Agriculture

De la vigne au vin : rencontre avec des pros

Qui dit agriculture, pense culture de céréales ou élevage de vaches. Le secteur comprend aussi la production de raisin, transformé en vin… pour accompagner justement le pain et le fromage ! Dans la famille Bersan, viticulteurs de père en fils, on pratique une agriculture raisonnée. Rencontre avec des passionnés, à Saint-Bris-le-Vineux, en Bourgogne.

De la vigne au vin

Cliquez sur l'image pour afficher le diaporama

Paysage

Ici, sur les hauteurs du village de Saint-Bris-le-Vineux, la terre était recouverte par la mer il y a 150 millions d’années. Le sous-sol est donc composé d’un mélange sédimentaire d’argile et de calcaire, une riche ressource pour le système racinaire des vignes. Elle apporte de la fraîcheur à la vigne, et de la minéralité au vin.

Pierre-Louis

Pierre-Louis, 30 ans, associé et responsable des vignes (en tee-shirt noir)

"Avec mon père, nous exploitons une plantation de 20 hectares de cépages blancs et rouges, de façon raisonnée. Nous n’utilisons pas de désherbage chimique par exemple, afin de préserver les cultures et le sol." L’équipe laboure à la force des bras.

Sa formation : un bac pro vigne et vin, suivi d’un BTSA technico-commercial vins et spiritueux. À la fin de ses études, il a fait deux récoltes, dont une en Nouvelle-Zélande, avant de s’associer à son père.

Romain

Romain, 32 ans, chef de culture

Romain pulvérise sur les vignes un traitement contre les maladies comme le mildiou. "Nous réduisons les doses de produits et nous traitons le plus tardivement possible. En tant que chef de culture, je m’occupe aussi des tracteurs et je fais le lien entre les équipes et les patrons." 

Sa formation : un BTSA viticulture-œnologie, suivi d’une licence sciences de la vigne. À son arrivée dans l’entreprise, le précédent chef de culture a formé Romain pendant deux ans.

Jean François

Jean-François, associé et responsable de la vinification

La vinification se déroule dans un chai. Lors du processus de fermentation, les levures naturelles transforment le sucre du raisin en alcool. "Dans un esprit bio, nous n’ajoutons aucune levure ni enzyme, explique Jean-François." Les vins sont ensuite conservés dans des cuves en inox, dans un espace à température régulée. "Tous les 15 jours, je contrôle la maturation du vin."

Didier

Didier, ouvrier viticole

Dans une autre partie du chai, Didier étiquette des bouteilles de vin avec son patron Jean-François, puis emballe des colis à expédier au Japon. Sur une même journée, l’ouvrier peut aider au travail de la vigne comme à la préparation des commandes. "L’esprit d’équipe et la polyvalence sont essentiels dans notre métier, explique-t-il."

La cave, le patrimoine

La cave, le patrimoine

Au cœur du village, des vins sont élevés en cave, dans des barriques, pendant plusieurs années. L’objectif : développer leurs arômes. La cave, labyrinthe souterrain construit entre le XI et XIIIe siècle, accueille aussi des visiteurs de toutes les nationalités. Ils sont invités à déguster les vins dans un espace boutique. "On ne vend pas seulement une bouteille, mais aussi une histoire et même une philosophie, conclut le viticulteur Jean-François."

© photos : Mehrak

Ce diaporama est tiré d’un reportage photos, à retrouver en intégralité dans le Parcours "Les métiers de l’Agriculture".

Imprimer

À lire aussi

Les publications de l'Onisep

Les métiers de l'agriculture et de la forêt, collection Parcours
Les métiers de l'agriculture et de la forêt
* Prix hors frais de port