Tous nos articles

Réalité virtuelle. Golaem crée les armées de Game of Thrones

Une start-up bretonne, Golaem, a mis au point un logiciel qui permet à des cinéastes, des réalisateurs de jeux vidéo ou des publicitaires de créer des foules virtuelles très réalistes...

Golaem Réalité Virtuelle

Une armée dans la série Game of Thrones, les spectateurs massés sur le parcours du Tour de France dans le dernier film de Stephen Frears, « The Program »... Pas de figurants ici, mais des foules créées à partir de personnages virtuels grâce à un logiciel commercialisé par une start-up bretonne, Golaem. Stéphane Donikian a créé la société en 2009. Sa spécialité : l’animation et la simulation des comportements humains. « Avant de devenir chef d’entreprise, je conduisais des recherches au sein d’une équipe qui travaillait sur l’interaction entre humain et humain virtuel dans un monde virtuel. J’ai eu l’envie d’aller plus loin que la réalisation de prototypes, mettre en pratique certains résultats de la recherche et concevoir des produits commercialisables. »

Deux ans pour industrialiser les résultats de la recherche

A ses débuts, Golaem collaborait avec les services innovation de quelques grandes entreprises pour, par exemple, créer des simulateurs de pilotage pour l’aéronautique et l’automobile ou des applications de formation à la maintenance industrielle. Peu à peu la jeune société a recentré ses activités sur les effets spéciaux pour le cinéma, les séries TV, les films d’animation et la publicité.

Goalem commercialise aujourd’hui un logiciel, “Golaem Crowd”, qui permet à n’importe qui - ou presque ! - de créer des foules d’un réalisme tout à fait étonnant. « Il nous a fallu du temps, près de deux ans, pour industrialiser les résultats de la recherche. Notre logiciel peut remplacer aujourd’hui l’ingénieur informaticien qui, avant, fabriquait animations et effets spéciaux. Les créatifs se débrouillent avec le logiciel et l’ingénieur n’intervient qu’en support technique. »  On peut ainsi créer une armée en 3mn, ou remplir un stade en quelques manipulations. De grandes batailles mettant en scène des milliers de soldats dans la série “Game of Thrones”  n’ont pas été tournées avec une pléthore de figurants mais avec Golaem Crowd !

« 90% de nos clients sont à l’étranger, souligne Stéphane Donikian, USA, Japon, Canada, Brésil, Inde... » La petite entreprise a un projet en cours avec un gros éditeur de jeux vidéo et va aussi recréer la bataille de Waterloo pour la télévision britannique... « Le marché reste limité, mais la technologie progresse et les projets se diversifient. Golaem démocratise la simulation humaine. »

 

Parcours. Recherche appliquée

Stéphane Donikian débutait des études universitaires en maths-physique quand il s’est découvert un intérêt marqué pour l’informatique après la présentation par un enseignant de recherches en intelligence artificielle. Il quitte alors le sud de la France pour suivre des études à l’université Rennes1 et y décrocher un doctorat en informatique. Il intègre ensuite une équipe de recherche à l’INRIA (l’Institut national de recherche en informatique et en automatique), obtient l’habilitation à diriger des recherches. Un peu frustré de devoir s’arrêter à la mise au point de prototypes sans jamais passer à la phase d’industrialisation, et conscient du potentiel de la réalité virtuelle, il décide de créer son entreprise.

 

Golaem. Une équipe de 15 personnes

L’entreprise créée en 2009 emploie une quinzaine de personnes, titulaires d’un diplôme en informatique de niveau bac+5 minimum pour la plupart. « Certaines sortent d’une école d’ingénieurs, d’autres de l’université. Ce ne sont pas des débutantes. Leurs parcours après l’école, leurs expériences professionnelles, sont importants. Avec aussi la maîtrise de l’anglais, essentielle dans notre activité. » Une personne, architecte avec une formation en 3D, est chargée du support clients. Et Golaem emploie aussi un commercial et une assistante de direction.

Site : www.golaem.com

 

Vidéo présentation : https://www.youtube.com/watch?v=rr6tDBeNEv0  

 

Animation Le Bon Plan :

Imprimer

À lire aussi