Dossier

Les études d’odontologie (chirurgie dentaire)

Publication : 5 janvier 2021

Pour devenir chirurgien-dentiste, il faut compter 6 ans d'études à l’université et jusqu'à 9 ou 10 ans pour ceux qui veulent se spécialiser davantage, par exemple en orthodontie. La formation débouche sur le DE (diplôme d’État) de docteur en chirurgie dentaire, obligatoire pour exercer.
Les études d'odontologie

L'accès aux études de chirurgie dentaire

Les lycéens peuvent accéder aux études d'odontologie après 1, 2 ou 3 années d'études supérieures. Deux types de parcours sont proposés par les universités : un parcours spécifique "accès santé" (PASS) ou une licence avec une option "accès santé" (L.AS). 

Les 2e et 3e années : les bases des soins dentaires

Pour les candidats admis en odontologie, le programme du 1er cycle porte sur les connaissances fondamentales nécessaires à la prévention, au diagnostic et au traitement des maladies de la bouche, des dents et des mâchoires : anatomie de la dent, de la tête et du cou, structure et pathologies infectieuses de la dent, reconstitution et remplacements des dents. S’y ajoutent des enseignements de santé généraux, comme la santé publique, l’hygiène et la prévention ou l’imagerie médicale.

Lors des TP (travaux pratiques) de simulation, les étudiants développent leurs capacités manuelles, apprennent à maîtriser les soins sur tous types de dents et, le cas échéant, à remplacer les dents par des prothèses.

Un stage infirmier de 4 semaines au plus permet aux étudiants de s'initier aux techniques de soins, à l'hygiène hospitalière et aux premiers secours, et de découvrir le fonctionnement d'une équipe médicale. Selon les universités, des stages d'observation en odontologie sont aussi prévus, à l'hôpital ou dans un cabinet libéral.

En fin de 3e année, les étudiants obtiennent le DFGSO (diplôme de formation générale en sciences odontologiques), reconnu au niveau licence.

Les 4e et 5e années : le métier en conditions réelles

En 2e cycle d'odontologie, les enseignements fondamentaux sont approfondis et complétés par d’autres matières comme la santé publique dentaire, l’odontologie légale et l’anesthésiologie.

Lors des TP de simulation, les étudiants s'exercent à la dissection sur supports synthétiques ou sur logiciels, à la réalisation d’appareils d’orthodontie, etc.

La moitié du temps de formation se déroule en stages, effectués pour l’essentiel dans des services d’odontologie du CHU (centre hospitalier universitaire) dont l’université est partenaire.

En fin de 5e année, les étudiants obtiennent le DFASO (diplôme de formation approfondie en sciences odontologiques), reconnu au niveau master.

Le 3e cycle court ou l'internat

À l’issue de la 5e année, deux orientations sont possibles, selon son projet et ses résultats.

Le cycle court, suivi par environ 90 % des étudiants, s'effectue en 1 an et prépare à l’exercice du métier. Pour obtenir le DE (diplôme d’État) de docteur en chirurgie dentaire, il faut valider les enseignements et les stages, et soutenir une thèse d’exercice. Les étudiants peuvent aussi poursuivre leurs études en cycle long.

L’internat ou cycle long d'odontologie est accessible sur concours national. À la différence de celui de médecine, il est facultatif et offre un nombre réduit de places. Il est notamment indiqué pour une carrière d'enseignant-chercheur ou de praticien hospitalier.

Les internes ont accès à trois spécialités au choix selon leur classement et leur projet : orthopédie dento-faciale (plus communément appelée orthodontie), en 3 ans ; médecine bucco-dentaire, en 3 ans ; chirurgie orale (internat commun avec les médecins), en 4 ans.

Ce cycle long permet d’obtenir, en plus du DE en chirurgie dentaire, un DES (diplôme d’études spécialisées) dans la formation suivie.