Sommaire du dossier

Les contrats en faveur des jeunes

Le service militaire adapté (SMA)

Publication : 14 septembre 2020
Le SMA (service militaire adapté) s'adresse aux jeunes des Outre-mer en difficulté face au monde de la formation et de l'emploi. Le SMA leur permet de raccrocher pour plus de 75 % d'entre eux dans les six mois qui suivent leur retour à la vie civile.
Outre la formation militaire d'un mois, la formation professionnelle est adaptée aux différentes situations : formation de 10 à 12 mois pour les non-diplômés ; formation de 6 mois pour les faiblement diplômés.

Le service militaire adapté, pour qui ?

Pour s'engager au sein d'un régiment du SMA, il faut :

  • être volontaire ;
  • avoir entre 18 et 25 ans ;
  • être peu ou pas diplômé avec un parcours scolaire ou d'insertion professionnelle difficile ;
  • résider en Outre-mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française).

Les jeunes ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle continue et intègrent un internat. Vous êtes logé et nourri dans votre régiment et percevez une solde mensuelle de plus de 300 euros.

Quel programme ?

Après une formation militaire d'un mois, le programme de formation est adapté en fonction du niveau des jeunes.

Formation de 8, 10 ou 12 mois

Elle s'adresse aux jeunes non diplômés, l'objectif étant la poursuite d'une formation pour acquérir un titre professionnel.

Formation de 6 ou 8 mois

Elle est dédiée aux titulaires d'un CAP, l'objectif étant de trouver un emploi à la sortie du SMA.

Le programme se compose de quatre domaines :

  • Formation professionnelle, 800 heures minimum pour apprendre un métier (attestation de formation professionnelle).
  • Formation générale, 150 à 200 heures de remise à niveau scolaire pour consolider les connaissances de bases et obtenir le CFG (certificat de formation générale)
  • Formation aux premiers secours, 20 heures pour apprendre à prévenir et à secourir (certificat de sauveteur secouriste au travail).
  • Formation citoyenne, 50 heures d'instruction civique et contrôle continu des savoirs-être (attestation de formation citoyenne).

Le CAPI (certificat d'aptitude personnelle à l'insertion) est décerné au terme de la formation.

Quels métiers ?

Neuf pôles de formation sont concernés, totalisant près de 50 métiers : bâtiment, travaux publics, transport routier, tourisme, tertiaire, restauration, sécurité, mécanique, maintenance, industrie, métiers terre et mer (agents d'entretien, production agricole, maraîcher, aquaculteur, matelot...).

L'accès aux formations professionnelles dépend de la motivation, des compétences initiales des jeunes mais aussi du marché de l'emploi local pour garantir des embauches à la sortie. La formation professionnelle dure entre quatre et dix mois.

Une discipline de fer, pour mieux raccrocher

Le SMA est exigeant en terme de discipline et le cadre est militaire. L'objectif est d'apprendre à vivre ensemble et de renforcer ses compétences de bases. Les volontaires sont accompagnés dans la construction de leur projet professionnel et dans leur démarches pour l'"après SMA", à travers des modules tels que l'aide à la rédaction d'un CV et d'une lettre de motivation, simulation d'entretien d'embauche, etc. 3 mois avant de quitter le régiment du service militaire, les volontaires stagiaires en phase d'insertion ont la possibilité d'être embauchés en contrat d'apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Le SMA suit chaque jeune après leur retour à la vie civile. Au terme du service militaire adapté, plus de 75 % des volontaires formés s'insèrent en trouvant un emploi ou en s'engageant dans une poursuite de formation qualifiante.

Où se renseigner ?

Les candidats volontaires peuvent se renseigner lors de la Journée défense et citoyenneté (JDC) ou auprès d'une unité du SMA. Rapprochez-vous aussi de la mission locale la plus proche ou du Pôle emploi.

L’obligation de formation des 16-18 ans : une mesure en faveur des décrocheurs

L’instruction obligatoire des jeunes de 16 ans est prolongée par l’obligation de formation, jusqu’à 18 ans. Cette mesure concerne les jeunes ni en études, ni en emploi, ni en formation (NEET) ou sortis du système scolaire sans qualification. Elle permet de leur proposer des solutions pour poursuivre leurs études, renouer avec une formation ou bénéficier d’un dispositif d’accompagnement ou d’insertion professionnelle et sociale. Les missions locales coordonnent le repérage des jeunes en lien avec les plateformes de suivi et d’appui des décrocheurs (PSAD). Elles veillent aussi au respect de l’obligation et conseillent les jeunes, en collaboration avec d’autres organismes.

Découvrez les solutions et accompagnements possibles proposés par l’Éducation nationale, le réseau des missions locales et leurs partenaires sur le site Nouvelles chances. Un numéro vert 0 800 122 500 est désormais disponible pour aider les jeunes de 16-18 ans sans école, ni formation, ni emploi et leurs parents. Et un moteur de recherche "S'informer près de chez soi" vous permet de trouver les coordonnées des acteurs de l'obligation de formation, notamment pour faire un point sur votre situation.