Sortis de l’Ecole « sans diplôme, sans emploi » : des solutions existent !

Reprendre confiance en vous, décrocher un diplôme (CAP, Bac pro ou Bac) et surtout trouver l’emploi que vous souhaitez et méritez, de nombreuses solutions sont mises à votre disposition pour vous accompagner.

sortis_ecole_solutions

Des solutions, « dans et hors » Education nationale, existent pour vous aider dans votre démarche scolaire et/ou professionnelle. Au préalable, il s’agit de bien étudier votre situation personnelle (vos projets, besoins, envies..) pour apporter la solution qui vous correspondra le mieux.

Les Psychologues de l’Education nationale peuvent assurer ce premier accueil dans les Centres d’information et d’orientation (CIO), et contacter les nombreux partenaires, rassemblés au sein de la plate-forme de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD), pour que vous puissiez accéder aux différents dispositifs disponibles.

logo_seconde_chance

Pour en savoir plus et géolocaliser ces professionnels de l’orientation, contactez un-econseiller-e par chat ou par téléphone au  800 12 25 00 (n° vert gratuit) ou aller sur le site ONISEP «Ma seconde chance» 

Zoom sur les plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD)

Ces dispositifs d’accompagnement, pilotés par la région et animés pour l’académie de Toulouse par les CIO dans la majorité des cas, coordonnent l’action de partenaires locaux de la formation, de l'orientation et de l'insertion des jeunes de 16 à 25 ans (ex : Mission locale, pôle emploi, MLDS, DRAAF, Mission d’Insertion des jeunes de l’enseignement catholique…) pour vous apporter une réponse personnalisée et rapide (ex : retour en lycée, inscription dans les lycées nouvelle chance pour re-préparer un bac, suivi par la MLDS, formations de la région, EPIDE , ER2C…)

 

Les dispositifs d’aide Education nationale

 

Les lycées « Nouvelle Chance »

 

Ils  préparent, des jeunes déscolarisés volontaires de 16 à 25 ans, à la réussite au baccalauréat général, technologique ou professionnel selon les cas, ainsi qu’à la réalisation de leur projet de formation post- bac. Les résultats au bac sont en moyenne de 80% de réussite (pourcentage calculé à partir des élèves présents) avec une poursuite des études supérieures pour 70 à 90 % d’entre eux.

Dans notre académie, trois  « Lycées Nouvelle Chance » facilitent ce droit au retour en formation initiale et/ou au maintien des élèves de terminale ayant échoués à l’examen du bac :

En Haute-Garonne :
au lycée Raymond Naves, 139 route d’Albi, 31000 Toulouse, web : raymond-naves.entmip.fr , mél : Inc@ac-toulouse.fr  , Tel : 06 20 19 26 98

Dans le Tarn :

Au lycée Anne Veaute, 46 boulevard Magenta, 81100 Castres, web anne-veaute.entmip.fr , mél. Inc81@ac-toulouse.fr

Dans le Tarn-et-Garonne :

Au lycée Antoine Bourdelle et Jules Michelet, à Montauban, web jules-michelet.entmip.fr, web bourdelle.entmip.fr, coordonnatrice sur les deux lycées Tel : 06 11 08 78 96

 

Zoom sur le 1er lycée « Nouvelle Chance » de l'Académie de Toulouse

Le lycée Raymond Naves sur Toulouse (route d’Albi) a été le premier lycée «Nouvelle chance» mis en place dans l'académie.  Cet établissement accueille, chaque année, de nombreux jeunes « décrocheurs » sans solution, qui souhaitent préparer à nouveau le bac S, ES, L et STMG sous statut scolaire. Ces jeunes, qui ont décroché depuis plusieurs mois, et qui ne peuvent être accueillis en redoublement ou triplement dans une classe de terminale, peuvent ainsi être bien accompagnés dans une classe à effectif réduit (de 3 à 12 élèves) et par une équipe d’enseignant-e-s volontaires.

