Portrait de Raymond CAZAL

L’ONISEP-Guyane part à la rencontre d’un jeune guyanais, M. Raymond CAZAL, pilote de ligne à Air Guyane.

Pour ce portrait, embarquement immédiat vol Air Guyane avec Raymond CAZAL.
Point de départ: Lycée Professionnel Max Joséphine pour un CAP Plomberie .Puis Raymond est passé au lycée Elie Castor de Kourou pour un Bac Pro Equipement Technique et Energétique. Ensuite, il fait plusieurs escales: Montpellier, Perpignan, USA, Paris et République Tchèque. Arrivée en GUYANE où il est pilote!

 

Cazal

CAZAL

Raymond

31 ans

Pilote de ligne

Commune de Cayenne

 

Parlez-nous de votre profession…

Je suis pilote de ligne sur la compagnie Air Guyane. J’assure le transport de passagers et le fret sur les vols internes Guyane.

Pour en savoir plus sur le métier de pilote de ligne,  cliquez ici

 

Présentez-nous l'entreprise dans laquelle vous évoluez ...

Je travaille pour la compagnie Air Guyane. C’est une compagnie inter- régionale express qui existe depuis 2003.

Elle assure les vols internes reliant Cayenne à Maripasoula, Saül, Grand-Santi, Saint-Laurent.

Avant chaque vol, le personnel du sol fait un énorme travail en commençant par l'enregistrement des passagers et la vérification technique de mon avion par les mécaniciens, ainsi que le chargement de l'avion.

Exercer cette profession, est-ce l'aboutissement d'un rêve, d'une passion, d'un choix de raison  ?

C’est un rêve ! 

Cazal2

 

Le déclic s'est-il produit au collège ? Au lycée ? Au cours de vos études supérieurs ? Ou y êtes-vous arrivée par un concours de circonstances ?

J’étais au CP en 1992, et en voyant passer un CESSNA 406 de la compagnie Air Guyane au- dessus de Maripasoula, j’ai décidé que je serai pilote de ligne.

 

Qu'appréciez-vous tout particulièrement dans l'exercice de votre profession ? Qu'est-ce qui vous donne envie de revenir chaque matin ?

Je suis impatient chaque matin de préparer mon avion et j’ai hâte d’être dans les airs et d’amener les passagers à bon port et dans les meilleures conditions.

 

Quelles sont les exigences de votre métier ?

Respecter la réglementation et bien étudier les conditions météorologiques avant le vol !

 

Quelles en sont les contraintes ?

Il faut veiller à arriver au travail en forme car voler nécessite une grande concentration.

Il est indispensable de respecter une ligne de conduite dans sa vie personnelle et veiller à rester en bonne santé car chaque année les pilotes de ligne sont soumis à un contrôle médical.

 

Quelles sont les qualités qu'il est souhaitable de posséder pour s'épanouir dans votre profession ?

Il faut savoir rester humble et écouter les conseils des autres pour progresser. Il faut également être sérieux et ponctuel.

 

Quelles sont les évolutions de carrières possibles ?

Il est possible de devenir commandant de bord lorsque l’on est copilote. Je peux également changer de compagnie et espérer piloter d’autres types d’avions.

 

Quel est votre parcours scolaire ? Quelles formation avez-vous suivie ?

J’ai été à Maripasoula du primaire au collège.

J’ai ensuite dû venir sur Cayenne pour préparer tout d’abord un CAP Plomberie au Lycée Professionnel Max Joséphine, puis un Bac Pro Equipement Technique et Energétique (Froid et Climatisation) au lycée Elie Castor de Kourou.

J’ai eu la chance de faire des rencontres déterminantes pour m’orienter vers le métier de pilote : une Conseillère d’Orientation Psychologue à Maripasoula, qui était pilote privé et un CPE à Kourou, qui est devenu mon instructeur lorsque je me suis inscrit sur leurs conseils à l’aéroclub de Kourou.

Après l’obtention de mon BAC Pro, je suis parti à Montpellier après une année sabbatique forcée (j’étais en attente de recevoir une bourse de la Région, car les études de pilotage sont extrêmement chères !).

