Revivez le tchat sur les métiers d’aide-soignant et d’auxiliaire de puériculture

Publication : 29 mai 2020
Vous êtes intéressé.e par les secteurs de la santé et du social, et plus particulièrement par l’aide à la personne ? Les formations d’aide-soignant et d’auxiliaire de puériculture constituent des opportunités intéressantes. Nathalie Blin, cadre de santé en institut de formation d'aides-soignants et Mme Marine Maurice Sans, aide-soignante à l’hôpital Lariboisière à Paris ont répondu à toutes vos questions mercredi 3 juin. Revivez le tchat.
MERCREDI 3 JUIN (14H) : LES MÉTIERS D'AIDE-SOIGNANT ET D'AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE

Le Modérateur : Bonjour et bienvenue sur ce nouveau tchat de l’Onisep.
Aujourd’hui, nous accueillons Nathalie Blin, cadre de santé en institut de formation d'aides-soignants et Marine Maurice Sans, aide-soignante à l’hôpital Lariboisière à Paris. Elles vont répondre à vos questions sur leur métier et les études qui y mènent.
Vous pouvez commencer à poser vos questions.
Bon tchat !  

Nathalie Blin : Bonjour à toutes et à tous, heureuse de participer à ce tchat ! 

Marine Maurice Sans : Bonjour, nous attendons vos questions et ferons de notre mieux pour y répondre. 

Célia : En quoi consiste le travail d'aide-soignant ? 

Marine Maurice Sans : Nous accompagnons les personnes dans les gestes de la vie quotidienne, et nous travaillons en collaboration avec les infirmiers et les médecins dans le soin au patient. On peut être aide-soignant à l'hôpital, comme c'est mon cas, mais aussi à domicile ou en milieu extrahospitalier, dans un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), par exemple.

Lilia : Comment faire pour devenir aide-soignante ? 

Magali : Bonjour, je souhaiterais faire la formation d'aide-soignante. Or, apparemment, il n'y a plus de concours à passer. Il faut donc passer par Parcoursup, mais sur Parcoursup il n'y a pas la formation ! Du coup, je voulais savoir si vous aviez plus d'info à ce sujet. (C'est ce qu'on m'a dit à IFAS.) 

Nathalie Blin : Non, il ne s’agit pas de passer par Parcoursup, mais de constituer un dossier permettant la sélection. Les candidats envoient leur dossier directement auprès de l'institut ou des instituts de formation de leur choix. En cas de regroupement d'instituts, les candidats déposent un seul dossier auprès de l'institut de formation pilote et priorisent les instituts du groupement.

Quelles pièces requises pour constituer ce dossier de demande d'admission en IFAS ?
Le dossier comporte les 9 pièces suivantes :

- Une pièce d'identité ;
- Une lettre de motivation manuscrite ;
- Un curriculum vitae ;
- Un document manuscrit relatant, au choix du candidat, soit une situation personnelle ou professionnelle vécue, soit son projet professionnel en lien avec les attendus de la formation. Ce document n'excède pas deux pages ;
- Selon la situation du candidat, la copie des originaux de ses diplômes ou titres traduits en français ;
- Le cas échéant, la copie de ses relevés de résultats et appréciations ou bulletins scolaires ;
- Selon la situation du candidat, les attestations de travail, accompagnées éventuellement des appréciations et/ou recommandations de l'employeur (ou des employeurs) ;
- Le cas échéant, uniquement pour les rentrées de septembre 2020 et de janvier 2021, une attestation de suivi de préparation au concours d'aide-soignant ou d'auxiliaire de puériculture au cours de l'année 2019-2020 ;
- Pour les ressortissants hors Union européenne, une attestation du niveau requis de langue française C1 et un titre de séjour valide pour toute la période de la formation.

Exceptionnellement, pas d’entretien oral de sélection à cause de la crise Covid-19. Tout se fera sur la sélection de dossiers.

L'institut de formation ou le groupement d'instituts de formation détermine la date limite de dépôt des dossiers de candidature. Pour une rentrée effectuée en septembre, cette date est fixée entre le 25 mai et le 10 juin 2020.

