Film historique et féministe à la cité scolaire de Sézanne

Comme l’explique le proviseur du lycée au maire de la commune, lors d’une introduction commune, la projection d’un long métrage au cinéma de Sézanne, réalisé par les élèves et les enseignants du lycée est un rituel vieux de 10 ans qui embrase toute la classe de 1ère L et l’équipe pédagogique, eux-compris !
Visuel film Sézanne

Un retour désenchanté pour les hommes… et les femmes

L’histoire et le féminisme sont le fil d’Ariane des films réalisés par la classe, emmenée par leurs enseignants Mme Zélanti à la caméra et M. Zélanti au montage. Cette année, le film débute dans un futur très proche, avec une cérémonie du 11 novembre 2018 pour très vite nous transporter à l’époque qui suit l’après-guerre, en 1919. Le titre « Armistices, espoirs et désillusions » annonce la teneur du propos. Espoirs et désillusions des soldats qui reviennent mais aussi, des femmes qui ne veulent pas sagement rentrer dans leur foyer après avoir œuvrer en tant qu’ infirmières, ouvrières… et qui débattent vivement de leur émancipation, avec cette justesse de présenter aussi celles qui veulent rester dans un « confort » d’épouse dédiée à leur mari.

 

Une aventure pédagogique forte et partagée

Les élèves se souviendront toute leur vie de cette aventure pour en avoir été les acteurs et les actrices dans tous les sens du terme, de la complicité nouée avec leurs professeurs et le proviseur, et bien sûr des éléments socio-historiques abordés, tellement multiples dans ce long métrage d’1h20. C’est donc un projet pédagogique fort, partagé avec leurs proches à en juger par le nombre de spectateurs qui ont presque totalement rempli la salle.

C’est aussi grâce à ce projet que la classe de L compte souvent plus de garçons qu’ailleurs, avec pour certains, le projet de poursuivre des études dans ce domaine (scénariste, acteur, ingénieur du son, monteur, photographe, réalisateur de courts-métrages...). 

 

Un projet qui déborde le cadre scolaire

Sept élèves du film de cette année ont accepté de participer également le samedi et dimanche après-midis aux Journées Européennes du Patrimoine à Sézanne en rejouant une des scènes du film, celle des lavandières. Leur saynète constituait une étape de la visite des touristes parmi cinq autres racontant par des acteurs adultes d'autres histoires en d'autres lieux de Sézanne. Toutes ces animations ont été mises en scène par le comédien engagé chaque année dans le projet du film.

Le projet de cette année scolaire va traiter de l'époque napoléonienne, 1814, avec comme lieux de tournage le château de Montmirail, la maison d'un baron d'Empire à Sézanne où Napoléon aurait dormi juste avant la bataille de Montmirail. Une nouvelle aventure qui commence…

Imprimer