• Accueil
  • Choisir mes études
  • Ma 1re année en...
Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami
Ma 1re année
Bac STL
(sciences et technologies de laboratoire)

Ma 1re année Bac STL

Bac STL
STL (sciences et technologies de laboratoire)

Moins de théorie et plus de pratique. C’est cette perspective qui a motivé Émeline et Nathan à intégrer la série STL (sciences et technologies de laboratoire) du lycée Léonard de Vinci, à Saint-Michel-sur-Orge. Leur emploi du temps accorde donc une large place à la démarche expérimentale sans pour autant négliger la théorie. Ce bac s’adresse à des élèves qui, comme eux, ont un niveau correct dans l’ensemble des matières scientifiques. Rencontre avec les deux lycéens.

Pourquoi avoir choisi le bac STL ?

Dès la 2de, Nathan a opté pour l’enseignement d’exploration MPS (méthodes et pratiques scientifiques). Cet avant-goût des manipulations l’a convaincu de s’engager en STL. "Le programme en S est beaucoup plus compliqué en maths et physique, et je suis beaucoup plus à l’aise dans les TP (travaux pratique) et les expérimentations." Même réticence chez Émeline à aller en filière S "trop théorique" à son goût et même penchant pour les manipulations scientifiques. "En 2de, je n’étais vraiment pas intéressée par les cours. En STL, où l’on travaille beaucoup en laboratoire, j’ai retrouvé ma motivation et je m’investis davantage."

A quel rythme de travail a-t-il fallu s’adapter ?

La série STL a la particularité de proposer aux élèves davantage de TP qu’en S, notamment dans les enseignements scientifiques spécifiques. "Nous apprenons ainsi beaucoup de choses en classe, précise Nathan. Mais il arrive aussi souvent que l’on fasse les manipulations pendant les TP et que l’on finisse chez nous le bilan à rédiger normalement en fin de séance." Aux révisions des expériences scientifiques et de leurs comptes rendus s’ajoute le travail à effectuer dans les autres enseignements comme le français et l’histoire. "Dans ces matières, nous avons autant de devoirs que dans un bac général", ajoute Émeline. Pour la jeune lycéenne, le rythme n’est pas difficile à tenir "si l’on fait ses fiches régulièrement".

Qu’apprend-on dans la spécialité ?

En SPCL (sciences physiques et chimiques en laboratoire), spécialité choisie par Émeline, le questionnement scientifique s’appuie sur des objets du quotidien. Cette dimension concrète lui plaît bien : "Nous avons par exemple fabriqué du plastique, de l’aspirine, une molécule utilisée dans la crème solaire, etc. Le but est d’apprendre à réaliser les tests permettant de déterminer les composants des produits et leur concentration pour réussir ensuite à reproduire ces produits. Il n’y a pas que des manipulations, il faut aussi connaître certaines formules, analyser les résultats, faire des calculs."

En biotechnologies, Nathan et ses camarades planchent chaque semaine sur une question scientifique, essaient de voir comment y répondre par des manipulations (prélèvements, observations au microscope, utilisation de matériels, etc.), analysent les résultats et les éventuelles erreurs. "Il y a énormément de bactéries et de molécules à étudier. Du coup, on ne fait jamais la même chose. En fin de séance, on effectue un bilan pour récapituler ce que l’on a appris de nouveau."

Émeline comme Nathan sont également sensibilisés aux dangers biologiques et chimiques liés à l’usage de produits parfois dangereux ou aux risques de contamination.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

"Ayant déjà abordé les manipulations en enseignement d’exploration en 2de, je n’ai pas été surpris de ce côté-là, explique Nathan. Ce sont surtout les nouvelles connaissances, comme les bactéries, le développement de cultures, qui sont un peu compliquées au début en biotechnologies. Il faut aussi penser à toujours tout bien stériliser. Mais on s’y habitue vite." Pas de problème non plus pour assimiler le vocabulaire technique et scientifique. "En 3 à 4 semaines, on apprend la plupart des mots de base et on les réutilise régulièrement tout au long de l’année". Émeline s’est elle aussi vite sentie à l’aise dans sa spécialité. En revanche, "j’ai plus de difficultés en français, anglais et espagnol".

Et après le bac ?

Nathan compte poursuivre dans un BTS dans les biotechnologies. "C’est ce qui m’intéresse le plus pour l’instant. J’essaierai peut-être de m’orienter vers les biotechnologies médicales pour travailler en laboratoire, comme technicien ou comme chercheur selon le niveau d’études que j’atteindrai." De son côté, Émeline est plus incertaine sur son avenir même si elle penche aussi vers une poursuite en BTS. "J’ai pensé à la police scientifique mais c’est juste une idée…"

En biotechnologies, Nathan étudie au microscope des colonies de bactéries fixées sur une lame.

En biotechnologies, Nathan étudie au microscope des colonies de bactéries fixées sur une lame.

Pour manipuler des produits dangereux, Nathan travaille sous une hotte qui récupère les vapeurs toxiques.

Pour manipuler des produits dangereux, Nathan travaille sous une hotte qui récupère les vapeurs toxiques.

En sciences physiques et chimiques en laboratoire, Émeline cherche à identifier les espèces présentes dans un mélange.

En sciences physiques et chimiques en laboratoire, Émeline cherche à identifier les espèces présentes dans un mélange.

Émeline et ses camarades découvrent comment fabriquer du fil nylon.

Émeline et ses camarades découvrent comment fabriquer du fil nylon.

Chaque spécialité comprend une partie pratique et une partie théorique, par exemple un cours sur le fonctionnement des lampes.

Chaque spécialité comprend une partie pratique et une partie théorique, par exemple un cours sur le fonctionnement des lampes.

Nathan et Émeline se retrouvent pour le cours de chimie, biochimie, sciences du vivant, spécifique à la série STL. Ce jour-là : l’appareil digestif !

Nathan et Émeline se retrouvent pour le cours de chimie, biochimie, sciences du vivant, spécifique à la série STL. Ce jour-là : l’appareil digestif !

À lire aussi

Info plus

Haut de page