Sommaire du dossier

Les diplômes professionnels du sport

Publication : 20 février 2020
Quatre diplômes délivrés par le ministère des Sports mènent aux métiers de l’animation ou de l’encadrement du sport : le CPJEPS, le BPJEPS, le DEJEPS et le DESJEPS. De niveau CAP à bac + 3, ces formations sont à choisir en fonction de son parcours sportif, scolaire et professionnel.

En raison de l’état d’urgence sanitaire qui interdit les déplacements et les regroupements de personnes, les formations que vous visez sont susceptibles de modifier les modalités des épreuves de sélection écrites ou orales cette année. Renseignez-vous auprès des établissements.
Plus d’infos sur les sites suivants :

CPJEPS (niveau CAP)

Le CPJEPS (certificat professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) mention "animateur d’activités et de vie quotidienne" permet de devenir animateur dans une association sportive ou de jeunesse sous la responsabilité d’un animateur de niveau supérieur (notamment de niveau bac).

Profil : accessible à partir de 16 ans dans le cadre d'une formation par apprentissage. Une expérience dans l’animation est un plus. L'attestation de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1) ou équivalent est requis.

Domaines de formation : la formation est orientée sur au moins deux domaines d’activités parmi trois : activités physiques ; activités d’expression ; activités scientifiques et techniques. Se renseigner auprès des organismes de formation.

BPJEPS (niveau bac)

Le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) mène aux métiers d’animateur sportif dans un club sportif, une association, une entreprise, etc.

Profil : il faut avoir 18 ans au moment de l’obtention du diplôme. La formation accueille en priorité des candidats présentant le BAFA ou une expérience dans l'animation. Pour être admis via la plateforme Parcoursup et détenir le statut étudiant, le bac est obligatoire. L'attestation de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1) ou équivalent est requis.

Spécialités : "éducateur sportif" (avec la réforme du BPJEPS en cours, une vingtaine de mentions sportives sont rénovées à ce jour. À suivre) ou "animateur".

DEJEPS (niveau bac + 2)

Le DEJEPS (diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) permet de devenir animateur coordinateur, animateur de réseau, coordinateur d’activités, responsable d’animation, etc.

Profil : accessible aux titulaires du BPJEPS lorsqu’il existe dans la spécialité ou directement.

Spécialités : "perfectionnement sportif" (qui comprend 80 mentions correspondant à autant de disciplines sportives) ou "animation socio-éducative ou culturelle".

DESJEPS (niveau bac + 3)

Le DESJEPS (diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) forme aux métiers de directeur de structure, directeur sportif, conseiller technique ou encore entraîneur de haut niveau.

Profil : destiné à des professionnels du sport ou de l’animation.

Spécialités : "performance sportive" (qui comprend 80 mentions correspondant à autant de disciplines sportives) ou ʺanimation socio-éducative ou culturelleʺ.

Une entrée sélective

Les tests et critères de sélection varient selon le diplôme visé.

La première étape consiste en l'étude du dossier. Si aucun diplôme scolaire n'est exigé, avoir le niveau bac est conseillé pour suivre les enseignements théoriques. Il est obligatoire pour les candidatures via Parcoursup. Un brevet de secouriste ainsi qu’une expérience (BAFA ou expérience professionnelle) dans le domaine choisi sont généralement exigés.

Un niveau de pratique sportive certifié par une fédération ou évalué par des tests est requis.

En général, les candidats passent aussi un test écrit.

Par ailleurs, ils doivent défendre leurs motivations et leur projet professionnel lors d’un entretien. Présenter une expérience dans l'entraînement bénévole ou l'encadrement de centres aérés permet de montrer son intérêt pour l’animation.

Des dispenses d’épreuves d’entrée ou d’unités de formation peuvent être accordées en fonction de l’expérience du candidat ou des formations déjà suivies : brevets fédéraux, sport de haut niveau, certificats de qualification professionnelle, diplômes d’État, encadrement bénévole, etc.

Où se former ?

Selon les spécialités, ces diplômes se préparent dans des organismes agréés par les DRJSCS (directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale) :

Sur le site du ministère des Sports, un calendrier répertorie toutes les formations dispensées sur le territoire national et permet de rechercher les adresses et les dates de formation par région, niveau et discipline.

Des formations pratiques

Il faut compter 9 à 24 mois pour préparer ces diplômes. La pratique occupe près de la moitié du temps de formation. L'alternance peut se faire sous forme de stages ou dans le cadre d'un contrat de professionnalisation ou d'apprentissage. Les allers-retours entre théorie et mise en pratique dans une structure permettent d’acquérir progressivement les compétences attendues dans le métier. Le rythme est soutenu.

Chaque module de la formation correspond à une UC (unité capitalisable). Pour obtenir son diplôme, il faut valider l'ensemble des UC obligatoires et réussir les épreuves finales du diplôme.

Et après : s’insérer ou poursuivre

Les deux tiers des diplômés trouvent un emploi, notamment dans la structure où ils ont réalisé leur alternance. Toutefois, la majorité de ces emplois sont à temps partiel ou saisonniers.

Pour améliorer leur employabilité, beaucoup préparent un autre diplôme (certificat de spécialisation, unités complémentaires, etc.). L'objectif est d'élargir leurs compétences afin de pouvoir exercer toute l'année et/ou auprès d'un public plus large.

Combien ça coûte ?

Les formations aux certificats, brevets et diplômes d’État coûtent entre 1 500 et 12 000 euros, qu’elles se déroulent dans un établissement public ou privé. Le coût moyen est de 6 000 euros. Pour les élèves admis en BPJEPS et DEJEPS via la plateforme Parcoursup, il n'y a pas de frais d'inscription.

Selon la situation du stagiaire (âge, niveau d’études, projet personnel, activité professionnelle, etc.), des aides financières peuvent être demandées auprès d’organismes publics (conseils généraux ou régionaux, Pôle emploi, etc.) ou auprès des clubs et fédérations sportives : se renseigner auprès de la DRJSCS ou des missions locales.

Pour certains diplômes, les candidats peuvent signer un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation : la structure d’accueil prend en charge le coût de la formation, et le stagiaire perçoit une rémunération.