12 décembre (15h) : tchat avec une pro des soins auprès des animaux du zoo

Faire vivre plus de 800 animaux venus des quatre coins du monde sur 150 hectares, c’est le défi relevé quotidiennement par les équipes du parc de Thoiry, situé dans les Yvelines. C'est aussi ici qu'exerce Julie Platel, une soigneuse animalière, aujourd’hui à la fois responsable pédagogique et éthologue.

Tchat avec Julie Platel, une pro des soins auprès des animaux

CV express...

Julie Platel, responsable pédagogique, soigneuse animalière, éthologue au Parc zoologique de Thoiry dans les Yvelines.

--------------------------------------------------------
2008 : Master 2 professionnel d’éthologie appliquée, Université de Paris 13.
2006 : Master 1 éthologie animale et humaine, Université de Paris 13.
2005 : Master 1 neurophysiologie, Université Paris 10.

Pédagogie et animation

  • Création, mise en place et suivi d’activités pédagogiques (ateliers, parcours ludiques…) pour les enfants et les adultes.
  • Création et mise en place de supports pédagogiques divers (panneaux, cahiers, audio guide…).
  • Gestion d’équipe, formation d’animateurs.

Faune, flore et DD

  • Connaissances de la faune terrestre et de la flore.
  • Connaissances en développement durable.
  • Etude éthologique (stéréotypies, aménagement d’enclos, protocole d’enrichissement, comportement des visiteurs…).

--------------------------------------------------------

 

Début décembre. En cette saison, les visiteurs se font rares, mais toutes les équipes de soigneurs restent à pied d’œuvre pour s'occuper des 800 pensionnaires du zoo.

Privés de leur principale activité à l’état sauvage, la chasse, ces animaux demeurent en bonne santé notamment grâce à Julie Platel. Cette éthologue imagine en effet de nouveaux jeux ou enrichissements dans les enclos des animaux, par exemple des odeurs imitant la proximité d’une proie. Sa dernière trouvaille : des crottes d'éléphants disséminées dans l'espace des panthères. Les félins passent la journée à chercher la proie et à marquer leur territoire.

Son métier

"Aujourd’hui, je crée et anime les ateliers pédagogiques destinés au jeune public. Je profite actuellement de la saison creuse pour préparer de nouveaux ateliers. J'en anime environ 100 par an. Je veille aussi comme éthologue à ce que les animaux souffrent le moins possible de la captivité en imaginant des aménagements dans les enclos. Il faut être constamment en recherche d’idées. "

Son parcours

 "Pendant mon master d’éthologie à l’université de Paris 13, j'ai fait 2 stages à Thoiry. J'ai ensuite travaillé l’été comme animatrice bénévole, puis j'ai signé mon 1er contrat salarié comme soigneuse animalière, avant d’obtenir un poste plus en rapport avec ma formation."

 

Les métiers du zoo en images

Cliquez sur une photo pour afficher le diaporama.

Photographe : Laurence Prat / Onisep.

Fanny Grados, soigneuse animalière

Fanny Grados, soigneuse animalière
« Devenir soigneuse implique quelques sacrifices. Je travaille le week-end et les jours fériés. Mais en contrepartie, j’ai la satisfaction de contribuer au bien-être et à la sauvegarde d’animaux menacés. »
Son parcours. A suivi la formation de soigneur animalier du CFPPA de Vendôme après un bac pro conduite et gestion de l’élevage canin et félin. Elle était en stage à Thoiry et y a été embauchée directement après.

Antoine Leclerc, vétérinaire

Antoine Leclerc, vétérinaire
« Pour travailler en zoo, il ne faut pas se contenter de ce que l’on étudie en cours où on n’aborde pas du tout les espèces sauvages. J’ai lu, je me suis rendu à des congrès, j’ai multiplié les stages en parcs zoologiques pour en apprendre le plus possible par moi-même. »
Son parcours. Il entre à l’Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort et réalise son rêve d’enfant en se faisant recruter dès sa sortie par le zoo de Thoiry. Si beaucoup d’aspirants vétérinaires ont ce projet au début de leurs études, très peu y parviennent.

