Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami
Ma 1re année
DUT Information-communication
option communication des organisations

Ma 1re année DUT Infocom CO

DUT Information-communication
Information-communication option communication des organisations

Se former aux métiers de la communication grâce à un cursus professionnalisant, c'est l'objectif de Maëlle. Titulaire d’un bac ES, la jeune femme a opté pour un DUT information-communication, option communication des organisations, qu’elle prépare en 2 ans à l’IUT de Grenoble. Elle revient sur une 1re année riche en découvertes.

Pourquoi avoir choisi cette formation ?

Maëlle souhaitait se former aux métiers de la communication, en privilégiant un cursus professionnalisant. "Le DUT permet de s’insérer directement, tout en laissant la possibilité de poursuivre ses études." Autre motivation pour la jeune bachelière : suivre une formation en communication assez large. "Cette option permet de toucher un peu à tout et ouvre sur divers débouchés. Nous avons des cours de marketing, d’économie, de droit, et pour le volet technique, nous sommes formés aux bases en graphisme, à la photo, à l’infographie, etc."

Ce qui change par rapport à la Terminale ?

Pour Maëlle, en IUT, l’encadrement ressemble à celui de la Terminale. "Nous sommes bien suivis par les professeurs. Nous avons un emploi du temps plus proche de celui du lycée que de l’université, tout en étant plus autonomes." Principal changement ? "La différence se situe au niveau des nombreux projets de groupe. Nous sommes impliqués sur des actions de communication concrètes. Il faut donc apprendre à s’organiser pour travailler à plusieurs."

À quel rythme de travail faut-il s’attendre ? 

En 1re année de DUT, le rythme de travail s’intensifie. "Les projets pratiques qui jalonnent la formation nécessitent de s’investir aussi chez soi, en travaillant en dehors des heures de cours à l’IUT", prévient la jeune femme. 

Votre avis sur la formation ?

"Ce qui est très intéressant dans cette formation, c’est qu’elle s’appuie sur de nombreux projets professionnalisants", résume Maëlle, qui a réalisé, dès la fin du 2e semestre, une étude de cas pour un client. "Nous devions proposer un plan de communication au Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de Grenoble. Nous avons travaillé pendant un mois sur ce dossier, en nous confrontant à certaines problématiques, à ce qui est réalisable ou non. C’est très enrichissant." Autre illustration : concevoir la communication d’un groupe de musique.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Titulaire d’un bac ES, Maëlle n’a pas rencontré de difficultés particulières en 1re année. Elle insiste toutefois sur le profil le plus adapté. "Nous étions 95 % de bacheliers ES en 1re année, ce qui est logique quand on regarde le programme, qui comprend notamment de l’économie, du marketing. En revanche, tous les étudiants ont un niveau identique lorsqu’il s’agit d’aborder les bases en graphisme."

Et après ? 

C’est peut-être par une licence professionnelle que Maëlle poursuivra ses études. Autre projet : un Dueti, un diplôme délivré aux étudiants de DUT qui souhaitent partir étudier une année à l’étranger.