Parcoursup : la phase de réception et d’acceptation des propositions

Votre enfant a formulé ses vœux dans Parcoursup. Les établissements ont commencé à lui envoyer des réponses. Pour ne manquer aucune étape de cette nouvelle phase de la procédure, voici des informations et une fiche à télécharger avec le calendrier des délais de réponses aux propositions d’admission des établissements.

Calendrier de terminale : les grandes étapes

Depuis le 22 mai, retour des propositions des établissements

Du 22 mai au 5 septembre inclus, les réponses des établissements d’enseignement supérieur arrivent régulièrement sur le compte de votre enfant dans Parcoursup, au maximum, une fois par jour, en dehors des heures de cours.

Les alertes sont envoyées :

  • sur le portable de votre enfant via l’application Parcoursup préalablement téléchargée ;
  • dans sa messagerie personnelle ;
  • dans sa messagerie intégrée dans Parcoursup ;
  • dans votre boîte mail, si votre adresse a été renseignée dans Parcousup.

Les 4 propositions possibles :

  • "oui" : proposition d’admission.
  • "oui, si" : proposition d’admission si votre enfant suit un parcours adapté qui lui est proposé.
  • "En attente" : liste d’attente jusqu’à ce qu’une place se libère avec possibilité d’avoir des informations sur sa situation.
  • "non" : refusé.

Des délais à respecter pour répondre aux établissements 

Votre enfant doit répondre aux propositions d’admission dans les délais impartis. L’Onisep a conçu, en partenariat avec le CIO Mediacom, une fiche destinée aux élèves de terminale. Elle comprend des informations, des conseils ainsi qu’un calendrier concernant les délais de réponses aux propositions d’admission des établissements. Télécharger ou feuilleter la fiche "Bien se préparer à la phase de réception et d’acceptation des réponses dans Parcoursup".

Parcoursup : la phase complémentaire

A partir du 26 juin et jusqu’au 21 septembre inclus commence la phase complémentaire de Parcoursup. Elle permet aux candidats "hors délais" ou n'ayant reçu aucune proposition d'admission de formuler de nouveau des vœux.

Seules les formations disposant encore de places vacantes sont affichées lors de cette phase. Les élèves ne pourront pas demander une formation pour laquelle ils ont été refusés en phase principale.

Nouveauté 2018 - La commission d’accès à l’enseignement supérieur (CAES)

Une commission d’accès à l’enseignement supérieur, placée sous l'autorité du recteur, est mise en place pour garantir le droit aux candidats d'accéder aux études supérieures.

Qui est concerné par la CAES ?

Les candidats  :

  • n'ayant formulé que des vœux dans les filières sélectives et reçu que des réponses négatives ;
  • sollicitant le réexamen de leur candidature, en cohérence avec leur situation particulière.

Ces candidats sont informés par mail, notification téléphonique, message dans leur dossier de la possibilité de solliciter un accompagnement par la commission académique d’accès à l’enseignement supérieur de leur académie.

En quoi consiste la commission d’accès à l’enseignement supérieur ?

Cette commission se réunit afin de trouver des solutions aux candidats, au plus près de leurs choix initiaux, dans une formation disposant de places vacantes.

Elle garantit également le droit au réexamen des dossiers des candidats ayant des besoins particuliers, en vue d'une inscription dans un établissement dans une zone géographique déterminée :

  • candidat en situation de handicap ou présentant un trouble de santé invalidant ;
  • sportif de haut niveau ;
  • candidat ayant la responsabilité d'une famille.

Quelles démarches entreprendre pour bénéficier de la CAES ?

C’est au candidat de saisir la commission de son académie pour bénéficier d'un accompagnement. Sur la plateforme Parcoursup, le candidat dispose d’un onglet "CAES" dans la rubrique "Admission" de son dossier. Le candidat doit cliquer sur la case dédiée pour confirmer qu’il sollicite l'aide de la commission.

Parcoursup

 
La CAES et les candidats communiquent via la messagerie "contact" de la plateforme Parcoursup.

 

Imprimer

À lire aussi