Social et paramédical : tour d’horizon des réformes

Les écoles sociales et paramédicales délivrent des diplômes d’état (DE) ou certificats de capacité (CC) permettant d’exercer un métier précis : éducateur-trice spécialisé-e, infirmier-ère, assistant-e de service social, ambulancier-ère... Jusqu’à la rentrée 2018, le mode de recrutement privilégié était le concours. Ce mode évolue pour certaines formations. Lesquelles ? Dans quelles mesures ? Le détail des réformes.

infirmier

Formations du social : reconnaissance au niveau II

A compter de la rentrée 2018, les DE d’Assistant de service social, Educateur spécialisé, Educateur de jeunes enfants et Educateur technique spécialisé sont reconnus au niveau II (bac + 3). Le DE de conseiller en économie sociale et familiale le sera, lui, à la rentrée 2020. Ils confèrent le grade de licence et s'obtiennent par validation de 180 ECTS. Les futurs diplômés pourront ainsi se présenter aux concours de catégorie A de la fonction publique. Ces diplômes comportent un socle commun de compétences qui permettra de développer une culture commune et des passerelles entre les métiers.

L'admission se fera sur dossier et entretien et non plus sur concours. Le diplôme sera intégré dans Parcoursup à la rentrée 2019 (ou 2020 si dérogation). A noter : le DUT Carrières sociales ne permettra plus d’accéder au DE de conseiller en économie sociale et familiale.

Formations dans les IFSI : un accès simplifié

Les étudiants en soins infirmiers s’engagent pour 3 années d’études pour préparer le DE d’infirmier, reconnu au grade de licence. Jusqu’à présent, les candidats qui souhaitaient intégrer un IFSI passaient un concours avec des épreuves écrites et un oral d’admission. Dès 2019, l’admission se fera sur dossier et le diplôme sera intégré à Parcoursup. Les derniers concours infirmiers auront donc lieu à l’automne 2018 pour une rentrée en IFSI en février 2019. Avec cette réforme, les étudiants seront officiellement inscrits à l’université et auront accès à l’ensemble de ses services (carte d’étudiant, bibliothèque universitaire, sport, médecine préventive...).

Autre nouveauté : la création d’un DE d’infirmier en pratique avancée. Accessible après 3 ans d’exercice en tant qu’infirmier, il se préparera en 2 ans et sera reconnu au grade de master.

Quid des prépas ?

Afin d’augmenter ses chances de réussite aux concours paramédicaux et sociaux, de nombreuses préparations existent : stages intensifs, cours sur 1 an, en lycée, à l’université ou en établissement privé. Les coûts peuvent être très élevés (jusqu’à 5000€ dans les organismes privés). Le concours infirmier étant supprimé, qu’en est-il des bacheliers inscrits en prépa en 2018-2019 ? Ces bacheliers passeront eux aussi par Parcoursup pour s’inscrire en IFSI et la préparation suivie constituera un plus pour leur dossier de candidature. Les classes préparatoires sous leur forme actuelle tendront par conséquent à disparaître au profit de formations d’accompagnement vers les formations de santé et du social.

Le service sanitaire généralisé pour les étudiants en santé

Le service sanitaire vise à former les futurs professionnels de la santé aux enjeux de la prévention primaire par la participation à la réalisation d’actions de prévention dans des établissements scolaires, lieux de vie, entreprises… sur des thèmes prioritaires de la santé publique (activité physique, contraception, addiction...). Depuis la rentrée 2018, le dispositif est étendu à l’ensemble du territoire, pour les formations en médecine, odontologie, maïeutique, pharmacie, kinésithérapie et soins infirmiers. A partir de la rentrée 2019, il concernera toutes les formations de santé, soit environ 50 000 étudiants par an. Le service sanitaire représentera l’équivalent d’une période de 3 mois de formation, continue ou discontinue et sera obligatoire pour l’obtention du diplôme.

Imprimer

À lire aussi

Les publications de l'Onisep

Les métiers du paramédical, collection Parcours
Les métiers du paramédical
* Prix hors frais de port