Lors de la première rentrée scolaire en 2016, 28 jeunes ont été ainsi soutenus (moyenne d’âge 20 ans). En  grande majorité, ils avaient rompu avec l’établissement scolaire depuis plusieurs mois voire plusieurs années. Au mois de juin, 66% d'entre eux ont obtenu le bac.
Depuis la  rentrée 2017, le lycée a accueilli 38 jeunes. En plus des cours disciplinaires correspondant à leur filière, leur sont proposés un accompagnement méthodologique (tutorat, aide aux devoirs), un atelier de gestion du stress (sophrologie), des cours de communication écrite en vue de la préparation aux épreuves, un stage de révision du bac prévu en mai dans les Pyrénées…
Un objectif louable et gratifiant pour ces jeunes majeurs, qui ont choisi d’être aidé pour obtenir un diplôme et accéder ainsi aux études supérieures plutôt que de rester sur un échec.

 

Le rôle de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS)

 

Orientation

Au sein de l'Education nationale, dans chaque académie, des personnels de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS) sont spécifiquement chargés de venir en aide aux jeunes de plus de 16 ans en situation de « décrochage scolaire ». Ils sont au cœur du dispositif des plates-formes de suivi et d’appui (PSAD) au côté des Centres d'Information et d'Orientation (CIO) et des missions locales.

Formation

Cette équipe contribue aussi à l'élaboration de bilans de positionnement et à mettre en place des actions de formation et des parcours individualisés en lien avec des établissements scolaire d'accueil. Les actions sont souples et modulaires. Elles se déroulent souvent en alternance entre établissement scolaire et l’entreprise. La pédagogie originale et différenciée est basée sur le tutorat et permet au jeune d'être valorisé tout au long de son parcours.

L'objectif étant de permettre au jeune de préparer son retour en formation par voie scolaire ou par apprentissage afin d'obtenir un premier niveau de qualification.

 

Les dispositifs d’aide Hors-Education nationale

 

Les écoles régionales de la 2e chance (ER2C) accueillent les jeunes sans diplômes de 16 à 25 ans sur une période de 4 à 18 mois pour construire leur projet d’insertion sociale et professionnelle. Le parcours individualisé débute par une période d’essai de 5 semaines qui inclut un bilan de connaissances et de compétences et un premier stage en entreprise.

Dans notre académie, il existe deux écoles :

-ER2C Toulouse, 57 allée de Bellefontaine Tel : 05 34 63 79 80, http://www.er2c-mip.com

-ER2C Onet-le-château, 11 rue du Camp Franc, 12850 Onet-le-château Tel : 05 65 89 20 31 http://www.er2c-mip.com

 

Les établissements pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE)  Accueillent des jeunes volontaires, peu ou pas qualifiés, de 18 à 25 ans, en contrat de 8 mois renouvelable pour une durée maximum de 24 mois. Le parcours de formation individualisé, visant l'insertion professionnelle, est très encadré (discipline, port de l’uniforme)

 

La région Occitanie a son EPIDE !

Le réseau national des EPIDE (Établissements Pour l’Insertion Dans l’Emploi) s’enrichit d’un 19ème établissement situé à Toulouse dans l’enceinte du lycée Bellevue.

Relevant des ministères de l’Emploi et de la Ville, les EPIDE accueillent des jeunes âgés de 18 à 25 ans peu ou pas qualifiés, en difficultés, pour les accompagner pendant huit mois minimum à construire et mettre en œuvre un projet d’insertion et/ou de formation qualifiante. Le dispositif comprend des cours de remise à niveau dans les savoirs de base (mathématiques, français), et des démarches en entreprises pour y effectuer des stages. Les jeunes pourront aussi passer le code de la route, auront des activités sportives, … En internat du lundi au vendredi, les cours se déroulent en salles de classe. Mais la « marque de fabrique » des EPIDE est l’encadrement et le fonctionnement, d’inspiration militaire, avec un cadre rythmé par des horaires stricts, des règles de vie en collectivité, le port de l’uniforme pour tous (jeunes et personnels), bref une éducation à la citoyenneté.

