Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les écoles de la Défense

Le Service de santé des armées (SSA)

Le Service de santé des armées assure la formation initiale des médecins et pharmaciens militaires, ainsi que celle des infirmiers des forces armées. Il dispense la formation continue qui accompagne les praticiens et le personnel paramédical tout au long de sa carrière.

Service de santé des armées

Des carrières médicales et paramédicales

Le personnel médical et paramédical du Service de santé des armées exerce dans les centres médicaux des armées (terre, air ou mer) ou dans l'un des 8 hôpitaux d'instruction des armées.

Les infirmiers des forces sont chargés des soins préventifs et curatifs. Ils participent à la vérification de l’aptitude du personnel à son emploi, notamment en conditions opérationnelles dans les 3 armées (terre, air, mer) : les troupes alpines, les troupes parachutistes, à bord d’un bâtiment de la marine nationale, d'un sous-marin, sur une base aérienne… Ils peuvent exercer sur les théâtres d'opérations extérieures.

Ces infirmiers, mais aussi des médecins et des pharmaciens des armées, sont formés au sein des écoles du Service de santé des armées.

D’autres personnels sont recrutés parmi les professionnels déjà formés et diplômés d’État.

Les sous-officiers

L’EPPA (école du personnel paramédical des armées) de Lyon-Bron prépare au DE (diplôme d'État) d'infirmier pour devenir infirmier des forces armées.

L'admission : recrutement sur concours, ouvert aux élèves de terminale et aux titulaires du bac âgés de 23 ans au plus. La sélection sur épreuves est identique à celle pratiquée par les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) civils. Se renseigner auprès d’un centre d'information et de recrutement des forces armées (CIRFA).

La formation : une formation académique externalisée en IFSI dure 3 ans. Celle-ci est complétée par une formation adaptée à la pratique en milieu militaire à l'EPPA.

Une fois diplômés, les infirmiers (des forces) suivent une formation d’acculturation et spécialisée dans l’armée qui les a recrutés. La durée des engagements après l'obtention du DE est le double de la durée de la formation.

Par ailleurs, les hôpitaux militaires recrutent des professionnels militaires qui ont le diplôme requis selon la spécialité recherchée. Ce sont des militaires infirmiers et techniciens des hôpitaux des armées (MITHA), sous-officiers, qui se répartissent en 13 corps identiques à leurs homologues de la fonction publique hospitalière (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, etc.). Ces derniers signent un contrat renouvelable d'une durée de 3 ou 5 ans avec le Service de santé des armées. Contractuels au début de leur parcours professionnel, les personnels MITHA peuvent ultérieurement devenir militaires de carrière.

Parmi les MITHA, les infirmiers hospitaliers sont recrutés parmi les titulaires du DE (diplôme d'État) d'infirmier.

Les kinésithérapeutes, les manipulateurs radio, les techniciens de laboratoire sont recrutés parmi les titulaires du diplôme requis pour l'exercice de la profession.

Les assistants médico-administratifs sont recrutés sur dossier au niveau bac (ST2S, de préférence).

Une fois recrutés, les MITHA suivent une formation militaire de 4 semaines, complétée d’un stage de 3 mois pour les assistants médico-administratifs.

Les hôpitaux militaires recrutent aussi du personnel sous statut civil, notamment sur des métiers liés à la rééducation : orthophoniste, diététicien, ergothérapeute...

Les officiers

Les médecins et pharmaciens des armées sont formés à l'ESA ( École de santé des armées) de Lyon-Bron.

L'admission : recrutement sur concours, ouvert aux titulaires du bac (S, de préférence) âgés de 23 ans au plus (100 places pour la section médecine, 5 places pour la section pharmacie en 2018). Le concours médecine est ouvert également aux étudiants âgés de 24 ans au plus en fin de 1re année commune aux études de santé ( PACES) (6 places) ou âgés de 25 au plus en fin de 2e année (2 places). Le dossier d'inscription au concours d'entrée doit être adressé à une DRSSA (Direction régionale du service de santé des armées) ou une DIASS (Direction inter-armée du service de santé).

La formation : les élèves médecins et pharmaciens des armées suivent les mêmes cours que leurs confrères civils, à la fac de Lyon et se présentent dans les mêmes conditions aux épreuves du concours. Ils bénéficient d’une aide pédagogique lors de leurs études, notamment en PACES. Ils suivent un enseignement complémentaire destiné à les aider dans leurs études et une formation militaire les préparant à leur future carrière d’officier. Ils passent les épreuves classantes nationales (ECN) et choisissent la médecine générale ou une spécialité hospitalière (cardiologie, gastro-entérologie, anesthésie-réanimation, psychiatrie…). Ils rejoignent alors l'un des 8 hôpitaux d'instruction des armées, en tant qu’étudiants internes, jusqu'à la soutenance de leur thèse, et suivent un cursus pédagogique à l’école du Val de Grâce à Paris.

Après l'obtention du diplôme, les médecins doivent rester en service de 12 à 18 ans, selon leur spécialité. Les pharmaciens doivent servir 10 ans.

Par ailleurs, le Service de santé des armées recrute ponctuellement des médecins ou des pharmaciens déjà diplômés d'État.

Des officiers vétérinaires sont recrutés essentiellement sous contrat parmi les vétérinaires diplômés d’État, ou, ponctuellement, après réussite au concours d’entrée des écoles nationales vétérinaires. Les candidats doivent alors être âgés de 25 ans au plus. Le concours est également ouvert aux étudiants de plus de 25 ans inscrits en 4e année de tronc commun dans une école nationale vétérinaire. La limite d’âge est augmentée du nombre d’années d’études vétérinaires validées par les intéressés. Recrutés sur contrat renouvelable (de 2 ans), les élèves militaires suivent la même formation que les civils, en école nationale vétérinaire, jusqu’à la thèse.

D’autres officiers contractuels (sous contrat) sont recrutés parmi les titulaires des diplômes requis dans les spécialités pour lesquelles il est nécessaire de faire appel à une compétence extérieure (en psychologie clinique, ingénierie biomédicale...) et pour répondre à des besoins immédiats (officiers commissionnés). Le contrat est renouvelable dans la limite de 20 années consécutives et de 17 années pour les officiers commissionnés.

À lire aussi