Écoles d’art : comment réussir son "book" ?

Les écoles d’art vous tentent ? Pour y entrer, il vous faudra un "book", ou dossier artistique, qui comprend plusieurs de vos œuvres. L’objectif : séduire les jurys des écoles. Mais que trouve-t-on dans un book ? Comment se construit-il ? Combien y a-t-il de planches ? Réponses des étudiants et des professeurs des Arcades, classe préparatoire d'Issy-les-Moulineaux, sur leurs méthodes pour préparer leurs dossiers de candidature.

le book ou dossier artistique, un élément clé pour être sélectionné

Constituer un dossier par école d’art

Premier constat : il n’y a pas un book, mais des books. Chaque dossier doit être adapté à l’école où l’on postule. Pas de "dossier type" donc, même si la base des travaux reste la même. "Le dossier doit être le reflet de la personnalité de l’étudiant. Il faut qu’il donne envie à l’école de rencontrer le candidat. Il est important que l’on voie que les travaux sont le fruit d’une expérimentation, d’une réflexion et d’une recherche plastique multiple", explique Estelle Pagès, ex directrice des Arcades.

Montrer sa "patte" artistique

Dans un book, il faut mettre en avant sa singularité et sa démarche artistique à travers ses planches. Les travaux doivent souvent être accompagnés d’un texte, d’une légende, d’un titre… même brefs : comment l’ai-je élaboré ? Quel est le message que je souhaite faire passer ? "Dans chaque dossier, l’étudiant doit joindre à ses planches une note d’intention, pour expliquer sa démarche. Mais faire une synthèse de son travail est parfois délicat, car il ne faut pas dénaturer l’œuvre", explique Jean-Marc Thommen, professeur de dessin.

Défendre ses créations

La mise en scène de son travail est à soigner. Il faut ensuite être capable de défendre ses créations devant un jury, d’où l’importance d’être le plus sincère possible dans son dossier. "Il faut choisir des projets où l’on voit une évolution, avec un point de départ, pour pouvoir expliquer notre cheminement artistique lors des oraux", explique Samy, étudiant.

Choisir des œuvres variées

Autre conseil : multiplier les types de travaux artistiques. Le book n’est pas qu’une succession de dessins… mais peut contenir une multitude d’autres formes d’art. "Je vais y mettre des vidéos, des photos, des sculptures... Je vais aussi y ajouter des enregistrements sonores", explique Ruben, qui tente cette année 6 écoles. Lila, une autre étudiante, mise, quant à elle, sur des installations et des dessins, car son travail tourne autour du volume.

Pas de règle sur le nombre d’œuvres à présenter : "À Nantes et à Strasbourg, nous devons envoyer 10 planches. D’autres écoles ne demandent pas de chiffre précis, comme les Beaux-Arts de Paris. C’est à nous de décider. Et ce n’est pas facile de faire une sélection !" remarque Ruben.

S’adapter aux attentes des écoles

Dernier conseil pour constituer son book : bien s’informer sur les attentes des écoles d’art. Si beaucoup laissent libres les étudiants, certaines imposent un sujet. Exemple aux Beaux-Arts de Caen, qui ont donné cette année un thème autour du "carnet de voyage". À l’inverse, les Beaux-Arts de Paris laissent une totale liberté aux candidats, notamment en termes de format (A3, A4, raisin, aigle, toile… tout est permis !), mais tous les travaux doivent être des originaux. Donc, renseignez-vous bien auprès de chacune des écoles qui vous intéressent avant de vous lancer !

Comment constituer son book : conseils en images

Samy, 19 ans

"J’ai tenté des écoles d’art l’année de mon bac, mais, dans mon book, tout se ressemblait. Dans mon dossier, cette année, je vais mettre une dizaine de planches, avec des photos de sculptures en savon et en terre que j’ai créées, des dessins, des peintures… ainsi qu’une vidéo et des scans de mon carnet de croquis", précise Samy, 19 ans.

Gabrielle Wambaugh, professeure de volume, espace et matériaux à Richard.

"Il faut que ton cahier soit tenu, qu’on ait l’impression de rencontrer la même personne à chaque dessin. Ton carnet doit avoir une harmonie, ne serait-ce qu’au niveau de la qualité du papier. A l’Ensba, ils demandent des originaux, tout doit être impeccable, même au toucher." Gabrielle Wambaugh, professeure de volume, espace et matériaux à Richard.

Ruben

"Je vais documenter mon dossier différemment selon les concours. Pour Paris, je vais mettre le maximum de mes meilleurs travaux ; pour Caen, je vais axer sur mes photos. Les professeurs nous conseillent, mais c’est à nous de faire la sélection de nos projets, puis de les lier entre eux, pour donner une cohérence à chaque dossier", explique Ruben.

Photo 4 consignes

"Ajoute des titres, des rapports d’échelle", "N’hésite pas à aller voir l’œuvre de cet artiste", "Change le fond de cette photo", "Tu devrais peut-être concevoir une charte des couleurs, pour mieux expliquer ta démarche", "Soigne tes croquis préparatoires"… Autant de conseils donnés par les professeurs aux étudiants pour faire un dossier que le jury retiendra.

Jean-Marc Thommen

"Chaque dossier doit être singulier. Ici, c’est le travail d’une élève autour de taches d’acrylique scannées. On voit le processus de création, et c’est ce que les écoles attendent. C’est au départ un travail donné en classe. Il y a toujours le risque, quand la consigne est collective, que les projets se ressemblent, mais c’est à nous d’orienter chaque élève vers sa singularité", note Jean-Marc Thommen, professeur.

Photo 6 installation

Dans son dossier artistique, il est possible d’envoyer des reproductions ou des photographies d’œuvres réalisées, notamment lorsqu’il s’agit de sculptures ou d’installations, comme ici.

© Olivia Audemar / Onisep

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • Les études d'art
    collection Dossiers
    parution en avril 2016
    Pour découvrir les différents univers de la création et choisir sa formation artistique post-bac
  • Les métiers du design
    collection Parcours
    parution en mai 2016
    Ce numéro fait le point sur les formations spécifiques au design. Avec près de 30 métiers présentés, un zoom sur l'emploi et un guide pratique
* Prix hors frais de port