La scolarisation et la formation des élèves et étudiants en situation de handicap

Scolarisation en milieu ordinaire, spécialisé, à distance ou scolarité partagée, autant de possibilités pour les élèves ou les étudiants en situation de handicap. Afin d'aider les familles et les professionnels chargés de leur accueil (enseignants, éducateurs...), la revue des ASH [1] a consacré un numéro spécial aux dispositifs existants, de la maternelle à l'université. [1] ASH n° 2938 du 18 décembre 2015

La scolarisation et la formation des élèves et étudiants en situation de handicap

Étape par étape, ce dossier présente les différentes structures et le rôle des intervenants dans l'accompagnement et la scolarisation des jeunes handicapés. Il offre toutes les clés permettant de construire son parcours de scolarisation (PPS, PAI...). Véritable guide de référence, il retrace l'historique des progrès réalisés jusqu'à la loi de 2005 et présente les dernières avancées.

La scolarisation en milieu ordinaire

Après avoir rappelé les principes de la scolarisation (aspect législatif, construction du parcours de formation, enseignant référent), ce chapitre traite de la scolarisation individuelle. Il aborde l a formation des enseignants spécialisés ou en classe ordinaire ainsi que les aides humaines. Une attention particulière est portée à l'accompagnement des élèves, en particulier au rôle clé des AVS dont certains ont un statut d' AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), créés en 2014. Les Ulis (unités localisées pour l'inclusion scolaire) regroupant désormais les dispositifs collectifs de scolarisation du premier et du second degré sont présentées au titre de la scolarisation collective. Les autres dispositifs adaptés (SEGPA, EREA), les principaux matériels pédagogiques adaptés et les dispositions spécifiques aux jeunes sourds sont également détaillés. Une partie sur les aménagements des examens et concours complète ce chapitre.

Les établissements médico-sociaux

Ils scolarisent les jeunes en fonction de leur handicap : institut médico-éducatif (IME), institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP), institut d'éducation motrice (IEM), établissements pour polyhandicapés, instituts d'éducation sensorielle accueillant des jeunes sourds et/ou de jeunes aveugles (IES). Des services d'accompagnement tels que les services d'éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) ou les services d'accompagnement et d'éducation précoce (Safep), par exemple, interviennent en fonction de la déficience et de l'âge de l'enfant. Grâce à une coopération avec les établissements d'enseignement de l'éducation nationale, les jeunes handicapés peuvent bénéficier d'une scolarité partagée conciliant accompagnement éducatif et médical. Lorsque les élèves ne peuvent être scolarisés dans un établissement scolaire, les unités d'enseignement (UE) permettent la poursuite des études en milieu spécialisé. On peut citer également les unités d'enseignement externalisées en établissement ordinaire qui permettent de bénéficier de l'inclusion scolaire. Ainsi des unités d'enseignement pour enfants autistes, constituent, depuis la rentrée 2014, une première étape vers le milieu ordinaire.

Les études supérieures

Comme dans le premier et second degré, de nombreux aménagements sont possibles. Toutes les procédures à suivre pour leur mise en œuvre sont détaillées, ainsi que les dispositifs spécifiques d'accueil et d'accompagnement mis en œuvre par les universités et grandes écoles. D'autres possibilités d'enseignement sont présentées, en dehors des structures éducatives (à domicile, à l'hôpital, en apprentissage). Elles permettent aux élèves ou aux étudiants, quel que soit leur niveau, de poursuivre leurs études temporairement ou durablement selon leur état de santé.

Des formulaires (PPS, Geva-sco) complètent ce dossier.

Imprimer