Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Industrie chimique

Rencontre avec les chimistes d’une usine de fabrication de peinture

La chimie est à l’origine de nombreux objets de notre quotidien, jusqu’aux couleurs de nos voitures. Créer une peinture résistante, pas plus épaisse qu’un cheveu et qui plaise aux acheteurs, voici le défi des chimistes qui s’activent sur le site de Clermont de l’entreprise BASF.

Les chimistes d’une usine de fabrication de peinture

Cliquez sur une image pour afficher le diaporama

Recherche et développement

Recherche et développement

À l’origine d’une peinture qui réponde aux critères fixés avec le constructeur automobile : une formule. Celle-ci est en quelque sorte la recette qui définit les composants (résines, solvants, pigments…) qui entrent dans la fabrication et leurs proportions. Ce sont les équipes de recherche et développement, composées de chercheurs, de formulateurs et de techniciens d’analyses ou de contrôle, qui y travaillent.

Anaïs, coloriste

Anaïs, coloriste

Des couleurs plein les yeux et plein les récipients : Anaïs crée les teintes des voitures de demain en mélangeant à la paillasse toutes sortes de pâtes colorées. Elle y ajoute parfois des effets de brillance : "Je dois trouver un équilibre entre ma créativité et le respect des consignes du constructeur automobile !" Ses teintes changeront plusieurs fois de nom, au gré de l’imagination des designers automobiles.  

Son parcours : après son bac STL, Anaïs a opté pour un BTS chimiste (actuel BTS métiers de la chimie). Elle a complété sa formation par une licence pro en chimie de formulation. N’ayant eu que quelques cours de formulation sur la couleur, c’est depuis qu’elle est coloriste chez BASF qu’elle apprend réellement son métier.

Mélissa, chargée de formulation

Mélissa, chargée de formulation

Mélissa et son équipe de formulateurs cherchent la recette de vernis idéal, facile à nettoyer, qui ne jaunit pas au soleil… Ensemble, ils écrivent des formules, puis les testent pour vérifier que le produit répond aux attentes du constructeur automobile : "On a 6 mois, ce qui est très court car il y a beaucoup de tests à réaliser, notamment des tests de vieillissement qui durent plusieurs mois."

Son parcours : Mélissa est entrée après son bac S dans une école d’ingénieurs en 5 ans en chimie, l’Escom. Après son diplôme, elle a intégré le parcours de formation pépinière de BASF où elle a passé 4 mois à formuler et fabriquer des résines.

Mathilde, chargée de projet analyse et procédés couleur

Mathilde, chargée de projet analyse et procédés couleur

Au laboratoire réparation couleurs, Mathilde mène l’enquête. À partir d’une trappe à essence, elle doit retrouver la formule de la peinture d’une voiture abîmée pour que le carrossier puisse fabriquer la même peinture et rendre ses réparations invisibles. À sa disposition : un outil d’analyse associé à un logiciel qui cherche dans la base de données contenant 2 millions de formules celle qui se rapproche le plus de la couleur visée. "Puis, au microscope, je regarde les détails de la composition de la peinture pour ajuster", explique Mathilde.

Son parcours : après son bac S, Mathilde s’est lancée dans des classes prépa en chimie (PCSI puis PC), à l’issue desquelles elle a intégré sur concours une école d’ingénieurs en chimie, l’ENSC Lille. Elle a rejoint BASF après 1 an d’expérience comme responsable développement produits chez un autre fabricant de peinture.

Fabrication

Fabrication

Une fois la formule définie, reste à la fabriquer en quantités industrielles. Ce procédé se déroule dans de grandes cuves et réacteurs reliés par des tuyaux où transitent les matières premières. La production lancée, il faut tenir la cadence pour fournir aux constructeurs automobiles la peinture dont ils ont besoin, au bon moment. Pour une sécurité totale, opérateurs, techniciens de fabrication et ingénieurs de production ne rentrent dans ces zones de fabrication qu’équipés des pieds à la tête !

Jérôme, chargé de formules

Jérôme, chargé de formules

Jérôme fait des tests pour vérifier que la formule de la peinture trouvée par les labos peut être fabriquée à grande échelle. Il l’adapte au constructeur automobile, selon qu’il va appliquer la peinture sur les voitures avec des robots ou des pistolets manuels. Il est aussi le garant de la qualité après-vente : "Si le constructeur automobile se rend compte que les peintures appliquées sur la caisse de la voiture et sur le pare-chocs ne rendent pas le même effet de couleur, je me rends aussitôt sur sa ligne de production pour résoudre le problème."

Son parcours : après son bac STL et son BTS peintures, encres et adhésifs (aujourd’hui BTS métiers de la chimie), Jérôme a complété sa formation par un DUT techniques de commercialisation. Il met en œuvre sa double compétence dès son premier poste chez BASF, où il a évolué régulièrement pour atteindre son poste actuel.

Gaëlle, responsable du département résines

Gaëlle, responsable du département résines

Sa mission : produire les résines, ingrédient principal de la peinture, dans la quantité et le temps voulus, en respectant le cahier des charges du client. Pour cela, Gaëlle coordonne les 35 personnes du département résine : "Au quotidien, c’est un travail de management et de résolution des urgences. Car en production, il y en a toujours. Or, on ne peut pas s’arrêter, il faut maintenir la cadence ! C’est ce que j’aime : le challenge.

Son parcours : après sa licence et son master de chimie, Gaëlle a obtenu un doctorat (bac + 8)  en chimie des polymères. Elle a ensuite effectué 2 années de recherche (post-doctorat) dans une grosse entreprise de l’industrie chimique, puis exercé 3 ans dans une start-up en Angleterre avant d’être contactée par un chasseur de têtes pour intégrer BASF.

Dimitri, responsable QHSE (qualité, hygiène, sécurité et environnement)

Dimitri, responsable QHSE (qualité, hygiène, sécurité et environnement)

Qualité, hygiène, sécurité et environnement : sur tous ces aspects, Dimitri est le référent. Il observe les manières de travailler des opérateurs et des chefs d’équipes et discute avec eux pour comprendre leurs besoins. Puis il lance des projets d’amélioration : "Récemment, j’ai commandé de nouvelles balances et mis les caractéristiques techniques sur tous les appareils de pesée pour qu’ils soient bien utilisés et que l’on soit le plus précis possible."

Son parcours : son bac STL en poche, Dimitri prépare un BTS chimiste (aujourd’hui BTS métiers de la chimie). C’est par une mission d’intérim de 3 mois qu’il entre chez BASF, avant de saisir l’opportunité d’une création de poste. Après 6 ans, il rejoint le département production de peinture où il devient chargé de projets amélioration et investissement, puis responsable QHSE.

À lire aussi