contrôleur/euse de performances

Une appellation, deux professions : le contrôleur laitier et le contrôleur de croissance. Tandis que le premier analyse la qualité du lait, le second surveille la prise de poids du bétail destiné à la boucherie. Un appui technique indispensable pour les éleveurs.

  • Salaire débutant
    1900€ brut

En quoi consiste ce métier ?

Pour bien produire, les éleveurs ont besoin d'appuis techniques. Ils peuvent alors faire appel au contrôleur de performances. Spécialisé dans le contrôle laitier, il renseigne les éleveurs de vaches laitières, de brebis et de chèvres sur la valeur nutritive du lait produit. Il évalue la production laitière et analyse régulièrement la composition du lait. Il traite les données recueillies sur ordinateur, puis informe l'exploitant sur les moyens d'accroître la productivité et la rentabilité de ses élevages. Un rôle de conseil qui demande des qualités relationnelles. Spécialisé dans le contrôle de croissance, il vérifie la prise de poids des animaux destinés à la boucherie. Il effectue 2 ou 3 pesées par an. Le « pointage » fait également partie de ses activités : il prend les mensurations de l'animal afin de définir sa conformation anatomique.

parution le 09/2017
* Prix hors frais de port

Les formations et les diplômes

Après le bac

2 ans pour préparer un BTSA productions animales, éventuellement complété par le CS (certificat de spécialisation) technicien-conseil en production laitière ou une licence professionnelle spécialisée dans les métiers de l'élevage (1 an).