Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les troubles moteurs

Les répercussions d’un handicap moteur sur la scolarité

Les jeunes en situation de handicap moteur peuvent rencontrer des difficultés d’apprentissage au cours de leur scolarité. Mais elles viennent souvent moins de la déficience physique elle-même que des troubles qui y sont associés. Revue de détail des difficultés et des manières de les surmonter.

repercussions_scolarite Définition handicap moteur

Les difficultés rencontrées

Les troubles manifestés par les personnes en situation de handicap moteur sont généralement des troubles neuropsychologiques. Associés à l’infirmité cérébrale ou apparus à la suite d’un traumatisme crânien, ils ont des répercussions sur la scolarité. L’élève peut :

  • être très maladroit dans la réalisation des gestes (troubles praxiques) ;
  • avoir du mal à parler ;
  • peiner à se concentrer ;
  • éprouver des difficultés à mémoriser ou à organiser des tâches ;
  • présenter des troubles neurovisuels, appelés aussi "dyspraxie visuo-spatiale".

Les adaptations possibles

Le recours à un matériel pédagogique adapté permet de réduire ces difficultés :

  • stylo-pointe adapté ;
  • règle lestée ;
  • agrandissement des documents.

Si l’élève peine à dessiner des figures géométriques et à utiliser règles, compas et équerres, un logiciel de constructions géométriques peut l’aider.

L’enseignant peut aider le jeune atteint de dyspraxie visuo-spatiale à se repérer dans un tableau ou dans un texte, à trouver des solutions personnelles (surlignage…). Il peut aussi décomposer une tâche globale en tâches plus élémentaires.

Une bonne installation améliore les performances scolaires. Certains détails peuvent tout changer :

  • hauteur et inclinaison du plan de travail ;
  • réglage de l’appuie-tête ;
  • support de bras ou chaises adaptées.

Un ergothérapeute peut aider dans ces choix. L’outil informatique facilite aussi les conditions d’apprentissage : avec un ordinateur, l’élève écrit mieux, plus vite, avec moins de fatigue. Selon ses besoins, il pourra utiliser un substitut à la souris, un logiciel d’aide à la saisie, un système de synthèse vocale.

Accessibilité : encore des obstacles

En fauteuil roulant, avec des béquilles ou un équilibre instable, l’élève peut avoir du mal à accéder à certains locaux : classes, cantine, toilettes, bibliothèque, gymnase.

Surtout dans les établissements qui n’ont pas été conçus aux normes handicap.

Des aménagements peu coûteux peuvent être mis en place : installation de rampes ou de plans inclinés, classes en rez-de-chaussée…

Voir le témoignage de Matthieu, étudiant français au Royaume-Uni

À lire aussi

Les publications de l'Onisep