Panorama de l'enseignement agricole

Publication : 4 décembre 2020

L'enseignement agricole prépare à la diversité des métiers du vivant, de la terre et de la nature. Production, transformation, aménagement ou services, du CAP au diplôme d'ingénieur, les formations sont variées et présentes à tous les niveaux. Explications.

Tous les niveaux de diplômes

L'enseignement agricole, 2e dispositif éducatif en France, relève du ministère l'Agriculture et de l'alimentation. Les diplômes ont la même valeur, et souvent les mêmes appellations, que ceux de l’Éducation nationale.

  • Premiers niveaux d'entrée dans la filière : les CAP agricoles et au même niveau les BPA (brevets professionnels agricoles) ; les bacs professionnels agricoles et au même niveau les BP (brevets professionnels).
  • Dans le cadre du nouveau bac général, la spécialité biologie et écologie relève des lycées agricoles. Par ailleurs, un bac technologique est orienté dans le domaine agricole : le bac STAV (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant).
  • En 2 ans après le bac, il existe une quinzaine de BTSA.
  • À niveau bac + 3, plusieurs licences professionnelles intéressent le secteur agricole.
  • À différents niveaux (CAP, bac ou bac + 2), on trouve les CS (certificats de spécialisation agricole).
  • Du côté des prépas, l'ATS biologie, en 1 an après un bac + 2, préparent aux admissions en écoles d'ingénieurs et aux écoles vétérinaires.
  • À bac + 5, cap sur les diplômes d'ingénieur orientés dans l'agriculture, l'agronomie ou le paysage, ainsi que le diplôme d’État de docteur vétérinaire.

Les établissements agricoles

L'enseignement agricole comprend différents types d'établissements scolaires, un millier au total :

  • environ 400 lycées agricoles, notamment les LEGTA (lycée d'enseignement général et technologique agricole), LEGTPA (lycée d'enseignement général, technologique et professionnel agricole) et LPA (lycée professionnel agricole) ;
  • environ 360 maisons familiales et rurales (MFR), des structures associatives accueillant des élèves en alternance dès la classe de 4e ;
  • environ 150 centres de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) et 100 centres de formation d'apprentis (CFA) ;
  • 18 établissements d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage ;
  • 11 IME (instituts médico-éducatifs) ;
  • l'Ecole nationale supérieure de formation de l'enseignement agricole ;
  • 2 établissements d’enseignement à distance.

À noter : plus de la moitié des établissements d’enseignement agricole sont privés et presque toujours affiliés à une fédération, comme le Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP) ou l’Union nationale rurale d’éducation et de promotion (UNREP).

Des enseignements spécifiques à la filière agricole

Les spécialités proposées dans les établissements agricoles couvrent l'ensemble du secteur : l'agriculture et l'élevage bien sûr, mais aussi l'aménagement paysager, les productions horticoles, l'agroalimentaire, l'agroéquipement, l'environnement, les services...

Les matières générales (français, mathématiques, histoire-géographie, sciences physiques et chimiques...) représentent jusqu'à un tiers des programmes et sont orientées selon les besoins métiers.

Spécifique à l'enseignement agricole au lycée, l'éducation socioculturelle (sociale, artistique et culturelle) est basée sur la communication, le montage de projet notamment en lien avec le territoire, l’analyse de l’image, l’analyse des médias, l’éducation artistique et l’animation culturelle.

Le volet économique est souvent important : le salarié ou le responsable d'entreprise doit savoir évaluer la production et la rentabilité d'une exploitation, connaître le marché et les contraintes d'une entreprise agricole ou encore être initié aux techniques de vente et de négociation.

La dimension internationale n'est pas oubliée. Au programme selon les cursus : des échanges de jeunes, des voyages d'études, des séjours linguistiques, des stages.

Une pédagogie concrète

Les structures agricoles proposent des enseignements par voie scolaire, en apprentissage ou en formation continue.

Bien souvent, la pédagogie repose sur l'alternance entre cours, enseignements professionnels et stages. Les apprentis passent quant à eux la moitié du temps chez l'employeur.

La plupart de ces établissements est pourvue d'exploitations agricoles qui servent de supports pédagogiques et permettent l'expérimentation sur le terrain. Les élèves y font des visites et des stages, cultivent les parcelles et s'occupent des animaux. Placés une bonne partie du temps en conditions réelles d'exercice, ils réalisent leurs TP (travaux pratiques) dans l'exploitation rattachée à l'établissement de formation.

Pour coller davantage aux horaires particuliers d'une exploitation, l'internat est largement proposé dans les lycées agricoles. De la classe de 4e au BTSA, 60 % des élèves sont internes.