Tétière CMQ Métallurgie plasturgie

Manon, apprentie en maintenance

Manon prépare un bac pro Maintenance chez Proméo Saint-Quentin. Mature et déterminée, elle a choisi une filière d'avenir, où les femmes sont encore trop rares.

Manon_Maintenance

"Je suis passionnée de mécanique", dit d'emblée la jeune femme qui aimait bricoler avec ses trois frères ainés.

Après la 3e, elle choisit de faire une seconde industrielle à Proméo Saint-Quentin et y découvre la maintenance, spécialité qui permet de toucher à plusieurs technologies. Manon a un projet bien précis : préparer un bac pro Maintenance dans l'entreprise où travaille son frère et qu'elle a découverte pendant une journée portes ouvertes. "Mais avant d'être embauchée, j'ai dû faire mes preuves pendant deux mois, en stage".

La maintenance ? Un métier de très grande précision

Manon est apprentie au service après-vente des pompes centrifuges chez Sulzer Ensival Moret. Implantée à Saint-Quentin, cette entreprise de renommée internationale est spécialisée dans la conception et la fabrication de pompes industrielles adaptées à des produits qui peuvent être acides, abrasifs et utilisables à des températures extrêmes. Après diagnostic, les pompes sont démontées, réparées et remontées selon un protocole d'expertise très détaillé. C'est un métier de très grande précision.

Prouver sa compétence

"Je suis la seule fille du service et au début mes collègues me charriaient un peu. J'ai prouvé que j'étais compétente et que je connaissais des nouvelles technologies. S'ils me voient galérer, ils me donnent un coup de main. Certaines pompes sont si volumineuses qu'il faut utiliser des appareils de levage qui ne se manipulent qu'à deux. On se fait tous confiance ! ".

L'apprentissage : accélérateur de maturité

La jeune femme de 18 ans, reconnait avoir pris "une grande leçon de maturité" grâce à l'apprentissage. "Le savoir être, c'est important. On est amenés à côtoyer des adultes, on ne peut pas se comporter avec eux comme avec des copains. J'ai la chance d'être très bien encadrée par mon tuteur qui suit mes progrès dans l'entreprise et au CFA". La "leçon" a payé puisque Manon sera amenée à partir en chantier l'année prochaine pour installer des pompes et pourrait, après son bac pro, rester dans l'entreprise pour y préparer un BTS.

Des projets et des choix assumés

"Dans 3 ou 4 ans, une équipe est susceptible de partir sur des chantiers à l'étranger et ça me plairait d'en faire partie. Plus tard, je veux être cheffe. J'aime bien diriger et prendre des responsabilités". Quels que soient ses choix, l'avenir professionnel de Manon est assuré. Les pros de la maintenance font partie des profils les plus recherchés sur le marché du travail.

Imprimer