Vous trouverez ces informations sur des sites tels que  https://www.infirmiers.com/.

Fatima AHARRAR : Est-il possible d'être aide-soignante sans diplôme ?

Nathalie Blin : Oui tout à fait. C’est la seule formation sanitaire et sociale qui le permet… 

Utilisateur7_1 : Bonjour, j’ai 19 ans et demi et étant sans diplôme j’aimerais être aide- soignante. Comment faire ? 

Nathalie Blin : Référez-vous à la réponse à Magali, plus haut.

Lange : Ma fille est en seconde, mais elle a beaucoup de mal, donc une voie pro lui est conseillée. Que doit-elle faire comme études pour être auxiliaire de puériculture ou aide-soignante ? Merci. 

Nathalie Blin : Pas besoin d’études particulières, car l’entrée dans ces écoles n’oblige pas d'avoir de diplôme supérieur, ni même le Bac. C’est d’ailleurs la seule formation paramédicale qui permet d’obtenir un diplôme d’État sans diplôme particulier pour y rentrer. 

Madi : J’aimerais intégrer une formation d’aide à la personne sur Nantes… 

Alicia ali : Je souhaite intégrer une formation d’aide-soignante à Lyon. Sauriez-vous où je peux exercer svp ? 

Eléa : Bonjour, je voulais savoir où on peut trouver des écoles d'auxiliaire de puériculture ? En existe-t-il aux alentours de la Lozère ?  

Nathalie Blin : Je vous conseille de vous diriger vers l'ARS (Autorité régionale de santé) de votre région, ou entrez « IFAS » (pour institut de formation pour les aides-soignants) ou « IFAP » (pour institut de formation pour les auxiliaires de puériculture) sur n'importe quel moteur de recherche. 

Utilisateur4_1 : Marine, pourquoi avez-vous choisi le métier d'aide-soignante ? 

Marine Maurice Sans : Pour moi, être aide-soignante est plus qu'un métier, c'est une vocation. J'ai toujours aimé la médecine et les sciences humaines. Après mon bac, j'ai travaillé en tant qu'agent des services hospitaliers. J’ai ainsi découvert le métier d'aide-soignante. J'ai découvert que je pouvais m'occuper des patients tout en m'intéressant aux pathologies. Je n'aurais pas pu être médecin, car je voulais être plus près de l'humain. 

Isabel33 : Bonjour, je souhaite devenir aide-soignante. Quelles sont les étapes svp ? Je suis actuellement en recherche d'emploi. J'ai eu le diplôme BTS assistante de gestion, mais je souhaite faire une reconversion. 

Nathalie Blin : Pour la première partie de votre question, relisez la réponse à Magali un peu plus haut. Vous pourrez « valoriser » vos expériences scolaire et professionnelle dans votre dossier et demander une éventuelle prise en charge financière par votre Pôle Emploi.

jessica : Bonjour, j'aimerais savoir comment se passe l'accès à la formation d'aide-soignante. Et est-ce que pendant la formation, il y a possibilité d'être rémunéré ? 

Nathalie Blin : Non, la formation n’est pas rémunérée. Elle est prise en charge par la région pour les moins de 26 ans et peut être financée sur demande anticipée du candidat par divers organismes (Pôle Emploi, FONGECIF et autres…). 

Célia : Bonjour, est-ce que le métier d'aide-soignant est accessible à ceux qui passent un bac ST2S ? 

Nathalie Blin : N'importe quel bac... voire pas de bac. Il faut juste avoir le niveau Terminale. 

yuyi : Quand est-ce qu'on doit s'inscrire au concours d'aide-soignant ? 

Nathalie Blin : La campagne officielle est terminée, mais sur l'ARS d'Île-de-France, par exemple, la constitution des dossiers est acceptée jusqu'au 10 juin inclus (mesure exceptionnelle pour cause de Covid-19). En général, c'est à partir du mois de mai. 

Utilisateur4_1 : Est-ce qu'il y a un oral au concours ? Si oui, avez-vous des exemples de questions qu'on pose ? 

