Sommaire du dossier

Bâtiment et travaux publics (BTP)

Les formations pour exercer dans le BTP

Publication : 28 septembre 2020
Du CAP au diplôme d'ingénieur, le secteur du BTP est ouvert à tous les candidats. Miser sur un cursus en apprentissage permet de faire ses preuves et d’évoluer rapidement en responsabilités. Par ailleurs, la promotion interne fonctionne bien dans le secteur, quel que soit le niveau d’études initial.

L’apprentissage fortement plébiscité 

Principal levier de formation dans le secteur, l’apprentissage joue un rôle clé, du CAP au bac + 5. Il constitue un atout pour évoluer rapidement en responsabilités, notamment vers des fonctions d’encadrement de chantier.

Premier niveau de qualification, le CAP peut être préparé dans 26 spécialités (constructeur de réseaux de canalisations de travaux publics, couvreur, métiers du plâtre et de l’isolation, installateur en froid et conditionnement d'air, maçon, électricien…).

S'il permet l'accès à l'emploi, il gagne à être complété par une MC (mention complémentaire), un BP (brevet professionnel) ou un bac professionnel afin de gagner en autonomie.

18 bacs professionnels forment des techniciens en bureau d'études et des compagnons pour les chantiers du bâtiment et des travaux publics.

De nombreuses formations, de bac + 2 à bac + 5

Au niveau supérieur, 15 BTS (brevets de techniciens supérieur) - bâtiment, travaux publics, métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique etc. - et 2 DUT (diplôme universitaire de technologie) remplacés par le BUT à la rentrée 2021 - génie civil-construction durable ; génie thermique et énergie - peuvent être complétés par une licence professionnelle.

Des cursus bac + 2 / + 3 sont aussi proposés en écoles spécialisées (ESTP, ISCO Grenoble...), qui préparent aux métiers de l’encadrement de chantier.

À bac + 5, des écoles d'ingénieurs et des masters universitaires préparent aux fonctions d'études techniques (calcul de structures, topographie, économie de la construction…) et de conduite des travaux.

Témoignage d'étudiant