Tétière CMQ Métallurgie plasturgie

Le bac pro Pilote de ligne de production

Dans l'académie d'Amiens, le bac pro Pilote de ligne de production se prépare exclusivement par alternance. Maxime, apprenti en 1re pro et Thierry Prévost, formateur en automatismes chez Proméo Saint-Quentin, nous font découvrir cette formation, dont les titulaires sont très appréciés sur le marché du travail.

Maxime_Pilote de ligne de production

Maxime est apprenti dans une entreprise qui fabrique des enveloppes et de pochettes en papier. Le jeune homme pilote des lignes de production qui transforment des bobines de papier d'une tonne en enveloppes prêtes à l'emploi. "Il faut faire beaucoup de réglages pour que la production soit conforme, explique-t-il. Nous travaillons en 3x8, sauf le week-end. Je suis en binôme avec un autre pilote. L'an prochain, je serai régleur qualifié sur ligne et responsable du produit fini. Je serai plus autonome". Dans l'entreprise, le souci de la qualité et la vigilance sont constants.

Sécurité, qualité, productivité

"Ce n'est pas un métier de presse bouton", confirme Thierry Prévost. Les pilotes de ligne de production doivent connaître les modes opératoires par cœur. Ils sont capables de prendre en charge le travail d'autres opérateurs et de former les intérimaires et les nouveaux arrivants".

La formation comprend une très forte dominante technique pour permettre aux futurs pilotes d'effectuer la maintenance de premier niveau. Au programme : des automatismes, du génie électrique, de la pneumatique et un peu d'hydraulique. Sans oublier quelques notions en contrôle et régulation pour comprendre le rôle des capteurs et des détecteurs…

Proposer des améliorations

Au CFA, à l'atelier, trône un "tableau d'animation visuelle de la performance", comme on en trouve dans les entreprises. L'objectif est de sensibiliser les futurs pilotes au respect des critères de sécurité, qualité et productivité, essentiels dans ce métier et de leur donner une vision globale du processus de fabrication. "Les pilotes doivent également être capables de proposer des améliorations techniques argumentées et chiffrées, avec retour sur investissement", rappelle le formateur.

Partage d'expériences

Les apprentis alternent 1 semaine au CFA et 1 semaine en entreprise. Maxime apprécie l'ambiance du CFA et l'engagement des apprentis dans leur formation. Tous les lundis, les alternants évoquent les éventuelles difficultés rencontrées dans leurs entreprises. "On partage des idées, on cherche ensemble des solutions, on s'entraide", explique-t-il.

Seule ombre au tableau : les mineurs ne trouvent pas d'entreprises d'accueil compte tenu des contraintes réglementaires qui pèsent sur elles. Une situation que déplore Thierry Prévost alors que les titulaires du diplôme s'insèrent très facilement ou poursuivent avec succès leurs études.

Imprimer