Nathalie Blin : Il n’y aura pas d’entretiens cette année, exceptionnellement (Covid oblige). L'admission se fera sur dossier. L'année prochaine, on reviendra à la procédure habituelle. 

Marie : Bonjour, j'aimerais intégrer une formation d'aide-soignante en septembre, mais j'aimerais savoir si je peux bénéficier de la gratuité de la formation. 

Nathalie Blin : La formation est prise en charge par la région pour les moins de 26 ans et peut être financée sur demande anticipée du candidat par divers organismes (Pôle Emploi, FONGECIF et autres…) 

Utilisateur4_1 : Que fait un aide-soignant dans un hôpital ? 

Marine Maurice Sans : Soins de confort et d'hygiène. Prise des paramètres vitaux. Distribution et aide au repas. Hygiène des locaux. Et, selon les services, un peu d'administratif. Il y a aussi un travail en collaboration avec les autres partenaires (diététiciennes, assistantes sociales, orthophonistes…). Nous assurons aussi les soins relationnels (écoute active à la personne), car on est avant tout un métier de l'humain. C'est nous qui passons le plus de temps avec les patients. 

lila : Bonjour. Je suis actuellement en classe de seconde générale ! Je voudrais exercer le métier d'aide-soignante. J'aurais 17 ans au mois de janvier de 2021. J'aimerais savoir s'il est possible de m'inscrire à l'école d'aide-soignante dès mes 17 ans. 

Nathalie Blin : Oui, pour une rentrée en janvier 2021, si vous avez 17 ans révolus avant la rentrée. 17 ans est l’âge minimal, mais pas d’âge limite au-delà. 

Vanessa : Bonjour. Je voudrais savoir si après avoir fait une formation d'auxiliaire de puériculture j'ai une chance d'intégrer directement une école d'infirmière s'il vous plait.

Nathalie Blin : Il vous faudra passer par Parcoursup de toute façon. Il faut simplement réfléchir à l’intérêt que vous portez à la formation AP, car à lui seul ce diplôme ne garantit pas la sélection de votre dossier pour être infirmier diplômé d'État (IDE). Mais le diplôme est un élément en faveur. 

Uneau Marie-Josette : Je souhaite faire la formation d'aide-soignante en étant AMP. Quelle orientation me conseillez-vous à part la VAE ? 

Nathalie Blin : Si vous ne voulez pas passer par la validation des acquis de l'expérience (VAE), vous devez passer par le cursus normal, avec constitution d'un dossier. Vous devrez préciser que vous avez fait AMP, ce qui vous dispensera de certains modules de la formation (passerelle). 

Utilisateur11 : Bonjour, je suis intéressée par votre métier, je voulais savoir quel est votre rythme de travail, votre emploi du temps. 

Marine Maurice Sans : Dans mon service, il y a une équipe du matin (6h45-14h16), une d'après-midi (13h40-21h16) et une de nuit (21h-7h du matin). Dans le mois, on fait 15 jours du matin et 15 d'après-midi, on travaille un week-end sur deux. Des services spécifiques comme la réanimation n'ont que deux équipes, de 12 heures chacune. Les services de consultation, eux, ont des horaires de bureau. 

matylll : Il y a des puéricultrices dans un hôpital ? 

Nathalie Blin : S'il y a de la pédiatrie dans l'hôpital, il y a des puéricultrices. En dehors de l'hôpital, elles sont souvent directrices de crèches. 

Desire Celiante : Bonjour, je suis Mauricienne. J'ai 29 ans. Je voudrais savoir si la formation est ouverte aux étrangers. Je suis en phase de reconversion professionnelle, 8 ans comme policière. Merci de me conseiller, svp. 

Nathalie Blin : Pour les ressortissants hors Union européenne, il vous faut procurer une attestation du niveau de langue française requis C1 et un titre de séjour valide pour toute la période de la formation. 

Utilisateur4_1 : Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre travail, Marine ? 

