L'architecture moderne est synonyme de façades en verre. Dans beaucoup de constructions, le miroitier devient donc incontournable. Le métier fait appel à la fois aux techniques de la miroiterie et à celles du bâtiment.

  • Salaire débutant
    1650€ brut
Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Un regard porté sur l'architecture contemporaine suffit pour comprendre l'avenir du métier de miroitier, qui fait appel à la fois aux techniques de la miroiterie et à celles du bâtiment. Le miroitier prépare les produits verriers à l'atelier. Sur le chantier, il réalise le châssis de la vitre, en bois, en métal ou en plastique. Selon la taille de l'entreprise, les opérations successives sont réalisées par une équipe (le coupeur, le façonnier sur glace et le monteur-poseur) ou seulement par un seul miroitier. Parfois, c'est lui-même qui conduit le chantier de pose. Les débouchés sont assurés et des diversifications existent dans le montage des serres et des vérandas, ainsi que dans la restauration du patrimoine. Le miroitier doit savoir s'organiser et se concentrer, car il manipule un matériau fragile. Station debout prolongée, poses en extérieur, parfois juché sur des échafaudages : il doit être en bonne condition physique et surtout ne pas être sujet au vertige.

Les formations et les diplômes

Après la 3e

2 ans pour préparer le CAP menuiserie aluminium-verre, éventuellement complété par le BP menuisier aluminium-verre (en 2 ans).

3 ans pour préparer le bac professionnel menuiserie aluminium-verre.

Formation(s) correspondante(s)