Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)

Les matières littéraires : un incontournable des prépas scientifiques

Publication : 30 octobre 2020

Évalués dans les différents concours menant aux grandes écoles, français-philosophie et langues vivantes figurent dans l'emploi du temps de toutes les classes préparatoires scientifiques. Et, contrairement à une idée largement répandue, ces matières littéraires peuvent faire la différence.

Français et philosophie

Dans les prépas scientifiques, 2 heures sont consacrées chaque semaine aux cours de français et philosophie (3 heures en prépa TPC et jusqu'à 5 heures en prépa ATS biologie).

Le programme de chacune des 2 années comprend l'étude de trois œuvres littéraires ou philosophiques en lien avec un thème, par exemple la guerre, le temps ou encore la passion.

Le travail de lecture personnelle, qu'il est conseillé de commencer pendant l'été précédent chaque rentrée, donne lieu, pendant l'année et aux concours, à des résumés de texte et à des dissertations.

Une ou deux langues vivantes

L’étude d’une langue vivante (parfois l’anglais) est obligatoire, à raison de 2 heures par semaine (3 heures dans les prépas TPC et ATS). Une seconde langue peut être choisie de façon facultative, avec un volume horaire variable selon les établissements (1 ou 2 heures).

Pour les épreuves de langues, chaque concours a sa formule : traduction, synthèse de documents, QCM (questionnaire à choix multiples), etc. Souvent, les compétences linguistiques du candidat sont testées à l'écrit et à l'oral. Si la LV2 est présente dans la plupart des concours, elle constitue avant tout un bonus. Ainsi, seules les notes au-dessus de la moyenne sont prises en compte.

Pendant les 2 années, l'enseignement en langues vivantes repose sur l’étude d’articles de presse et de textes authentiques, supports pour des exercices de concours. Il s’appuie également sur un approfondissement grammatical et lexical. Il est couplé à des oraux d’entraînement à la présentation orale d’articles, d’extraits sonores, etc.

Des points précieux lors des concours

Écoles d’ingénieurs, ENV (écoles nationales vétérinaires), ENS (écoles normales supérieures)… les coefficients attribués aux matières littéraires lors des concours post-prépa varient, mais celles-ci constituent toujours un élément déterminant dans l'admissibilité puis dans l'admission du candidat. Les points marqués dans ces disciplines peuvent en effet départager des concurrents par ailleurs brillants dans les matières scientifiques.

Par ailleurs, travailler ces disciplines bénéficie aux sciences, qui requièrent des futurs ingénieurs de savoir écrire, s’exprimer et argumenter. Autre intérêt sur le long terme : un enrichissement linguistique et culturel très utile pour obtenir des stages et travailler à l’étranger.