Plus qu'un métier, sportif de haut niveau est un statut qui permet aux meilleurs athlètes et espoirs de se consacrer à leur sport dans les meilleures conditions. Une position qui ne compte que peu d'élus et qui ne dure souvent que quelques années.

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Basket, ski, équitation... être sportif de haut niveau n'est pas un métier mais un statut que l'on occupe un temps, parfois assez court, en fonction de ses résultats. Si l'athlète de haut niveau est passionné de sport, cela ne suffit pas à le propulser vers les sommets. il doit s'entraîner chaque jour, enchaînant stages, préparation physique et mentale, etc. Il organise sa vie quotidienne (famille, études, travail) en fonction des exigences de sa carrière sportive qui compte de nombreux déplacements. Une carrière sportive ne dure que 10 à 25 ans en moyenne. Il faut donc préparer une reconversion, dans l'enseignement, l'entraînement, le journalisme, la communication, le commerce... avant la trentaine.

Les formations et les diplômes

Après la 3e

Il n'existe pas de diplôme de sportif de haut niveau, mais le chemin vers les podiums est balisé. Il commence au niveau des fédérations sportives qui repèrent les jeunes prometteurs et leur propose d'intégrer leurs centres de formation, un pôle espoir, un Creps (Centre régional d'éducation populaire et de sport) ou l'Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance) et d'accéder à l'un des 2 programmes de PPF (projets de performance fédéraux (PPF) : programme d'excellence pour le haut niveau ou programme d'accession. Chaque année, le directeur technique national de chaque fédération propose plusieurs listes de sportifs (sportifs de haut niveau, élite, senior, relève ou reconversion) ou sportifs de collectifs nationaux pour les espoirs. Ces listes sont ensuite validées par le ministère des Sports.