Sommaire du dossier

Ma 1re année
Bac pro artisanat et métiers d'art
option communication visuelle plurimédia
Bac pro artisanat et métiers d'art
artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia

Après sa 3e, Ange a choisi le bac pro AMA artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia au Lycée professionnel des arts graphiques et des arts du livre Corvisart-Tolbiac, à Paris. Depuis un an, il suit cette formation rythmée par les ateliers et les projets. Zoom sur une 1re année de bac pro riche d’expériences.

Pourquoi avoir choisi cette formation ?

Avec une bonne moyenne générale en 3e, Ange aurait pu choisir la filière générale. "Sachant que je dessinais beaucoup en cours, j’ai eu envie d’intégrer une formation concrète, plus professionnalisante", explique-t-il. Ce bac pro permet d’apprendre à réaliser des logotypes, des illustrations, des mises en pages destinés à des produits de communication visuelle (affiches, plaquettes…).

Ce qui change par rapport au collège ?

"La principale différence, c’est d’arriver dans une formation où la pratique artistique a une place essentielle. On est vraiment là pour ça !", souligne Ange.

Sur quoi portent les cours ?

En plus des cours généraux, comme les maths, l’histoire-géographie, le français ou encore l’éducation artistique et les arts appliqués, le programme s’appuie sur des enseignements professionnels. "Nous avons des ateliers hebdomadaires. Le cours de projet d’art appliqué et infographie représente par exemple 10 heures par semaine", précise Ange, qui poursuit : cette partie en atelier est centrée sur la pratique du dessin, la découverte des logiciels de PAO, de certaines techniques". Réunis en petits groupes, les élèves s’impliquent, durant une à trois semaines, sur des projets graphiques.

Un exemple de travaux pratiques ?

"En 1re année, j’ai réalisé un GIF, une image animée, à partir d’une affiche de film, en utilisant des effets", illustre Ange. On a aussi réalisé une affiche sur un thème précis, en jouant sur un graphisme très contrasté."

Comment se passent les stages ?

Dès la 1re année, Ange a eu l’opportunité d’effectuer un stage de 6 semaines, à temps plein, au service de la communication des Pompiers de Paris. "J’ai réalisé des affiches de prévention et des banderoles utilisées dans le cadre des Journées portes ouvertes. Cette campagne de prévention m’a permis de réfléchir au message à faire passer, aux choix graphiques et au visuel à privilégier. Cette expérience a été très satisfaisante", conclut-il.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Si Ange n’a rencontré aucune difficulté avec les matières générales, il lui a fallu un peu de temps pour se familiariser avec des logiciels comme Photoshop ou InDesign. "Nous sommes très bien encadrés et parfaitement accompagnés par les enseignants", constate cet élève, qui précise : "cette formation ne nécessite pas un très bon niveau en dessin, plutôt d’être créatif, inspiré."

Quels progrès depuis le début de la formation ?

"Grâce aux heures de travail en atelier, on progresse vite techniquement, dans la maîtrise des nouveaux outils, des logiciels, ou quand nous expérimentons une nouvelle méthode", résume Ange.  

Et après ?

Si son cursus se déroule aussi bien jusqu’à l’obtention du bac, Ange envisage de continuer ses études dans une école d’arts appliqués. "Je me donne encore le temps de réfléchir !", conclut-il.

Dans cette formation, des compétences artistiques et graphiques, ainsi qu’un intérêt pour l’infographie et la typographie, sont les bienvenus.

Le cours de projet d’art appliqué et d’infographie est centré sur la pratique du dessin et la découverte des logiciels de PAO.

Parmi les travaux réalisés en cours de technique graphique, Ange a produit cette étude dessinée mettant en avant une paire de baskets.

Autre exemple de projet, cet "entrainement en une ligne", qui consistait en la réalisation des portraits de Picasso et Calder.

Après son bac pro, Ange envisage de continuer ses études dans une école d’arts appliqués.