Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Sciences et métiers

Conducteur/trice de travaux en tuyauterie industrielle

Vous êtes conducteur ou conductrice de travaux en tuyauterie industrielle et devez superviser le travail d’Arthur, Ayoub et Lucie...

© Kali Nine LLC iStockphoto

Modalités pratiques

  • Disciplines : mathématiques, technologie-SI
  • Niveaux : 4e, 3e

 

Découverte du métier

Le métier sur lequel nous allons effectuer cette recherche est celui de cheffe de chantier ou de contrôleur/euse de travaux, dans le cadre du bâtiment et des  travaux publics car la spécificité tuyauterie industrielle est moins connue. Les grandes lignes sont néanmoins communes.

En utilisant le navigateur de votre choix et à partir du site de l’Onisep ou d’autres sites, répondre aux questions suivantes :

  • Dire en quoi consiste le métier de chef/fe de chantier ou de conducteur/trice de travaux
  • Indiquer la formation nécessaire.
  • Donner le salaire de base.
  • Citer les évolutions possibles du métier.

Les pages web à consulter :

 

À vous de jouer !

Conduire des travaux c'est, entre autres, encadrer des équipes. En tuyauterie industrielle, les équipes ont souvent fait une formation CAP réalisation en cChaudronnerie industrielle ou bac pro technicien en chaudronnerie industrielle traitant des problèmes d’usinage de pièces.

Il peut être ainsi amené à apporter son aide pour régler des perceuses à colonnes, pour choisir la bonne vitesse de coupe, la bonne vitesse de rotation et le bon foret en fonction de la matière à usiner.

Vous êtes conducteur ou conductrice de travaux en tuyauterie industrielle et devez superviser le travail d’Arthur, Ayoub et Lucie.

Tout d’abord, vous ferez un bref rappel des consignes relatives à la sécurité. Arthur doit percer une plaque d’acier, avec un foret de 10 mm.

À quelle vitesse de coupe maximale peut-on percer l'acier ?

On considère qu’il choisit cette vitesse de coupe maximale pour percer son acier. Sur quelle vitesse de rotation doit-il régler sa perceus, pour que la matière ne soit pas arrachée et que le foret ne s’use pas trop vite ?

Ayoub veut percer un tuyau en fonte grise avec une vitesse de coupe maximale, et avec une vitesse de rotation 500 tours/minute.

  • Quelle vitesse de coupe va-t-il choisir pour percer la fonte grise ?
  • Ayoub ne sait plus quel foret il doit choisir. Peux-tu l’aider ?

Lucie veut fraiser une pièce en aluminium avec une fraise de 10mm de diamètre et une vitesse de coupe maximale.

  • Quelle vitesse de coupe va-t-elle choisir pour fraiser sa pièce en aluminium ?
  • On considère qu’elle choisit cette vitesse de coupe maximale pour fraiser sa pièce en aluminium. Elle doit choisir la vitesse de rotation sur laquelle régler sa fraiseuse pour que la matière ne soit pas arrachée et que la fraise ne s’use pas trop vite.
  • Peut-elle utiliser l’abaque ? Pourquoi ?
  • Son employeur lui fournit alors la formule :
Conducteur/trice de travaux en tuyauterie industrielle - a vous de jouer

 

  • Calcule la vitesse de rotation sur laquelle Lucie doit régler sa fraiseuse.
  • En utilisant la formule fournie par l’employeur de Lucie, avec la vitesse de coupe en mètres par minute, le diamètre (de la fraise ou du foret) en millimètres, la vitesse de rotation en tours par minute :
  • Calcule la vitesse de rotation que doit choisir Arthur.
  • Calcule le diamètre de foret que doit choisir Ayoub.
  • Compare par rapport aux résultats obtenus en 1) et en 2).

Le développement durable étant une préoccupation importante de nos jours, que peux-tu dire sur le recyclage des matériaux utilisés ci-dessous ?

 

Fiches ressources

 

Témoignage d’un professionnel

"Je m'appelle Fabien, je travaille pour CEGELEC, dans le secteur Travaux neufs, mécanique, en tant que conducteur de travaux.

Le rôle du conducteur de travaux est d'assurer une démarche commerciale. Il y a prise de rendez-vous pour la visite de chantier afin d’établir un deviscompétitifs et surtout en adéquation avec la demande client. Il faut ensuite prendre en charge les relances commerciales.. Le marché décroché, il faut entamer une démarche auprès des fournisseurs pour négocier les matières premières et les délais. Vient ensuite l’organisation du chantier : planning, horaires de jour ou postés… il faut ensuite faire un PDP : plan de prévention avec le phasage des travaux (lié strictement à la sécurité) (simultanéité des interventions qui peuvent être dangereuses par exemple). J’explique le tout à mon chef de chantier. 

Le chef de chantier prend en charge le dossier pour la réalisation des travaux manuels. Le conducteur de travaux donne à son chef de chantier les éléments à retombées financières  (nombre d’heures) et techniques (en cas de contrainte technique imprévue).

Ma fonction principale tient au domaine de la tuyauterie (qui est spécifique à cause de directives européennes : DESP). Pour certaines catégories de tuyauteries, une compétence spécifique est nécessaire au conducteur de travaux : réalisation d’un dossier constructeur, suivi par un organisme notifié (APAVE : qui valide le respect de la règlementation en vigueur). Cela implique une prise de responsabilité de ma part. Je dois fournir des certificats matière (CCPU 31B), des isométriques (représentations filaires en 3D sur papier ou informatique de la tuyauterie, à l‘échelle). Avant livraison définitive de la tuyauterie, je procède à une épreuve de contrôle, soit à l’air, soit à l’eau. Suite à l’évolution de la conjoncture économique, je me suis diversifié et j’interviens également sur des opérations de mécanique.

Je gère deux chefs de chantier et je dépends d’un chargé d’affaire qui fixe le budget disponible. Il précise la marge à faire sur le chantier. Je fais le lien entre le client et la société utilisatrice (la mienne).

Ma principale difficulté est de trouver du personnel qualifié pour réaliser les tâches techniques. Le métier de tuyauteur ne s’apprend pas tel quel. Il y a des prémices en CAP-BEP chaudronnerie, puis un apprentissage en entreprise avec l’expérience des "anciens". L’autre difficulté est de se placer au bon niveau financier par rapport aux concurrents.

Je suis amené à réaliser des perçages pour la mise en place de support (perçage de platine de fixation). J’ai des ouvrages chaudronnés. Sur ces ouvrages, il y a une multitude de perçages et de diamètres en fonction des cahiers des charges clients. C’est mon activité quotidienne. Le calcul de vitesse de coupe est une composante de notre métier : ma perceuse à colonne tourne tous les jours. Mon métier ne se résume pas à cela : il y a aussi des calculs d’angles pour les orientations des tuyauteries et toutes les démarches commerciales et administratives précitées… "

 

Documents pour les enseignant-e-s

À lire aussi