Sommaire du dossier

Ma 1re année
Bac pro Conducteur transport routier de marchandises
Bac pro Conducteur transport routier de marchandises
Conducteur transport routier de marchandises

Florian est élève en bac pro CTRM (conducteur transport routier de marchandises) au lycée Pierre-Gilles de Gennes à Gérardmer, dans les Vosges. Cet établissement public est labellisé Lycée des métiers de l’automobile et du transport. Le jeune homme nous parle de son année en seconde professionnelle et de ses projets.

Pourquoi avoir choisi ce bac professionnel ?

"Quand j’étais petit, mon père, qui est conducteur routier, m’amenait parfois dans son camion", se souvient Florian. S’il semble suivre un chemin familial, Florian a bien mûri son projet professionnel : "Le bac pro CTRM me permettra de conduire des camions sur de longs trajets, explique-t-il. J’aime bien bouger, voyager. Et à chaque voyage, ça sera toujours un peu l’aventure !"

Ce qui change par rapport à la 3e ?

"Je trouve que les professeurs sont plus disponibles et plus à l’écoute de leurs élèves en lycée pro qu’au collège", constate Florian. Le jeune homme apprécie également d’avoir dès la classe de seconde des enseignements "concrets, variés et vivants", comme la préparation du camion, l’enlèvement et le chargement des marchandises, la détermination de l’itinéraire à l’aide de dispositifs embarqués. "En bac pro CTRM, on apprend vraiment un métier. Et on n’est pas assis toute la journée sur une chaise !" insiste-t-il.

À quoi faut-il se préparer ?

"Je n’ai pas rencontré de réelles difficultés... sans doute parce que je suis motivé ! » estime Florian. Il note aussi que ses professeurs prennent le temps d’expliquer et incitent les élèves à participer. "Dès qu’il y a quelque chose que je ne comprends pas, je demande au professeur de m’aider !" précise-t-il. Une attitude qui lui permet de progresser.

Quels sont les enseignements nouveaux ?

"J’ai commencé l’apprentissage de la conduite !" se réjouit Florian. Comme tous les élèves en bac pro CTRM, il va passer son permis "poids lourd" pendant la formation, afin d’être opérationnel. "Lors des ateliers, j’ai aussi découvert la maintenance des véhicules, pour être capable de faire une vidange ou de réparer une crevaison." C’est un aspect important du métier de conducteur routier. Le professionnel doit savoir faire face à une panne.

Des projets pour la suite ?

Dans deux semaines, Florian commence son stage de fin d’année au sein d’une entreprise de transport routier : "Ce sera ma 1re expérience professionnelle !" se réjouit-il. Après le bac, Florian ne sait pas encore s’il travaillera ou s’il continuera ses études. "Je vais peut-être préparer le BTS GTLA (gestion des transports et logistique associée), en alternance." Ce diplôme de niveau bac + 2 permet d’acquérir des compétences en exploitation. Un atout pour l’évolution de carrière : passé un certain âge, certains conducteurs routiers se tournent vers des postes d’organisation des transports.