Sommaire du dossier

Droit et justice

Les métiers et l'emploi dans le droit et la justice

Publication : 15 octobre 2020
Le droit et la justice recouvrent de nombreux métiers du juriste en entreprise au juge en passant par le gestionnaire de contrats d'assurance, le commissaire de police ou l'avocat. Le droit est un passage obligé pour exercer ces fonctions. Tour d'horizon des métiers dans la fonction publique ou le secteur privé.

Juriste, avocat, juge : des statuts différents

Les magistrats, secondés par les greffiers, rendent la justice au sein d'une juridiction : tribunal judiciaire, tribunal de commerce, Cour d'assises... Ce sont des agents de l'État, au même titre que les directeurs de prison, les conseillers d'insertion et de probation... Ils ont un emploi assuré à la fin de leur formation professionnelle (École nationale de la magistrature, École nationale des greffes, École nationale d'administration pénitentiaire...).

Les avocats, les notaires et les huissiers sont des auxiliaires de la justice. Leur profession est réglementée. Mais ils exercent leur activité en libéral et sont rémunérés par leurs clients. Les débuts peuvent donc parfois être difficiles, avec une activité et des revenus fluctuants.

Les juristes d'entreprise, salariés, rédigent les contrats (commerciaux...). Ils suivent la législation en droit des affaires, droit fiscal... et conseillent les dirigeants de leur société. Ce secteur reste attractif, car les entreprises affichent de forts besoins en spécialistes.

Administrateurs de biens, gestionnaires de contrats d'assurance, fiscalistes... bien d'autres professions sont ouvertes aux diplômés en droit. Sans oublier, les nombreux agents de la fonction publique qui s'appuient sur leurs connaissances juridiques pour faire appliquer la réglementation aux entreprises ou aux citoyens. Citons entre autres, les attachés (d'administration ou territoriaux), les contrôleurs et inspecteurs des douanes, des finances publiques, des fraudes, du travail... recrutés sur concours à différents niveaux.

Au tribunal, en cabinet ou en entreprise

La justice, composée de différentes juridictions (tribunaux de proximité, judiciaires, administratifs, cours d'appel...), règle les litiges entre les personnes ou les entreprises, sanctionne les délits et crimes... Les services judiciaires emploient plus de 30 700 personnes, dont 8 600 magistrats et environ 12 000 greffiers.

De son coté, l'administration pénitentiaire emploie des directeurs de services pénitentiaires, des lieutenants et surveillants pénitentiaires, ainsi que des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation. Dans les 4 années à venir, 1 500 CPIP (conseillers pénitentiaires d’insertion  et de probation) devraient être recrutés, soit une augmentation de 30 % de leur effectif. Mais c’est du côté  des surveillants pénitentiaire, qui représentent 70 %  de l’ensemble du personnel, que les besoins se font le plus sentir.

En cabinet ou en étude, de nombreux professionnels (avocats, huissiers, notaires, commissaires-priseurs judiciaires...) veillent au bon fonctionnement de la justice, chaque profession ayant ses missions propres. Au nombre de 69 900, les avocats sont regroupés dans 164 barreaux.

Les entreprises emploient des juristes qui veillent au respect des lois régissant la vie économique de la société.