Accueil > Choisir mes études > Après le bac > Principaux domaines d'études

Les écoles du social

Publication : mai 2015
Aide, conseil, éducation, médiation... près de 300 établissements préparent aux 11 DE (diplômes d'État) du secteur social, correspondant chacun à un métier. Certains sont accessibles sans le bac, d'autres avec le bac ou après un bac+2. Tour d'horizon.

Ecoles du social

Ecoles du social : motivation, qualités humaines et expérience attendues.

À lire aussi

Sur Onisep.fr

Durée et lieu des études

Auxiliaire de vie sociale, moniteur-éducateur, assistant de service social ou éducateur de jeunes enfants... près de 300 établissements dans toute la France proposent ces formations. Des écoles publiques, des centres privés agréés, ou encore des CFA (centres de formation d'apprentis). De nombreux DE sont accessibles en apprentissage.

Selon le DE et son niveau, les études peuvent durer 1 an (comme le DEAVS, de niveau CAP), 2 ans (comme le DEME, de niveau bac) ou 3 ans (comme le DEEJE, de niveau bac + 2).

Coût des études

Public ou privé, les deux possibilités existent. Le coût de la formation peut être très élevé : de quelques centaines d'euros à 3 000 euros par ans, selon les écoles et les diplômes. Mais les élèves bénéficient le plus souvent de dispositifs d'aide au financement (bourse du conseil régional, par exemple). L'apprentissage est un autre moyen de faire baisser la facture.

Admission

La sélection passe par un concours composé d'épreuves écrites (visant, le plus souvent, à vérifier les capacités d'analyse et de synthèse du candidat, sa culture générale et sa maîtrise du français) ou d'un dossier. Suit un entretien pour évaluer sa motivation et son aptitude pour le métier. C'est le moment de faire valoir les acquis d'un stage ou du bénévolat. Toujours appréciée et parfois nécessaire, l'expérience du terrain est un atout certain.

Aucun diplôme n'est exigé pour les DE accessibles sans le bac. Pour les autres, selon le DE, accès avec certains diplômes infra-bac du secteur social ou paramédical, un bac ou un diplôme niveau bac (lire encadré) ou avec un bac + 2 du domaine pour le DECESF, par exemple.

A savoir. Pour le DEASS et le DEES, une tactique consiste à passer par le DUT carrières sociales de même option (AS et ES) pour tenter l'entrée en 3e année (procédure de sélection propre à chaque établissement). L'avantage : appréhender les différents aspects du travail social et acquérir une première expérience.

Organisation des études

Sur 1 ou 3 ans, les formations varient selon le diplôme. Pour toutes, les enseignements sont adaptés et spécifiques : soutien médico-psychologique pour le DEAMP ou conduite de projet éducatif pour le DEETS.

Près de la moitié du programme est consacrée aux stages pratiques. L'articulation entre théorie et stages est très enrichissante. Elle facilite l'insertion dans la vie professionnelle.

L'autre point fort de ces formations, c'est le suivi individuel. Cela passe par une évaluation personnalisée, un accompagnement lors de la rédaction du mémoire, ou des visites de stage de son référent. Qu'il soit à l'école ou en stage, l'élève est bien encadré.

A savoir. Tous les diplômes peuvent être obtenus partiellement ou totalement par le biais de la VAE (validation des acquis de l'expérience).

Niveau d'accès

Sans le bac :

Avec le bac :

Avec un bac+2 et plus :

À savoir. Une fois admis en formation, aucun diplôme intermédiaire n'est délivré, et les équivalences avec des diplômes d'autres secteurs sont difficiles à obtenir. En revanche, il existe des passerelles entre les DE du social.

Un DE post-bac sans le bac

Pour les candidats qui n'ont pas le bac, il est possible de préparer le DAEU A (diplôme d'accès aux études universitaires, à orientation littéraire), organisé à l'université.

Moins connu, l'examen de niveau des DRJSCS (directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale) permet de prétendre aux formations d'assistant de service social, d'éducateur spécialisé et d'éducateur de jeunes enfants.

Dans les deux cas, il existe des conditions d'âge et d'expérience.

Les autres formations du social

Deux BTS (brevets de technicien supérieur), économie sociale et familiale et services et prestations des secteurs sanitaire et social, et un DUT (diplôme universitaire de technologie), carrières sociales, donnent accès aux métiers du secteur, ainsi que quelques licences pro et masters. Ces diplômes, plus axés sur la théorie, permettent de mûrir son projet et de se spécialiser pas à pas.

Côté animation, des diplômes, tel le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), ou d'autres, de niveau bac + 2 ou + 3, sont souvent accessibles sans diplôme scolaire, car les critères de sélection portent davantage sur l'expérience en animation.

Par ailleurs, les formations de conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation et d'éducateur de la PJJ sont accessibles par des concours particuliers, relevant du ministère de la justice.

Les publications de l'onisep
Les métiers des services à la personne, collection Zoom sur les métiers
Les métiers des services à la personne, collection Zoom sur les métiers
Le secteur des services à la personne emploie aujourd'hui deux millions de salariés qui exercent une vingtaine d'activités très diverses, de la garde d'enfant au soutien scolaire, en passant par le jardinage, l'entretien de la maison et l'assistance aux personnes âgées.C'est aussi un secteur qui...
Parution en janvier 2011
 
Version papier : 4,90 €*
Téléchargement PDF : gratuit
* Prix hors frais de port
Après le bac L, collection Infosup
Après le bac L, collection Infosup
apb Infosup Après le bac L s'adresse aux lycéens, et en particulier aux élèves de première et de terminale appelés à s'inscrire prochainement dans l'enseignement supérieur, le plus souvent via le portail APB (admission post-bac).Ce numéro présente aux élèves concernés les poursuites d'études les...
Parution en janvier 2014
 
Version papier : 11,00 €*
* Prix hors frais de port

Haut de page