Sommaire du dossier

Ma 1re année
Licence sciences de l'éducation
Licence sciences de l'éducation
Sciences de l'éducation

Corentin apprécie la solide formation théorique dispensée en sciences de l'éducation.

Intéressé par un métier de l’enseignement, Corentin a opté pour la licence sciences de l’éducation, à l’université d’Amiens. Surpris par le nouveau rythme et l’organisation de travail, cet étudiant a découvert un programme intéressant dans le cadre de son projet professionnel. Retour sur une 1re année réussie.

Pourquoi avoir choisi cette licence ?

Dès le lycée, Corentin envisage de devenir professeur des écoles. Après s’être renseigné, il décide de s’orienter en licence Sciences de l’éducation. "Même si cette filière ne prépare pas spécifiquement au concours de l’enseignement propre à ce métier, elle dispense de solides bases en sciences de l’éducation." Pour suivre ce cursus, le jeune bachelier quitte Rouen, où cette licence n’est pas proposée, pour venir étudier en Picardie, à Amiens.

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"Si la plupart des matières au programme ne sont pas inconnues, comme la philosophie ou l’histoire, abordées sous l’angle de l’histoire de l’éducation, d’autres sont à découvrir, comme la psychologie et la sociologie", résume Corentin.

À quel rythme de travail a t-il fallu s’acclimater ?

Comme de nombreux bacheliers, Corentin a découvert, à l’université, un contexte de travail très différent. "On passe de 25 à 30 heures de cours par semaine à une quinzaine d’heures, qui ne sont pas obligatoires. Il faut faire preuve d’une grande autonomie, s’habituer à mener des recherches par soi-même et à approfondir des notions chez soi, sur internet ou en consultant des ouvrages".

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Habitué au contrôle continu, Corentin a du apprendre à anticiper les partiels. "Il y a les cours magistraux, quelques travaux dirigés, mais pas d’évaluation régulière, or relire ses notes ne suffit pas à maîtriser l’ensemble des notions et des dates". Son conseil ? "l faut préparer les partiels car ils arrivent vite." Un nouveau mode d’évaluation qui nécessite "de la rigueur et une réelle autonomie dans le travail personnel."

Son avis sur la formation?

La 1re année de licence a particulièrement plu à cet étudiant. "On découvre les différentes pédagogies, avec leurs avantages, leurs points faibles. C’est passionnant quand on envisage d’exercer un métier de l’enseignement."