Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Des classes prépa spéciales bac professionnel

Si les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) accueillent traditionnellement des bacheliers généraux et technologiques, une expérimentation vise à ouvrir des prépas TSI et ECT à des bacheliers professionnels de spécialités tertiaires et industrielles. Pour donner toutes les chances à ces profils, la formation s'effectue en 3 ans.

Promo 2014-2015 du lycée René Cassin à Strasbourg

Quels établissements proposent ces prépas ?

Le dispositif d'accueil des bacheliers professionnels en prépa est proposé dans quelques établissements répartis sur toute la France.

Pour la prépa ECT (économique et commerciale, option technologique) :

 

Pour la prépa TSI (technologie, science de l'ingénieur) :

 

Comment les candidats sont-ils sélectionnés ?

Les candidatures passent par la plateforme d’accès à l'enseignement supérieur Parcoursup. La sélection par les établissements s’effectue ensuite sur dossier. La spécialité suivie en bac professionnel doit être en cohérence : un bac professionnel du tertiaire en prépa ECT et un bac professionnel du secteur industriel en prépa TSI. Il n’est pas indispensable d’avoir des résultats brillants mais il faut présenter un niveau scolaire suffisamment homogène et régulier. Au-delà des notes, les professeurs sont très sensibles aux appréciations des enseignants et au comportement qui montre une réelle volonté de réussir. Ces classes comprennent de petits effectifs (10 à 30 élèves par exemple).

Comment s’organise la formation ?

Contrairement aux classes prépa classiques qui se déroulent en 2 ans, celles-ci s’effectuent en 3 ans. Selon les établissements, la formation peut comporter une 1re année de remise à niveau puis 2 années de prépa classique avec les bacheliers technologiques de ces classes, ou 3 ans de cursus adapté à ces profils.

Dans tous les cas, l’entrée en matière permet aux élèves de passer d’un niveau bac professionnel à celui nécessaire dans ces prépas. Les fondamentaux en gestion, économie et droit pour la prépa ECT ou dans les matières scientifiques pour la prépa TSI sont ainsi approfondis. Par ailleurs, un renforcement est souvent proposé dans les disciplines générales, comme le français-philosophie.

Différentes aides à la réussite sont aussi mises en place portant tant sur les méthodes de travail que sur les contenus : accompagnement pédagogique des enseignants, tutorat par des élèves plus avancés dans leur cursus en prépa ou en école, colles de prépas (interrogations orales) utilisées dans un premier temps comme une aide personnalisée, co-intervention avec les enseignants du lycée professionnel sur certaines heures, etc.

Quel bilan pour les élèves passés par ces classes ?

Les professeurs des prépas concernées s’accordent à dire qu’au-delà de la question de la réussite , les élèves découvrent des pans d’études qu’ils ignoraient et acquièrent de nouvelles méthodes de travail. Alors que certains doutaient de leur capacité à réussir, ils reprennent confiance en eux, se sentent valorisés et progressent plus vite.

Pour les élèves qui sont allés au bout des 3 ans, la très grande majorité réussit aux concours d’entrée dans les écoles d’ingénieurs ou de commerce, selon la classe suivie. Ils intègrent des écoles variées en termes de spécialisation et de niveau.

Certains arrêtent la prépa en cours ou en fin de 1re année de prépa, par choix ou parce que leurs résultats sont insuffisants. Ils poursuivent alors leurs études, le plus souvent en BTS, voire en DUT ou en licence. Être passé par la prépa leur a permis d’envisager des études qui n’auraient pas forcément été accessibles. Tous réussissent bien dans leur nouveau cursus.