L’admission nécessite plusieurs étapes : la première est l’inscription via internet exclusivement et le dépôt du dossier de candidature. Puis tous les inscrits sont conviés à une information collective avec visite des lieux, puis à une journée de préadmission au cours de laquelle ils participent à 4 ateliers. Enfin, la commission d’admission prend les décisions finales et sélectionne les candidatures. La sélection débouche sur la signature d’un contrat de volontariat d’une durée pouvant aller de 8 mois à 2 ans. L’entrée des volontaires est possible tout au long de l’année et organisée tous les deux mois, de février à décembre. Le contrat arrive à échéance lorsqu’une solution viable est trouvée, ce qui peut demander plus ou moins de temps.

L’EPIDE compte actuellement 90 jeunes, et ils seront 150 en 2018. Regroupés par « section » de 30, ils sont accompagnés par 6 professionnel-le-s : un-e conseiller-e en insertion professionnelle, un-e formateur-rice d’enseignement général, deux conseiller-e-s éducation et citoyenneté, deux moniteur-rice-s, mais aussi des formateur-rice-s mobilité, sport et informatique, un-e infirmier-e et un-e chargé-e d’accompagnement social. L’objectif est le travail en transversalité : chaque jeune sera pris en charge dans sa globalité, tous les agents travailleront ensemble et en inter relation auprès de chaque jeune.

L’équipe est composée de 54 agents expérimentés dont la moitié vient des autres établissements de France, spécialisés dans le domaine de l’insertion et de la pédagogie. L’EPIDE a tissé des partenariats avec Pôle emploi, la Mission locale et les associations de terrain, en résumé avec tous les acteurs de l’insertion.

 

Centre EPIDE de Toulouse

3 avenue du Professeur Joseph Ducuing
31400 Toulouse
http://www.epide.fr

 

Le Service militaire volontaire (SMV) et le Service militaire adapté (SMA)

 Le service militaire volontaire (SMV et SMA en Outre-Mer) est un dispositif militaire d'insertion professionnelle. Il s'adresse à des jeunes de 18 à 25 ans en grande difficulté qui souhaitent rebondir par la formation et un encadrement strict.

Les plans régionaux de formation : chaque région met en place des stages et des programmes de formation diplômantes ou qualifiantes dont le recrutement est local. La Mission locale conseille les jeunes, à partir de 16 ans, sur ces formations.

Dispositif  « coup de pouce 31» Organisé par la préfecture de Haute-Garonne, ce dispositif accompagne les jeunes volontaires de 15 à 30 ans issus de quartiers prioritaires de la politique de la ville dans une démarche de recherche d’emploi ou de formation, en les aidant à lever les freins qui ralentissent ou empêchent cet accès (logement, santé…). Pour bénéficier du dispositif  il est nécessaire de s’inscrire en ligne et vous serez contacté par mail ou téléphone sous 48h (tel par des conseiller-e-s du Centre Régional d’Information Jeunesse- CRIJ Occitanie)

Les GRETA  Spécialiste de la formation continue, le réseau GRETA de l'Éducation nationale propose une offre de formations large, pour les jeunes majeurs, couvrant de nombreux domaines (les parcours, contenus, durées de formations sont adaptés au projet et aux compétences visées de chaque bénéficiaire). Retrouvez toutes les adresses à la rubrique « contactez-nous ».

L’Ecole de production  C’est un réseau d’établissements privés d’enseignement technique reconnus par l’État. Une trentaine d’Écoles de Production en France préparent plus de 750 élèves, de 15 ans à 18 ans, à des diplômes professionnels d’État (CAP, BAC pro ou certifications professionnelles), en se basant sur une pédagogie du faire pour apprendre. L’Ecole de production ICAM située sur Toulouse propose des formations dans le secteur de la métallurgie et de la construction avec notamment un stage de découverte de 1 à 5 jours avant de s’engager.

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Des infos sur les établissements pour reprendre ces études.

ONISEP TV, des vidéos avec des témoignages sur le thème :

- de la rupture au raccrochage scolaire

- de la persévérance scolaire

Sur le web

Sites de l'Education nationale :

La lutte contre le décrochage scolaire

    > au niveau Académique

    > au niveau National