Les écoles de communication

Publication : 24 juillet 2020
Plus d’une trentaine d’écoles spécialisées préparent aux métiers de la communication, en 3 à 5 ans. Très majoritairement privées, elles recrutent soit directement après le bac, soit à bac + 2, bac + 3 ou bac + 4. Plus ou moins sélectives, elles bénéficient, pour certaines, d’une très bonne reconnaissance par le monde professionnel. Panorama de l'offre de formation.

Une majorité d'écoles privées...

Qu’elles offrent des cursus accessibles directement après le bac, ou avec un bac + 2 ou un bac + 3, les écoles de communication ont un point commun : elles sont majoritairement privées. Et donc, payantes. Si un grand nombre d'écoles sont situées à Paris, il est également possible de suivre une formation dans d’autres grandes villes (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Nantes, etc.).

Parmi les écoles privées, les plus connues sont l'ISCOM (Institut supérieur de communication et de publicité) et l'EFAP (École des nouveaux métiers de la communication). Cette dernière, très appréciée des recruteurs (réseau, stages) délivre un diplôme de niveau bac + 5 de responsable de la communication.

... et une école publique

Rattaché à Sorbonne Université, le Celsa (École des hautes études en sciences de l'information et de la communication) est la référence en matière de formation à la communication (voir encadré ci-dessous). C'est une école publique.

Enfin, deux instituts consulaires proposent des formations en communication : l'une en management entrepreneurial de projets numériques et stratégie digitale, à bac + 5 (Digisup), l'autre en gestion de projet en communication (Esfac-Groupe Aifcc).

Des formations sélectives 

La plupart des écoles de communication pratiquent une sélection, avec des modalités propres à chacune. Les plus réputées sont les plus sélectives (Iscom, Efap, SciencesCom, etc.) La sélection est basée sur un concours, avec des épreuves écrites d’admissibilité, puis au moins une épreuve orale d’admission.

Au programme des épreuves écrites : QCM, dissertation ou commentaire de texte, revue de presse, etc. L’anglais fait partie des critères de sélection (tests de compréhension et de vocabulaire à prévoir). L’oral permet quant à lui de mettre en évidence les motivations et la personnalité du candidat. D’autres écoles recrutent sur dossier et entretien.

Si aucun profil de bac n’est exigé, le niveau de culture générale et d’expression écrite est déterminant pour se démarquer. Le niveau général du candidat est pris en compte, de même que les connaissances et l’intérêt pour les métiers et le secteur de la communication.

Des diplômes reconnus ?

Les écoles ayant le statut "privé hors contrat" délivrent, pour nombre d'entre elles, des titres inscrits au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles - France compétences). Ce dernier atteste du niveau de qualification atteint par les diplômés à la sortie de l'établissement (niveau bac + 2, bac + 3, bac + 4 ou bac + 5), important pour les recruteurs.

C'est le cas de l'EFAP, Iscom, ISCPA, IICP à Paris, ISTCAudencia SciencesCom ou encore Sup de Com. Ces écoles proposent des formations en 3 à 5 ans après le bac (bachelor, mastère spécialisé, MBA, etc.). On peut également citer l’ESTRI (cursus de traduction et communication internationale).

Attention : de nombreuses autres écoles privées offrent des débouchés incertains, avec des frais d’inscription élevés.

Quelles spécialisations en com’ ?

La majorité des écoles de communication dispensent des formations s’appuyant, dans un premier temps, sur un socle de fondamentaux (histoire et sociologie de la communication, culture de la communication, etc.)

Selon la durée des cursus, le choix de spécialité intervient dès la 1re année (bachelor), ou en 4e année, pour les formations de type mastère.  Les formations préparent aux métiers "traditionnels" de la communication (chef de projet, directeur de la communication, chargé des relations publiques, attaché de presse, etc.), mais certaines spécialités abordent plus spécifiquement l’évènementiel, le community management, la communication digitale, etc.

Place à la pratique

Principal atout des écoles de communication : la professionnalisation accrue qui les caractérise. Elle s'appuie sur les nombreux projets de groupe et des workshops qui font partie intégrante du cursus. Les étudiants répondent régulièrement à des commandes de clients, partenaires de l’école (agence, collectivité, entreprise, etc.) Objectif : apprendre à cerner une problématique client et à élaborer un plan de communication.

Ces écoles favorisent les échanges avec les intervenants extérieurs issus d'agences ou d'entreprises du secteur. Cette proximité avec le monde professionnel permet de se constituer un solide réseau de contacts, très utile au moment de sa recherche d'emploi. Enfin, les divers stages (souvent plusieurs mois) complètent efficacement la pédagogie mise en œuvre dans les écoles de communication. Objectif : faciliter l’insertion des jeunes diplômés.

Le Celsa, une école à l’université

Très apprécié des professionnels, le Celsa est rattaché à Sorbonne Université et membre de la CGE (Conférence des grandes écoles). Elle délivre un master (bac + 5) en communication, dans diverses spécialités. École de référence dans le domaine de la communication, le Celsa place bien ses anciens élèves. Le taux d'emploi 3 mois après la formation est de 80 %. Les diplômés exercent sous le statut de cadre en majorité (79 %).

Accès

En 3e année de licence (L3) information-communication sur concours (très sélectif) ouvert aux titulaires d'un bac + 2. Le Celsa recrute également des sortants de prépas lettres ou lettres et sciences sociales via des banques d'épreuves communes, ainsi que des étudiants inscrits en IUT (information-communication et GEA), via une voie d'accès spécifique.

Admission en 2e année de master (M2) sur examen et entretien pour les bac + 4. Une voie d'accès interne pour les étudiants de Sorbonne Université (L2, L3 et M1) existe également, pour intégrer une L3 ou un M2 en communication.

Au programme

Dès la licence, l'étudiant choisit un parcours parmi les cinq proposés (entreprises et institutions ; magistère de communication ; marque ; médias ; ressources humaines et conseil), parcours qu'il poursuit en M1. L'étudiant entre ensuite en M2 dans une spécialité qui s'inscrit dans la continuité du parcours choisi en licence. Possibilité également de préparer un doctorat.

Plus d'infos sur www.celsa.fr.