Marine Maurice Sans : Dans mon service, je reçois des patients atteints de cancer ou qui arrivent en urgence. Ce qui me plaît le plus, c'est d'arriver à leur redonner le sourire malgré leur condition et leur hospitalisation, et de voir que j'ai fait mon maximum dans la journée pour qu’ils se sentent bien, physiquement et moralement. 

Alice : Bonjour, qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer ce métier ? 

Utilisateur14 : Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Nathalie Blin : C'est un métier de l'humain, donc c'est toujours satisfaisant de pouvoir accompagner, à défaut de forcément guérir, une personne malade en l'aidant dans ses soins quotidiens (toilette, repas), tout en préservant l'autonomie et la façon de penser du patient, qui est avant tout une personne. 

Célia : Quels sont les inconvénients du métier d'aide-soignante ? 

Marine Maurice Sans : Je dirais les horaires : pas toujours de transport en commun à certaines heures, surtout en région parisienne, problèmes de nounou, travailler les dimanches et jours fériés... 

Nathalie Blin : J’ajoute : le métier d'aide-soignant n'est pas assez valorisé et reconnu par nos pairs et par le public, alors que c'est la pièce vitale auprès du patient. 

Utilisateur11 : C'est magnifique ce que vous faites, bravo à vous !

bilou : Vous arrivez à avoir une vie privée avec vos horaires un peu décalés ? 

Marine Maurice Sans : Personnellement, j'arrive à avoir une vie privée, car la majorité de ma famille est dans le milieu hospitalier ! Mais par moments, ça peut être difficile, car on n'a pas forcément la possibilité de prendre nos congés pendant les vacances scolaires des enfants. On travaille soit à Noël, soit le jour de l'an. 

Nathalie Blin : Faire 15 jours de nuit et 15 jours de matin, c'est compliqué pour l'horloge biologique et aussi quand on a des enfants en bas âge. Et le salaire n'est pas forcément à la hauteur de l'investissement... 

Emilie : Bonjour, je voudrais savoir s’il est possible de passer le diplôme d'auxiliaire de puériculture et ensuite de faire les études pour passer le diplôme d'éducateur de jeunes enfants. 

Nathalie Blin : L’entrée en IFAP ne nécessite pas d’études particulières, ni même le Bac. Je ne connais pas les modalités de diplomation pour devenir éducateur de jeunes enfants. Voir les sites appropriés. 

Raguet : Bonjour, peut-on s’inscrire en formation aide-soignant sans aucune expérience pro ou perso dans le soin ? 

Nathalie Blin : Oui, on peut rentrer même sans avoir eu d'expérience dans le métier. En revanche, toute expérience liée à la personne est à capitaliser. Par exemple, en ayant été baby-sitter, je peux m'occuper d'enfants. Et en ayant été vendeur, j'aurai acquis des qualités relationnelles utiles pour la formation. Et la simple envie de découvrir un métier paramédical peut aussi être une bonne motivation. 

azerty : Selon vous, Marine, il faut quoi comme qualités (ou compétences autres que celles apportées par les études) pour faire votre métier ? 

Marine Maurice Sans : Il faut avoir le sens de l'écoute, savoir faire preuve de patience et de curiosité, avoir de l'empathie, et être vraiment investi et se donner à 100 % auprès de ses patients. 

Nathalie Blin : J’ajouterais : être réactif et organisé... 

Marine Maurice Sans : Il faut aussi avoir la capacité à prendre du recul. On vit des situations pas toujours faciles. Il faut savoir mettre certaines choses de côté en rentrant chez soi (décès...), tout en gardant de l'empathie. Bref, savoir créer une « distance thérapeutique » adaptée. 

Fabina : Est-ce qu'on peut se spécialiser dans votre métier ? 

Nathalie Blin : Non, pas en tant que tel. Mais selon le service où l'on est, des missions différentes peuvent nous être confiées. On peut, par exemple, être référent de l'hygiène hospitalière. 

Marine Maurice Sans : Ainsi, je m'occupe des commandes hôtelières (gants de toilette, serviettes, savon...), et je suis tutrice d'élèves aides-soignants. 

yuyi : Bonjour, Marine, est-ce que vous utilisez des équipements particuliers ? 

