Handicap et Staps, le point de vue du pro

Rencontre avec Jean-Marie Vautrin, enseignant relais étudiants handicapés, responsable Spécialité sportive Sports de Battes à l’UFR STAPS Montpellier. Complément du magazine Onisep Plus n°44 : Métiers du sport : sportif, mais pas que !

vautrin_handicap

On le répète assez souvent, quand on est en situation de handicap on ne doit pas se censurer ! Après avoir rencontré Léo, 22 ans, paraplégique depuis 2011 et actuellement étudiant en L2 STAPS, la parole est à Jean-Marie Vautrin, actuellement responsable pédagogique Handicap de l’UFR STAPS Montpellier.

Il est également membre du Département de formation Activités physiques adaptées et santé (APA-S), responsable des stages, responsable de la L3. Il a été professeur en activités physiques adaptées dans un institut médico-éducatif pendant 25 ans, puis pendant 18 ans enseignant vacataire à l’UFR STAPS de l'université de Montpellier. Il est titulaire depuis 2012 et a été entraîneur de l’équipe de France de Baseball pendant 7 ans.

Actuellement, il est coordinateur scientifique du Projet BATBALL  (inclusion des  personnes en situation de handicap visuel par le baseball), membre du Département de formation Management du sport, responsable de la spécialité sportive Sports de Battes.

Un métier très varié !

Son métier consiste à réaliser des enseignements :

- scientifiques,

- en activités sportives (pratiques et théoriques),

- professionnels en fonction du niveau d’études des étudiants.

Il co-organise les enseignements de la licence 3 APA-S et les enseignements des étudiants en situation de handicap.

 

Un métier de relations humaines

Ce qu’il aime dans son métier ? « La relation humaine, la possibilité d’accompagner de futurs professionnels, la possibilité de créer des projets, la possibilité d’être maître d’œuvre des évolutions du contenu des enseignements. Pour exercer ce métier, il faut avoir une bonne capacité d’adaptation à l’évolution de la société, des mœurs, des attentes de l’État et des étudiants.

Je suis fier à chaque fois que je rencontre un étudiant qui a concrétisé sa trajectoire universitaire par une trajectoire professionnelle. »

 

Sport et handicap : des progrès, des avancées

« Dans le milieu sportif compétitif oui il y a des progrès, on l’a vu avec la médiatisation des jeux paralympiques.

Dans le milieu universitaire également ; par la mise en place de contrats pédagogiques pour les étudiants en situation de handicap, temporel ou permanent. 

Dans la vie de tous les jours pour l’accès à la pratique d’activités physiques adaptées pour toutes les personnes en situation de handicap. »

 

Mais…

« Il manque un lien entre le médecin scolaire, le médecin traitant et le médecin universitaire, car le dossier médical doit être reconstruit à l'entrée de l'université et engendre une perte de temps, des tracasseries administratives pour l'ensemble des acteurs du projet d'études. Or, la situation de handicap, malgré toutes les aides administratives, impose un rythme différent et marginalise. La prise en compte du handicap dans les études reste encore une démarche supplémentaire et contraignante.

Et malgré le décret sur l’ordonnance de séances en APA, il n’est pas abouti, il reste flou et ne permet l’accès au soin par la pratique d’APA que pour les plus défavorisés. »

 

Activité physique adaptée-Santé, une spécialité de la licence Staps, en vidéo

Alexandre, étudiant en L3 STAPS APA (Activité Physique Adaptée-Santé) à l'Université Montpellier 1

 

 

Loic, étudiant en L3 STAPS APA (Activité Physique Adaptée-Santé)

 

 

Julien, étudiant en L3 STAPS APA (Activité Physique Adaptée-Santé)

 

 

Sophie Salvadori, rédactrice Onisep

Jean-Marie Vautrin  est coordinateur scientifique du projet BATBALL (inclusion des  personnes en situation de handicap visuel par le baseball) http://batball.edu.umontpellier.fr/

Il est membre du Département de formation APA-S responsable des stages, responsable de la L3 et membre du Département de formation MS

Relais Handicap Staps

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

 > Formation et handicap avec l’Onisep