A Montpellier, j’ai suivi des cours théoriques pendant 18 mois (dont 6 mois de remise à niveau) et j’ai obtenu l’ATPL (Arline Transport Pilot Licence), une licence théorique de pilote.

C’est à Perpignan que j’ai suivi les cours pratiques et que j’ai obtenu mon diplôme CPL (Licence de Pilote Professionnel) ainsi que 2 qualifications acquises : le vol aux instruments multi moteurs et le travail en équipage.

Je suis ensuite parti aux USA pour effectuer le nombre d’heures de vol prévus dans le cadre de la formation.

J’ai ensuite passé 6 mois à l’apprentissage de la langue anglaise, indispensable pour exercer ce métier et j’ai obtenu mon certificat à Paris.

4 mois après, Air Guyane m’a contacté et je suis parti en République Tchèque effectuer 3 semaines de vol de qualification sur le même type d’avion exploité par Air Guyane à Cayenne.

 

Quelles qualités/aptitudes avez-vous développées pendant ces années d'études pour réussir à suivre ce cursus/cette formation ?

J’ai appris à connaître mes forces et également mes faiblesses. Et toutes les difficultés rencontrées et surpassées m’ont permis de devenir plus fort !

 

Conseilleriez-vous le parcours scolaire/de formation que vous avez suivi ? Si non, lequel vous parait le plus adéquat ?

J’ai suivi un parcours scolaire très peu conventionnel ! Je conseillerais aux jeunes de suivre un parcours plus approprié en commençant par préparer un BAC S et  intégrer l’ENAC (Ecole Nationale de l’Aviation Civile), ou se rapprocher de l’Armée de l’Air.

Si cela n’est pas possible, notamment pour des raisons d’ordre financier, il faut savoir qu’il est possible, sous certaines conditions, d’obtenir une subvention de la CTG.

Cazal3

 

Quelle est la difficulté majeure que vous avez rencontrée pour accéder à ce métier ?

Mon parcours est très atypique et la difficulté majeure que j’ai rencontrée est liée à cela : commencer par un CAP et un BAC Pro ne m’a pas aidé et j’ai dû travailler très dur pour combler mes lacunes.

L’autre difficulté, c’est de devoir quitter sa famille et de se retrouver en Métropole, seul. En revanche, pour ce qui est de trouver un emploi, je n’ai pas eu de difficulté majeure.

 

Avez-vous douté quant à atteindre, un jour, votre but ?

Le doute m’a souvent habité car je savais pertinemment ne pas avoir le niveau requis mais je ne  me suis pas découragé et j’ai travaillé ardemment !

 

Quelle est la plus grande leçon que vous avez apprise dans le cadre de votre profession ?

La plus grande leçon de vie que j’ai apprise, c’est sans conteste l’humilité !

 

Que conseilleriez-vous à un étudiant/lycéen qui souhaiterait à terme, exercer votre profession ?

Je conseillerais aux jeunes désirant devenir pilote de se rendre en premier lieu dans un aéroclub pour rencontrer des pilotes.

(Il est d’ailleurs possible d’aller sur le Facebook Air Guyane et de demander à entrer en contact avec des pilotes qui seront ravis de leur donner des conseils.)

L’autre conseil que je pourrais leur donner, et quel que soit le parcours qu’ils choisiront, c’est d’aller jusqu’au bout de leurs efforts, car c’est là que se trouve la réussite !

 

"Voyage dans le futur", je vous interview en 2025… A quoi ressemble votre vie professionnelle ?

En 2025, je serai commandant de bord et instructeur examinateur à Air Guyane !

 

Une petite anecdote personnelle liée à votre formation, votre parcours professionnel ou votre profession ? 

Lorsque j’étais en Métropole, loin des miens et un peu déprimé devant l’ampleur de la tâche, le Directeur m’a recadré et remotivé en me rappelant que si je souhaitais réellement réussir, je n’avais que 3 choses à faire : TRA-VA-ILLER !

C’est ce que j’ai fait et mon rêve est devenu réalité !

 

Merci Raymond pour ce portrait !

Imprimer