Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Aéronautique

en région Hauts-de-France

L'aéronautique construit "tout ce qui vole" ! Un secteur bien présent dans notre région. Airbus et sa filiale, Airbus Defence and Space, vont même y tester la livraison par drone !

Aéronautique

Aéronefs ou astronefs ?

Les aéronefs sont des appareils capables de voler seuls dans l'atmosphère terrestre : avions, hélicoptères, planeurs, mais aussi drones militaires. Par opposition, les véhicules spatiaux ou astronefs (satellites, fusées, navettes) évoluent en dehors de l'atmosphère de la Terre (au-delà de 100 km d'altitude).

En résumé : Airbus est un aéronef et Ariane, un astronef !

 

QUI INTERVIENT DANS LA CONSTRUCTION D'UN AVION ?

Les avionneurs conçoivent, assemblent et vendent les aéronefs. Avec 136 000 salariés, Airbus Group est la première entreprise européenne du secteur.
Moteurs, trains d'atterrissage, logiciels, systèmes électriques, mécaniques et hydrauliques, aérostructures… tous ces éléments sont élaborés et fournis aux constructeurs par de grands équipementiers : Thales, Daher, Zodiac Aerospace, Latécoère…

Pour s'approvisionner, ces grands groupes font eux-mêmes appel à des sous-traitants, dont une multitude de PME (petites et moyennes entreprises).

LES ENTREPRISES RÉGIONALES

La filière aéronautique dans la région Hauts-de-France emploie près de 8 500 salariés pour 100 établissements. La région accueille de nombreux équipementiers aéronautiques, dont certains d’envergure internationale (Stelia Aerospace, Zodiac Aérospace, Dassault, Thalès…). (Source UIMM).

 

 

LES ÉTAPES DE LA FABRICATION D'UN MOTEUR D'AVION

À Safran Aircraft Engines, l’un des principaux motoristes français, plus de 5 000 personnes s’activent pour fabriquer les moteurs d’avions Airbus ou Boeing, ainsi que ceux du célèbre Rafale. Du travail de recherche et de développement à l’assemblage final, suivons les différents temps de la fabrication d’un moteur.

Les étapes de la fabrication d'un moteur d'avion

Cliquez sur une image pour afficher le diaporama

Etape 1

Première étape de la fabrication d’un moteur d’avion : la conception. Dans les bureaux d’études, chaque pièce, chaque système informatique est dessiné à l’aide de logiciels. Testés virtuellement puis sans cesse améliorés, ces éléments ne passeront en phase d’élaboration que lorsqu’ils correspondront parfaitement aux demandes des clients. Un travail de longue haleine qui peut durer des mois, voire des années.

Etape 2

Durant cette phase de conception, des essais dits de R & D sont réalisés, d’abord sur  pièce puis sur moteur complet. Ces tests permettent aux ingénieurs des bureaux d’études d’observer en conditions réelles dans la salle de banc d’essais comment ce qu’ils ont conçu réagit. Aidés par des metteurs au point, des techniciens vont effectuer toute une série de mesures qui permettront aux ingénieurs d’ajuster leurs calculs et d’améliorer leur pièce ou leur système.

Etape 3

Passage à la fabrication ! Dans cet atelier, plusieurs moteurs, à la fois civils et militaires, sont assemblés. Certains entièrement, d’autres seront finalisés chez des entreprises partenaires. À chacun une zone de travail bien délimitée. 130 personnes, mécaniciens et techniciens, travaillent ici sous la supervision de responsables de production.

Etape 4

Au "magasin", les pièces nécessaires à l’assemblage d’un moteur sont entreposées. Toutes sont vérifiées et répertoriés par des logisticiens, un passage indispensable pour assurer leur traçabilité. Dès qu’un mécanicien à l’atelier a besoin d’une pièce, la demande est envoyée au magasin. Chaque jour, visserie, écrous, joints sont sortis de leurs emballages pour être immédiatement montés.

Etape 5

L’assemblage d’un moteur se fait en plusieurs étapes. Polyvalents, les ouvriers sont formés pour se relayer sur les différents postes de travail, selon une rotation en 2 x 8 ou en 3 x 8. À chaque fois, par équipe, ils assemblent des pièces bien particulières : soufflante, turbine, enceinte arrière...

Etape 6

Pour ce moteur, le montage se fait en cinq phases. Un monteur travaille actuellement sur la 4e : il monte les rampes de refroidissement qui vont servir à refroidir la turbine basse pression. Le lendemain, une autre équipe prendra le relais et terminera l’assemblage. Souvent, des monteurs expérimentés travaillent avec de jeunes recrues en formation. Ce tutorat permet de transmettre un savoir-faire maison.

Etape 7

Dernière étape avant la commercialisation : les tests sur un banc d’essais. Les metteurs au point installent le moteur devant un impressionnant système d’éjection qui sert à "aspirer" le bruit. Dans une autre pièce, derrière leurs ordinateurs, les techniciens essais commencent le rodage du moteur puis vérifient un certain nombre de paramètres établis par le client : niveau de poussée, niveau d’huile, consommation… Une fois les essais terminés, les moteurs seront conditionnés, puis stockés dans l’attente de leur livraison. 

 

Les métiers et l'emploi

Aéronautique_2

Ingénieure méthode industrialisation : un profil qui intéresse les recruteurs.

Les perspectives de recrutement demeurent globalement bonnes, en particulier chez les équipementiers et dans les services production et méthodes.

Parmi les postes à pourvoir figurent des ingénieur.e.s en mécanique, matériaux, structures, systèmes ou méthodes. Les entreprises recherchent également des techniciens et des techniciennes en production, méthodes et qualité, ainsi que des opérateurs ou opératrices en logistique.

Les ajusteurs-monteurs ou ajusteuses-monteuses, les techniciens ou techniciennes d'usinage, les drapeurs ou drapeuses, les câbleurs ou câbleuses manquent à l'appel, en particulier dans les PME.

En raison d'importants développements dans les logiciels, les ingénieur.e.s en électronique sont aussi très recherchés.

Particularité du secteur : plus de 80 % des recrutements se font en CDI et à temps plein.

 

Les aéronefs sont des appareils capables de voler seuls dans l'atmosphère terrestre : avions, hélicoptères, planeurs, mais aussi drones militaires. Par opposition, les véhicules spatiaux ou astronefs (satellites, fusées, navettes) évoluent en dehors de l'atmosphère de la Terre (au-delà de 100 km d'altitude).

En résumé : Airbus est un aéronef et Ariane, un astronef !