Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Tous nos articles

Les filles et le numérique : lutte contre les stéréotypes à Janzé

Le collège Jean Monnet de Janzé organisait le mardi 5 mars, une journée pour sensibiliser les filles de 3e, aux métiers et aux usages du numérique. Peu de filles choisissent ces métiers pourtant porteurs. Les élèves choisissent plutôt des domaines traditionnellement masculins ou féminins.

Les filles et le numérique : lutte contre les stéréotypes à Janzé

Le matin, plusieurs femmes travaillant dans le numérique ont témoigné. « Je ne savais pas qu’il existait autant de métiers possibles dans ce secteur, avoue Manon. » Les élèves ont pris conscience de la situation actuelle : faible proportion de femmes et difficulté, parfois, pour elles, de se faire une place dans ce secteur.

Maths pas obligatoires

Mais elles ont également découvert que les maths n’étaient pas forcément obligatoires et que ces professions n’utilisaient pas forcément massivement les chiffres. « Nous avons été surprises aussi par leurs parcours, constatent Elsa et Emma. Elles ont changé souvent de métier. »

Escape game et web radio

L’après-midi les jeunes filles participaient à différents ateliers. Elles ont fait du codage informatique et créé une application pour smartphone, réalisé un « escape game », une web radio, des infographies, expérimenté l’utilisation de drones et de robots dans la création d’œuvres d’art… Le but était de présenter la variété d’utilisations possibles de ces nouvelles technologies, souvent méconnues.

Déconstruire les idées reçues

« J’ai bien aimé cette journée et les ateliers en particulier, explique Elodie. On a découvert beaucoup de choses. » L’objectif global était de déconstruire les idées reçues sur les métiers dits masculins ou féminins.

Les garçons pas oubliés

Les garçons n’étaient pas oubliés. Ils rencontraient pendant ce temps des femmes et des hommes dans des métiers non traditionnellement masculins :  femmes dans le secteur du numérique également et hommes auxiliaire de puériculture, auxiliaire de vie, conseiller en gérontologie, assistant social, secrétaire, costumier… Ils ont aussi visité un EHPAD (établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes) et discuté avec un masseur-kinésithérapeute et un infirmier.

Une animation pédagogique créée par l’Onisep

La psychologue de l’éducation nationale (conseil en orientation), Gwenola Balluais, a proposé une animation conçue par l’Onisep, sur la mixité et les métiers du numérique http://www.onisep.fr/Pres-de-chez-vous/Hauts-de-France/Amiens/Informations-metiers/Le-numerique/Le-dossier-pedagogique/Jeu-de-decouverte-des-metiers-du-numerique

Elle permet de prendre conscience des stéréotypes sur ce secteur mais aussi sur le genre des métiers en général.

« Les professeurs principaux ont préparé la journée avec les élèves en heure de vie de classe, explique Mme Pasty, principale du collège. Une restitution entre élèves avec les enseignants permettra de prolonger la journée et de continuer le travail. »

A noter : L’académie de Rennes, le département d’Ille et Vilaine et l’association « Le Learning show » étaient partenaires de cette opération.

Madame le Recteur échange avec les collégiennes

Armande Le Pellec Muller, Recteure de l’Académie de Rennes, a participé aux ateliers de découverte du numérique de cette journée et dialogué avec les collégiennes. « A l’heure actuelle, les femmes sont encore minoritaires dans les filières et les emplois du numérique, et ce sans raison objective. La volonté de l’éducation nationale et de l’académie de Rennes est de favoriser la découverte du numérique et l’ouverture d’esprit sur ce sujet, pour les filles et les garçons ». Une politique volontariste sur ce thème est mise en œuvre dès l’école primaire. Filles et garçons peuvent, dès le plus jeune âge, utiliser des drones, des robots, réaliser des programmations simples… En partenariat avec les collectivités locales, le rectorat donne aux élèves et aux enseignants l’opportunité d’expérimenter de nouvelles pratiques. Grâce au projet académique « Living Lab interactik », les professeurs peuvent collaborer et construire des projets éducatifs. L’Onisep et les CIO participent à mieux faire connaître ces métiers porteurs et à déconstruire les stéréotypes.

À lire aussi