Ma 1re année
BTS Tourisme
BTS Tourisme
Tourisme

Le BTS Tourisme rime avec l’accueil et l’information des touristes, la promotion d’évènements, de voyages… Un diplôme qui fait rêver beaucoup de lycéens, pour peu d’admis. Adam fait partie des heureux élus, qui a intégré un lycée d'hôtellerie et de tourisme à Guyancourt (78). Il raconte sa 1re année.

Pourquoi ce BTS ?

Études d’infirmier, d’informatique ou de tourisme ? Après son bac STMG, Adam a réfléchi à ce qu’il aimait vraiment. "J’adore partir en villages vacances en famille ou entre amis, dans différents pays : France, Espagne, Afrique... Et j’ai toujours un bon contact avec les animateurs sur place." Il est avant tout attiré par le dynamisme d’un secteur comme le tourisme, où il pourra allier le travail au plaisir. "J’aime les relations humaines. Ce BTS m’apprend à communiquer avec les clients, à faire participer un public."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Rien à signaler au niveau des cours. Ses difficultés sont venues d’ailleurs : "J’ai eu du mal à accepter le règlement sur la tenue vestimentaire. J’ai même failli abandonner." Il a fallu échanger son sarouel de lycéen contre un pantalon à pinces et porter les chaussures adéquates. "La CPE veille au respect des règles. Venir en cours en basket ou sans cravate, cela vaut aussi un avertissement. A la rentrée, j’ai dû me couper un peu les cheveux et me raser la barbe ! Mais l’apparence physique est effectivement importante. C’est la 1re chose que voit un client."

À quel rythme de travail a-t-il fallu s'habituer ?

Adam sort tout juste de 2 heures de droit. "J’adore ce cours ! D’autant plus qu'il est appliqué au tourisme." Les cours s’enchaînent par blocs de 2 heures (en gestion relation client) ou 4 heures (en tourisme et territoire, et mercatique). "C’est assez dur de tenir le rythme. J’ai besoin de relire les cours chez moi le soir, en m’appuyant sur des exemples trouvés sur des sources Internet, pour mieux les comprendre. En études post-bac, il faut nécessairement s’organiser, en respectant la date de rendu d’un travail."

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"Je n’ai pas beaucoup de travail à la maison, mais surtout des travaux à réaliser en groupe, comme un quizz sur power point, avec des liens hypertexte, en informatique. Il faut savoir travailler en équipe, se coordonner avec les autres." Pratiques, les cours sont aussi plus concrets. "Toutes les matières sont appliquées au tourisme : l'informatique, où l'on travaille sur des logiciels de réservation, la géographie, le français, les langues… On sait pourquoi on les étudie! " Mais l’encadrement, lui, reste le même qu’au lycée, au grand regret d’Adam qui s’attendait à un peu plus de liberté.

Les atouts de la formation ?

Quel est le pays qui a le plus grand tourisme alpin ? D’où vient le camembert ? Adam apprend beaucoup sur la France. Pour lui, le point fort du BTS est la mise en situation professionnelle, grâce aux actions à réaliser. "J’ai par exemple participé à un évènement réunissant des comités d’entreprise, où je tenais un stand de tir. On peut aussi avoir à accueillir un groupe de touristes chinois à la gare, les accompagner à l’hôtel ou leur faire visiter la Tour Eiffel… Ces expériences sont notées sur le CV."

Et après ?

"J’aimerais effectuer mon stage en Guadeloupe, dans l’animation d’un village vacances. Ce sera mon sujet d’EPE (étude personnalisée encadrée) et mon projet professionnel." Avec la classe, Adam a passé un brevet délivré par l'agence de développement du tourisme Atout France, en répondant à un quizz sur le pays. Après l’obtention du BTS, ce brevet permet de passer une certification attribuée aux professionnels du tourisme.

Adam Chabout est étudiant en BTS Tourisme, pour devenir animateur de village vacances, un métier au contact des autres et lié aux loisirs et aux voyages.

En BTS tourisme à Guyancourt, c'est tenue de pro tous les jours, de la tête aux pieds. Adam a eu un peu de mal à s'adapter en début d'année, mais il a finalement pris le pli !

Adam a moins de devoirs à la maison qu'en terminale, mais les cours sont plus denses et les étudiants ont davantage de travail personnel et de projets à réaliser en groupe.

Pour réussir, les étudiants doivent organiser leurs cours : gestion de la relation client, mercatique, géographie, et aussi droit, anglais et informatique appliqués au tourisme.

Si la gestion et les calculs en mercatique posent problèmes à certains étudiants, Adam s’en sort bien grâce à son bac STMG et les spécialités gestion et finances qu'il a suivies. 

À lire aussi

Info plus

Dans le même dossier

Haut de page