Audiovisuel

Les métiers et l'emploi dans l'audiovisuel

De la conception à la diffusion en passant par la réalisation, le tournage et la finalisation, la qualité d'une œuvre audiovisuelle diffusée à l'antenne ou en salles repose sur un travail d'équipe. Le point sur les métiers et les débouchés du secteur.

Vidéo 1 - Les Métiers du Son | Vidéo 2 - Les Métiers de l'image | Vidéo 3 - Les métiers de la production et de la distribution | Vidéo 4 - Les métiers de Plateau | Vidéo 5 - Réalisateur

Vidéo 6 - Denis, réalisateur de film de fiction | Vidéo 7 - Myriam, monteuse Gilles, cadreur | Vidéo 8 - Gilles, cadreur  | Vidéo 9 - Pauline, scripte | Vidéo 10 - Sylvain, ingénieur du son | Vidéo 11 - Denis, technicien radio | Vidéo 12 -Emmanuel, mixeur

Du réalisateur au mixeur, en passant par le machiniste

Pas de film sans comédiens, pas d’émission radio ou télé sans animateur. Néanmoins, le secteur ne se limite pas aux personnalités qui passent à l’antenne ou à l’écran.

Sur les plateaux comme en studio d’enregistrement, à la régie comme en salle de montage, les professionnels de l’image et du son mettent leurs compétences artistiques et techniques au service des productions audiovisuelles.

Les projets, conçus et dirigés par des producteurs et des réalisateurs, font appel à de nombreux ouvriers, techniciens et cadres techniques (machinistes, opérateurs et chefs opérateurs image et son, régisseurs…).

Sans oublier les gestionnaires (assistants et directeurs de production…).

Cinéma, télé, radio… de nombreux intermittents

Le cinéma, la télévision et la radio sont les 3 piliers de l'audiovisuel. Ce secteur repose sur 9 800 entreprises environ et 210 000 salariés. 95 % des entreprises de l’audiovisuel sont des très petites entreprises qui emploient moins de 10 salariés.  (source : l’audiovisuel en France, Afdas 2018).

Il s’agit principalement de sociétés de production qui assurent la réalisation de films, de téléfilms, de vidéos d’entreprise, de reportages, de programmes télévisés… Majoritaires, les producteurs indépendants (MK2, Endend fiction, etc.) coexistent avec des groupes liés à un diffuseur (France Télévisions, Lagardère, etc.).

Avec environ 6 400 entreprises audiovisuelles situées en Ile-de-France, l’essentiel du travail se situe dans cette région, où se concentrent 64 % des entreprises.

Les effets visuels et l’animation 3D ont le vent en poupe, mais représentent un petit volume d’emplois.

Il n’est pas facile de s’introduire puis de se maintenir dans le secteur audiovisuel où 67 % des effectifs sont intermittents avec des CDDU (contrats à durée déterminée d’usage), le temps d’une production audiovisuelle. C’est le cas pour les techniciens, les cadres et les artistes du secteur. De plus en plus nombreux, ces derniers sont en forte concurrence. L’âge moyen des salariés est de plus en plus jeune : la moitié à moins de 35 ans.

Les chaînes thématiques et locales qui se sont multipliées fonctionnent à effectif réduit. Les programmes et reportages sont en partie réalisés par des collaborateurs extérieurs, dont des sociétés de production audiovisuelle.

En Ile-de-France, les entreprises de "prestation technique image et son" représentent 20 % des entreprises du secteur et emploient 14 % des salariés. Elles réalisent des opérations telles que la post-production image et son, le tournage, la fabrication... Caractérisées par leur petite taille, ces sociétés sont implantées à 80 % en Île de France.

Le secteur de la radiodiffusion (radios publiques et privées) est le plus petit des secteurs de l’audiovisuel. Il ne représente que 6 % des professionnels au niveau national (2 % seulement en Ile-de-France).

Imprimer

Les publications de l'Onisep

* Prix hors frais de port