Aménagement, isolation, décoration des espaces intérieurs... le plâtrier intervient du sol au plafond, en passant par les murs et les cloisons, lorsque toutes les réalisations du gros oeuvre ont été effectuées et avant l'intervention des peintres et des menuisiers.

  • Salaire débutant
    1539€ brut
Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Faux plafonds, rosaces, moulures : rien d'impossible pour le plâtrier ! Il prépare des surfaces parfaitement lisses et polies pour les peintres ou les menuisiers. Puis, il " gâche " le plâtre ou projette l'enduit mécaniquement pour obtenir des effets de matière ou de crépi. Seul ou en équipe, sur des chantiers de construction neuve ou de rénovation, le plâtrier peut aussi être maçon ou peintre en bâtiment. Et, pour élargir ses débouchés, se faire plaquiste et apprendre à travailler des matériaux " prêts-à-poser " comme les plaques et les carreaux de plâtre. Agile, rapide, précis, soigneux et résistant, tel est le portrait du plâtrier. Les spécialisations de stucateur ou staffeur ornemaniste offrent de bons débouchés. Ces professionnels interviennent dans la restauration des monuments historiques ou la décoration des magasins, des hôtels... à une condition : savoir dessiner et connaître les styles artistiques, aussi bien classiques que contemporains.

Les formations et les diplômes

Après la 3e

 2 ans pour préparer le CAP métiers du plâtre et de l'isolation ; staffeur ornemaniste éventuellement complété par la MC plaquiste (en 1 an), le BP métiers du plâtre et de l'isolation (en 2 ans) ou le BMA volumes, option staff et matériaux associés (en 2 ans).

3 ans pour préparer le bac professionnel aménagement et finition du bâtiment.