Diaporama

Reportage dans un incubateur d'entreprises

Paris Pionnières est un incubateur dédié à l'entrepreneuriat féminin. Il accompagne chaque année environ 80 projets d'entreprises. Rencontre avec les responsables de la structure et avec trois jeunes porteuses de projet.

Reportage dans un incubateur d'entreprises

Cliquez sur une photo pour afficher le diaporama

Le rôle de l'incubateur

Le rôle de l'incubateur

Structure d’appui à la création d’entreprise, l’incubateur offre aux entrepreneurs un lieu d’hébergement avec des services : poste de travail, salles de réunion… Il leur permet aussi d’être encadrés par une équipe de professionnels et d’experts. Paris Pionnières propose, selon l’avancée des projets, 3 programmes d’accompagnement différents. 

Caroline Ramade, déléguée générale de l’incubateur

Caroline Ramade, déléguée générale de l'incubateur

''Trop peu de femmes sont aujourd’hui à la tête de start-up'', déplore Caroline Ramade. ''C’est pour faire évoluer cette situation qu’a été créé Paris Pionnières.'' Pour qu’un projet soit accueilli, il doit avoir au moins une femme leader dans l’équipe. Quel que soit le secteur, le projet doit aussi être innovant. L’incubateur a déjà accompagné 300 créations d’entreprises.

Jean-Christophe Perrin, formateur en digital

Jean-Christophe Perrin, formateur en digital

Les entrepreneurs hébergés ont des ateliers collectifs de formation. Expert en digital, Jean-Christophe Perrin est l’un des 5 formateurs de l’incubateur. Il assure chaque mois une dizaine d’ateliers collectifs sur les enjeux numériques : comment concevoir un produit digital, le développer, élaborer son design… Une matinée par semaine, il tient aussi une permanence pour recevoir individuellement celles ou ceux qui ont besoin de conseils plus pointus, selon l’avancée de leur projet. 

Marie-Aline Sanchez, entrepreneure en herbe

Marie-Aline Sanchez, entrepreneure en herbe

Son idée ? Baptisé NoLo pour ''nouveaux logements'', son projet est un concept d’habitat partagé pour les personnes présentes à Paris quelques jours par semaine. Marie-Aline a intégré le programme d’amorçage de 3 jours car elle avait ''des doutes sur ses capacités à entreprendre.'' L’objectif de ce programme est de tester son idée, mais aussi ses compétences et sa motivation. ''Ces 3 jours ont levé tous mes doutes, car je me suis rendu compte que mon projet était réalisable.''

Sa formation : diplômée de Grenoble École de Management, elle a travaillé 6 ans dans l’hôtellerie, principalement comme revenue manager, avant de vouloir créer son entreprise.

Agathe Sammut, porteuse de projet

Agathe Sammut, porteuse de projet 

Son projet ? Nommé Comeeti, il s’agit d’une plate-forme collaborative ayant pour but de mettre en relation les agences événementielles et les prestataires de services. ''Je voulais passer de l’idée à un projet économiquement viable.'' En pré-incubation, Agathe a lancé son blog et ses pages Facebook et Twitter. ''Dans un premier temps, l’idée était de créer une communauté autour de Comeeti pour avoir une audience et voir si le projet plaisait. Les retours positifs m’ont confortée dans la pertinence de mon idée. J’envisage d’ici deux mois de lancer une première version de mon site.''

Sa formation : diplômée de l’Iscom (Institut supérieur de communication et de publicité / bac + 4 en relations publiques, relations presse et événementiel), Agathe a exercé durant 9 ans comme directrice de production free-lance, avant de se décider à créer son entreprise.

Sarah Prévot, créatrice d’entreprise

Sarah Prévot, créatrice d'entreprise

Son projet ? It’s my car est un site de publicité collaborative qui fait des automobilistes les ambassadeurs temporaires d'une marque, grâce à des stickers affichés sur leur voiture. Sarah a choisi l’incubation pour ''améliorer sa stratégie commerciale.'' Grâce aux formations, elle a renforcé l'efficacité de son site et augmenté son nombre de clients. ''Nous avons aujourd’hui 4500 automobilistes inscrits et une quarantaine de marques fidèles.''

Sa formation : Sarah est diplômée de l’EM Lyon, école de commerce donnant le grade de master. Elle y avait choisi la spécialisation Entrepreneuriat.

 

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Sur le web