Les maths pour mon futur métier !

Martinique - Fort de France / Publication : 9 mars 2017
La Semaine des mathématiques qui a lieu du 13 au 19 mars 2017 a pour objectif de montrer à tous les élèves des écoles, collèges et lycées ainsi qu’à leurs parents, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques.

http://www.education.gouv.fr/cid59384/la-semaine-des-mathematiques.html

Le thème de cette sixième édition invite à explorer les liens qu’entretiennent les mathématiques et les langages. Retrouvez le programme de l’académie de Martinique http://www.ac-martinique.fr/index.php?id=1027

Professeur de maths ? Oui mais encore… Les mathématiques offrent de nombreux débouchés.

  • Dans le secteur des services :

On peut commencer par citer la finance, la banque, l’assurance et les statistiques où la capacité à manipuler et à analyser des données chiffrées est l’essence même de l’activité.

Le métier d’actuaire, chargé de calculer les risques ou encore le tarif d’une mutuelle dans les assurances, les banques ou les organismes de retraite, s’appuie sur les méthodes mathématiques et statistiques les plus sophistiquées.

D’autres métiers du secteur: analyste financier, courtier, gestionnaire de contrats, trader, etc.

Dans la gestion d’entreprise ou l’administration, le ou la comptable suit au jour le jour les entrées et sorties d’argent.

L’expert-comptable, quant à lui est chargé de vérifier les comptes. L’auditeur analyse les budgets et les méthodes de travail pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise.

D’autres métiers du secteur : administrateur judiciaire, économe, etc.

Dans le commerce, le marketing ou la logistique qui sont présents dans la plupart des entreprises, on retrouve des métiers comme chef ou cheffe de projet marketing, chargé d’études de marché, etc.

Dans le secteur public (des impôts, du Trésor public, des douanes, du travail), les contrôleurs et les inspecteurs sont employés par l’Etat. Ces fonctionnaires doivent avoir un goût prononcé pour les chiffres, et avoir des compétences en droit et en fiscalité.

www.economie.gouv.fr

D’autres métiers du secteur public : enseignant-chercheur, professeur de maths ou de physique-chimie, etc.

 

  • Dans le secteur industriel :

Dans l’aéronautique, l’automobile ou le bâtiment, le métier d’ingénieur ou ingénieure, par exemple, nécessite un bon niveau en maths pour maîtriser les concepts scientifiques et techniques.

Ces professionnels effectuent des calculs “lourds” sur ordinateur pour simuler des phénomènes complexes répondant à des lois physiques. La modélisation par des équations, certains résultats de la théorie des nombres, sont des outils indispensables à la conception et au design de voitures ou d’avions, ou à la cryptographie, pour la transmission fiable des données.

Des métiers du secteur du bâtiment : géomètre-topographe, économiste de la construction, conducteur ou conductrice de travaux, etc. Des professionnels du BTP jonglent au quotidien avec les chiffres.

Un domaine auquel on ne pense pas toujours : l’imagerie médicale, qui repose aujourd’hui, essentiellement, sur le traitement du signal

 

  • Dans le secteur du numérique :

Dans les télécommunications; le secteur du conseil et de l’ingénierie, la R & D (recherche et développement), etc., 11 % des jeunes diplômés travaillent dans l’informatique, en particulier dans l’informatique décisionnelle et de gestion.

Les applications informatiques demandent en effet des connaissances en mathématiques de plus en plus poussées pour les calculs formels et la visualisation graphique par exemple. La double compétence mathématiques informatique est, de ce fait, de plus en plus prisée.

Filles comme garçons, les jeunes diplômés en mathématiques peuvent devenir analystes programmeurs, développeurs de logiciels, ingénieurs d’études et développement ou consultants en informatique dans une SSII (société de services en ingénierie informatique), en cabinet de conseil ou au sein d’une banque.

L’administrateur de bases de données traite des milliers d’informations et les organise pour que chacun puisse les utiliser.

http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/10-metiers-pour/Quels-metiers-pour-les-matheuses-et-les-matheux

 

Des métiers, ouverts aux filles comme aux garçons !

Aujourd’hui, alors que les filles représentent près de la moitié des effectifs de terminale S et obtiennent un taux de réussite au bac plus élevé, elles ne représentent plus que 27 % des effectifs dans les formations d’ingénieurs et 30 % au sein des classes préparatoires scientifiques post-bac. Et les chiffres ne sont pas plus encourageants à l’Université avec plus de 70 % de femmes en lettres et en langues et moins de 30 % en sciences fondamentales et en Staps (Sur les chemins de l’égalité 2015 – données 2013).

Alors les filles, osez les maths !                

 

Les formations dans nos régions

BTS Comptabilité et gestion (Lycées Centre Sud à Ducos, Joseph Gaillard et AMEP à Fort-de-France)

Le/la titulaire de ce BTS peut travailler dans un cabinet comptable, au sein du service comptabilité d'une entreprise, dans une banque, une société d'assurances ou une administration.

