Les écoles de la deuxième chance

Publication : 2 septembre 2020
Les écoles de la deuxième chance (E2C) permettent à des jeunes motivés, sans diplôme ni qualification professionnelle, d’intégrer une école dédiée à la construction de leur projet d’insertion sociale et professionnelle.
Les écoles de la 2e chance - homme devant un écran

Qui peut entrer dans une école de la deuxième chance ?

Les écoles de la deuxième chance accueillent des jeunes de moins de 26 ans qui sont sortis du système scolaire sans qualification et sans diplôme. Elles font partie des dispositifs mis en œuvre pour les aider à accéder à une formation qualifiante et à intégrer le marché du travail.

Le parcours dans une école de la deuxième chance

Les écoles de la deuxième chance proposent un parcours en trois volets : une remise à niveau des savoirs de base (français, mathématiques, culture générale, bureautique, savoir-être), des stages en entreprise (près de la moitié du temps du parcours) et des activités culturelles et sportives.

La pédagogie suivie répond à la charte du réseau des écoles de la deuxième chance. Et le jeune est pleinement impliqué dans la conception de son parcours de formation et d'insertion professionnelle.

Selon le niveau du jeune à son arrivée dans une E2C et le projet établi, la scolarité peut durer de 4 mois à 2 ans. Mais en moyenne, le parcours dure 6 mois et demi.

À la fin de son parcours, le stagiaire reçoit une attestation de compétences acquises.

Un pôle social pour les problèmes du quotidien

Toutes les écoles ont mis en place un pôle social pour trouver des solutions face aux problèmes de logement, de santé, de transport, de garde d’enfants, parfois aussi de surendettement. Cet accompagnement est continu tout le long de la scolarité.

Comment intégrer une "E2C" ?

Il existe plus d'une centaine de sites-écoles, réparties sur l’ensemble du territoire. Pour entrer dans une E2C, le seul critère de sélection est la motivation. À l'entrée, les écoles procèdent à des entretiens individuels ou avec un jury pour détecter chez les candidats une réelle envie de s’engager. Autre particularité des E2C : vous pouvez y entrer tout au long de l’année.

Il faut prendre contact avec sa mission locale pour constituer un dossier de demande d’admission. Certaines E2C acceptent les candidatures spontanées (préinscription sur Internet notamment) mais vous redirigeront quand même par la suite vers une mission locale pour valider votre inscription.

À savoir : Il existe une période d’intégration. Elle permet de mesurer la motivation du jeune et de voir s’il respecte le règlement intérieur de l’école. À son terme, un bilan confirme ou refuse l’entrée en formation au sein de l’E2C. Si ce bilan est positif, le jeune devient alors stagiaire de la formation professionnelle et reçoit à ce titre une rémunération mensuelle.

Les écoles organisent régulièrement des réunions d’information pour expliquer leur fonctionnement.

Après l’E2C, quelles solutions pour les jeunes ?

Les écoles de la deuxième chance privilégient les sorties vers la formation qualifiante et en alternance (préparation d’un CAP, d’un bac professionnel). Il est aussi possible de rejoindre le dispositif SESAME par exemple, un accompagnement renforcé vers l’emploi dans les métiers d’encadrement du sport ou de l’animation. Toutefois, le jeune peut interrompre sa scolarité s’il trouve un emploi durable. Mais dans tous les cas, les jeunes doivent sortir des E2C avec un projet professionnel abouti et réaliste en terme d’emploi, quitte à développer plusieurs projets parallèles pour s’assurer le succès d’au moins l’un d’entre eux.

Services en faveur des décrocheurs et jeunes ni en études, emploi ou formation

Pour renouer avec les études, apprendre autrement ou préparer un projet vers l'emploi. Découvrez les solutions et accompagnements possibles proposés par l’Éducation nationale, le réseau des missions locales et leurs partenaires sur le site Nouvelles chances. Un numéro vert 0 800 122 500 est désormais disponible pour aider les jeunes de 16-18 ans sans école, ni formation, ni emploi et leurs parents. Et un moteur de recherche "S'informer près de chez soi" vous permet de trouver les coordonnées des acteurs de l'obligation de formation, notamment pour faire un point sur votre situation.