Marine Maurice Sans : Je ne sais pas à quel genre d'appareils vous pensez, mais nous utilisons des lève-malades, des lits électriques, des chariots adaptés pour servir les repas, etc. 

Utilisateur4_1 : Il y a plus de femmes que d'hommes dans votre métier, c'est bien ça ?  

Nathalie Blin : Oui, au moins 70 %... même si ça tend à changer. 

Utilisateur4_1 : Vous avez une tenue particulière imposée comme une blouse ? 

Marine Maurice Sans : Oui, on a une tenue qui change (de couleur, par exemple) selon les hôpitaux et les services. 

Nathalie Blin : Cela fait partie de l'hygiène hospitalière. 

Marine Maurice Sans : On doit aussi avoir les cheveux attachés et ne pas porter de bijoux... Maquillage léger. 

matylll : Avec quelles autres personnes professionnelles travaillez-vous à l'hôpital ? 

Nathalie Blin : Avec les infirmiers en direct...

Marine Maurice Sans : Avec les médecins, les cadres, les orthophonistes, les brancardiers... 

Nathalie Blin : On travaille également avec les kinés, ses propres collègues, bien sûr, car on n'est jamais seul dans une équipe. Et aussi : des diététiciens, des assistants sociaux. Sans oublier les familles ! 

Le Modérateur : Nous prenons les dernières questions... 

Utilisateur4_1 : Ça doit être beaucoup plus difficile de s'occuper des patients aujourd'hui avec le Covid-19 ? 

Marine Maurice Sans : Le plus difficile a été l'afflux de patients à accueillir simultanément à l'hôpital et placés à l'isolement. 

Nathalie Blin : On a été formé à travailler avec des organismes infectieux et à s'en protéger. La crise actuelle a accentué cette problématique, et nous a pris beaucoup d'énergie du fait des précautions renforcées. Cela nous a permis de réfléchir à notre motivation à faire ce travail. Selon les contextes et les services (dans les services d’infectiologie, par exemple), nous travaillions déjà avec des patients en isolement microbien, avec surblouses, etc. Cela faisait déjà partie de l'environnement des soignants. 

Célia : Savez-vous si après avoir obtenu le diplôme d'aide-soignant on peut passer celui d'infirmière ?  

Nathalie Blin : Une fois qu'on a son diplôme, l'évolution possible est de s'inscrire sur Parcoursup avec ce diplôme. On peut aussi bénéficier de la promotion professionnelle : au-delà de 3 ans d'aide-soignant, on peut s'inscrire à Parcoursup tout en conservant son salaire. 

matylll : Mme Blin, que me conseilleriez-vous pour réussir le concours d'entrée en formation ? 

Nathalie Blin : Cette année est particulière : il n'y a pas de préparation particulière, car il n'y a plus de concours écrit ou oral comme les années précédentes. Il faut surtout être très scrupuleux en remplissant son dossier, car tous les critères sont attendus : bien paginer, corriger les fautes d'orthographe, s'exprimer en bon français... C'est sur cela qu'il faut focaliser ses efforts cette année. 

Le Modérateur : le tchat se termine, Nathalie et Marine vont conclure... 

Nathalie Blin : Si vous voulez retrouver les consignes de préparation du dossier pour la rentrée, je vous invite à vous rendre sur des sites comme https://www.infirmiers.com/. Vous trouverez facilement des informations sur les IFAS (institut de formation pour les aides-soignants) et IFAP (institut de formation pour les auxiliaires de puériculture) en interrogeant les moteurs de recherche et en consultant les sites des ARS de chaque région.

Marine Maurice Sans : Le métier d'aide-soignante est un très beau métier, où l'on apprend tous les jours. Nous espérons que vous serez nombreux à vouloir nous rejoindre ! 

Le Modérateur : Merci à toutes et à tous de votre participation. Merci à Nathalie et Marine pour leurs réponses et leurs conseils. Nous vous souhaitons une belle fin d’après-midi !