Agroéquipement

Les métiers et l'emploi dans le secteur de l'agroéquipement

De nombreux emplois sont à pourvoir dans la R&D (recherche et développement), la fabrication, la vente et l'utilisation des engins agricoles, ruraux et forestiers. Garçons et filles, du bac professionnel au diplôme d'ingénieur, peuvent y faire carrière.

Métiers

Un secteur méconnu

Les 25 453 entreprises du secteur de l'agroéquipement emploient près de 170 000 salariés (source Axema/FNEDT 2015). Elles regroupent :

  • les industriels, qui conçoivent et fabriquent les matériels, assurent la promotion et le marketing de leurs produits ;
  • les distributeurs et concessionnaires, qui vendent et entretiennent les équipements ;
  • les exploitants et entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers, qui utilisent les machines.

Si le tracteur est l'équipement de base pour beaucoup de travaux des champs, de nombreux accessoires permettent d'accomplir des tâches très variées : la charrue pour préparer le sol, le semoir pour ouvrir des sillons et déposer les graines, ou encore la moissonneuse-batteuse pour la récolte des céréales. Il existe également des machines à vendanger, des robots de traite pour les élevages laitiers, des abatteuses pour couper, ébrancher et débiter le bois, des débroussailleuses, etc.

Des techniques de pointe

Les agroéquipements sont de plus en plus sophistiqués et doivent conjuguer efficacité et respect de la nature. L'électronique embarquée a fait son apparition dans la plupart des machines et il y a désormais davantage de technique sur un tracteur que dans une voiture.

L'électronique ou l'hydraulique sont aussi importantes dans ce domaine que l'électricité ou la mécanique.

En pleine mutation, le secteur agricole, forestier et rural se tourne également vers des innovations, telles que les drones pour surveiller les exploitations ou les élevages, les robots pour assister les maraîchers dans le désherbage, etc.

De nombreux postes à pourvoir

Le secteur de l'agroéquipement recrute, depuis le bac professionnel jusqu'au niveau ingénieur, aussi bien chez les constructeurs que dans les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers (ETA). Chaque année, 7 000 postes sont à pourvoir.

Les techniciens mécaniciens ou démonstrateurs sont particulièrement recherchés, tout comme les inspecteurs techniques et commerciaux, les conducteurs d'engins, les formateurs techniques, les conducteurs de travaux, etc.

À noter que l'anglais est de plus en plus demandé, car les constructeurs travaillent beaucoup à l'étranger. Conducteurs d'engins, mécaniciens ou ingénieurs, tous peuvent envisager une carrière à l'international s'ils maîtrisent l'anglais.

 

 

Imprimer