quelques exemples de formations spécifiques en Grand Est.

Quelques chiffres clés

Au niveau national

En 2015, l’économie verte mobilise près de 900 000 emplois en équivalent temps plein (ETP).

Les entreprises œuvrant dans la protection de l’environnement et la gestion durable des ressources (dites « éco-activités ») comptabilisent 440 950 ETP, soit 1,7 % de l’emploi total en France. La gestion des déchets et celle des eaux usées sont les domaines les plus pourvoyeurs d’emplois. Les entreprises qui prennent en compte, dans leur processus de production, une meilleure qualité environnementale sans que ce soit leur finalité première (dites « activités périphériques ») emploient 455 700 ETP, soit 1,8 % de l’emploi total. Source Insee

Consultez également le Document de travail de l’Observatoire National de l’emploi et des métiers de l’économie verte

Dans la région Grand Est

En 2016, on comptabilise en région Grand Est, 8 189 établissements dont les activités sont vertes ou verdissantes. Ces établissements représentent 6,2 % de l’ensemble des structures de la région, comparable au taux national (6,4 %).

Entre 2008 et 2016, l’évolution du nombre d’établissements dont les activités relèvent de l’économie verte est nettement plus favorable que celle de l’ensemble des établissements de la région, avec respectivement une hausse de 6,9 % et un repli de 2,5 %.

Au sein du Grand Est, la tendance n’évolue toutefois pas au même rythme. Que ce soit pour les activités centrales ou périphériques de l’économie verte, l’évolution du nombre d’établissements est systématiquement supérieur sur le territoire alsacien. (Oref Grand Est – L’Économie Verte en Grand Est).

Pour en savoir plus

Consultez les études de l’Oref Grand Est publiées en 2018 :

Pour trouver un emploi ou un stage

Pour s’informer sur les métiers et les formations

En consultation :

Sur internet :

Les rendez-vous (forums, job-datings) :

Les chroniques métiers de l'environnement et du développement durable sur RJR Radio