Son activité consiste à traduire de manière comptable toutes les opérations commerciales ou financières et à établir les documents correspondants. Il/elle analyse également les informations dont il/elle dispose pour préparer les décisions de gestion. Il/elle connaît le matériel et les logiciels spécialisés et est capable de participer aux projets informatiques de son service.

 

BTS Etudes et économie de la construction (Lycée La Jetée au François)

Ce-tte technicien-ne supérieur-e peut travailler dans un cabinet d'architecte ou d'économiste de la construction, un bureau d'ingénierie, un cabinet d'assurances ou une administration. Il/elle peut également exercer son activité à titre libéral.

Il/elle intervient à tous les stades du projet de construction. Il/elle réalise les premières études sur la base des moyens à mettre en œuvre et détermine si le projet est financièrement réalisable. Dans l'affirmative, le programme se précise. Le/la technicien-ne peut alors déterminer, en tenant compte de tous les éléments qui ont été précisés (contraintes, adaptations nécessaires au site, techniques de construction choisies…), l'enveloppe financière qui devra être affectée aux travaux. En parallèle, il/elle mène plusieurs actions : description technique des ouvrages, établissement de l'offre de prix de l'entreprise de bâtiment ou de travaux publics.

En cours de travaux, il/elle aide au maintien de l'engagement initial en assurant un contrôle financier de la réalisation et dresse des états de situation, procède à des révisions de prix et à l'analyse des résultats du chantier.

 

CPGE Mathématiques Physique Sciences de l’Ingénieur (Lycée Bellevue à Fort-de-France)

La prépa MPSI est destinée aux bacheliers et bachelières S, toutes spécialités, prêt-e-s à faire des maths à haute dose. En pratique, la plupart des élèves de MPSI ont suivi l'enseignement de spécialité mathématiques en terminale, ayant ainsi éprouvé leur goût pour l'abstraction.

C'est également la voie à suivre pour ceux et celles qui sont attiré-e-s par l'informatique car une option dédiée est prévue dès le 2nd semestre.

 

Licence Mathématiques (Université des Antilles Pôle Martinique à Schœlcher)

Au programme : algèbre, analyse, géométrie, probabilités, statistiques. Sont également prévus des modules d'analyse ou de compréhension des différents outils mathématiques (apprendre à rédiger des démonstrations, à faire des raisonnements logiques) et des unités de découverte des grands domaines d'application des mathématiques, comme les statistiques, les finances, la cryptographie...

L'informatique, indispensable à la discipline, est aussi bien présente : modélisation et simulation numériques, apprentissage de l'utilisation des logiciels mathématiques.

Des parcours sont déclinés, selon l'orientation envisagée, en finance, cryptographie, modélisation et simulation, techniques statistiques...

Et après ? La licence de mathématiques débouche sur des masters préparant à la recherche ou à l'enseignement, ou permettant de s'insérer dans des secteurs tels que la banque, les assurances, l'informatique, la finance... Elle permet aussi de se présenter aux concours d'entrée en écoles d'ingénieurs.

 

Licence Economie et gestion (Université des Antilles Pôle Martinique à Schœlcher)

Au programme : cette mention aborde le fonctionnement d’une économie (macroéconomie), le comportement des acteurs économiques (microéconomie) et les problèmes économiques contemporains. L'analyse économique ainsi que l’acquisition des outils de l’économiste (mathématiques, statistiques, informatique) représente une part importante du programme, complétées par la gestion d'entreprise.

Et après ? : En général, l'étudiant-e s'oriente en 3e année vers l'économie ou la gestion par le biais de différentes spécialisations : analyse économique, mathématiques-économie, finance, comptabilité, gestion des entreprises, systèmes d'information... Cette licence peut mener aux CAPES, CAPET, CAPLP et agrégation, accessibles en master.

 

Les publications de l’ONISEP

Les métiers de la statistique

Collection : Zoom sur les métiers

Juin 2011

 

Les métiers des mathématiques et de l’informatique

Collection : Zoom sur les métiers

Mars 2015

J’aime les chiffres  (Métiers et formations)

Collection : Onisep Plus

Editeur : Onisep Montpellier

Février 2016

 

 

Séquences pédagogiques : les métiers au cœur de la classe

http://www.onisep.fr/Espace-pedagogique/Parcours-Avenir/Les-metiers-au-coeur-de-la-classe/Technicien-ne-etudes-de-prix

 

Sitothèque

www.femmes-et-maths.fr

Société française de statistique (SFDS) www.sfds.asso.fr

Société de mathématiques appliquées et industrielles (SMAI) http://smai.emath.fr

Portail numérique Éduscol en mathématiques http://eduscol.education.fr/maths

Croupier, un métier, une formation certifiée par l’État http://bit.ly/1Nisydk