Jean-Jacques Guérin, soigneur animalier

Jean-Jacques Guérin, soigneur animalier
« Il faut bien s’imaginer les conditions de travail en hiver avant de se lancer. Quand on est soigneur, on travaille dehors, qu’il pleuve ou qu’il neige ».
Son parcours. Depuis 20 ans à Thoiry, il a appris le métier sur le tas.

Julie Platel, responsable pédagogique

Julie Platel, responsable pédagogique
« Aujourd’hui, je crée et anime les ateliers pédagogiques destinés au jeune public et veille comme éthologue à ce que les animaux souffrent le moins possible de la captivité en imaginant des aménagements dans les enclos. Il faut être constamment en recherche d’idées.»
Son parcours. Pendant son master d’éthologie à l’université de Paris 13, elle a fait ses 2 stages à Thoiry, y a travaillé l’été comme animatrice bénévole, puis y a signé son 1er contrat salarié comme soigneuse animalière, avant d’obtenir un poste plus en rapport avec sa formation.

Roseline Chambaud, assistante du chef animalier

Roseline Chambaud, assistante du chef animalier
« Le plus important, c’est d’être passionné ! Car les salaires sont peu attractifs et il ne faut pas compter ses heures. »
Son parcours. Après une formation d’éleveur agricole, elle passe deux ans dans une ferme en Angleterre. De retour en France, elle décide de changer de voie et postule à Thoiry. Elle dirige aujourd’hui une équipe de 17 soigneurs.

Antoine Cuenne, chargé de mission environnement, sécurité, qualité

Antoine Cuenne, chargé de mission environnement, sécurité, qualité
« A ce poste, il faut savoir convaincre et être patient. Améliorer la sécurité des salariés, inciter les visiteurs au tri des déchets, favoriser les économies d’énergie sont des projets qui impliquent des changements d’habitude et qui demandent donc beaucoup de temps... »
Son parcours. Master en environnement et risque à l’université de Lyon 1, après une licence de biologie. A fait son stage de master au parc zoologique de la Tête d’Or à Lyon, puis a été embauché à Thoiry.

Christine Mauve, directrice commerciale et de la communication

Christine Mauve, directrice commerciale et de la communication
« Testez votre motivation en stage l’été avant de vous lancer dans une formation de soigneur animalier. Car, contrairement à ce que l’on peut imaginer, les soigneurs ont très peu de contacts avec les animaux sauvages. »
Son parcours. Après un BTS tourisme et une première expérience au château de Versailles, elle commence à Thoiry comme responsable des réservations. Elle devient ensuite attachée commerciale et occupe aujourd’hui la double fonction de directrice commerciale et de la communication.

Marilyn Rault, attachée commerciale

Marilyn Rault, attachée commerciale
« Etre réactif, c’est indispensable pour travailler dans une structure comme Thoiry. On reçoit 450 000 visiteurs par an et aux jours de grande affluence, je n’hésite pas à donner un coup de main partout où c’est nécessaire, en caisse, comme à la circulation. »
Son parcours. A fait son stage à Thoiry lorsqu’elle était en BTS tourisme, puis a été embauchée comme attachée commerciale.

Paul de la Panouse, propriétaire et fondateur du zoo

Paul de la Panouse, propriétaire et fondateur du zoo
« Se lancer aujourd’hui dans une aventure comme celle de Thoiry, demanderait encore plus de ténacité en raison des réglementations multiples qui ont vu le jour depuis les années 1960. »
Son parcours. Il ouvre un premier parc en 1968 à 24 ans, puis a l’idée de la « réserve africaine », qui a fait l’originalité de Thoiry puisque les visiteurs y circulent enfermés dans leur voiture au milieu d’animaux, qui sont eux en liberté.

Imprimer